Chapter 13:

Les Deux Maisons dans la Nouvelle Alliance

« Il s’agit d’une traduction automatique. Si vous souhaitez nous aider à la corriger, vous pouvez envoyer un email à contact@nazareneisrael.org. » 

Nous avons parlé plus tôt de la dispersion assyrienne, et de la façon dont Yahvé a envoyé les Assyriens pour enlever Ephraïm, mais les Assyriens n’étaient pas particuliers. Ils ont également emmené une partie de la population des tribus du sud (Juda et Benjamin). C’est peut-être la raison pour laquelle Ya’akov (James) écrit son épître non seulement aux dix tribus de la dispersion, mais aussi aux douze.

Jacques 1:1
1 « Ya’akov (Jacques), serviteur d’Elohim et du Maître Yéchoua Messie, aux douze tribus qui sont dans la diaspora : Salutations ».
BGT Jacques 1:1
Ἰάκωβος θεοῦ καὶ κυρίου Ἰησοῦ Χριστοῦ δοῦλος ταῖς δώδεκα φυλαῖς ταῖς ἐν τῇ διασπορᾷ χαίρειν.

Si le terme de dispersion (διασπορᾷ) fait normalement référence aux dix tribus du nord, il est également exact que Ya’akov s’adresse aux douze tribus. Cependant, ce que nous devons voir, c’est qu’il ne s’adresse pas aux chrétiens non israéliens, mais aux douze tribus d’Israël.

L’apôtre Kepha (Pierre) s’adresse également à ceux de la dispersion, en les appelant « étrangers » (παρεπιδήμοις).

1 Pierre 1:1
1 « Kepha, émissaire du Messie de Yéchoua auprès des élus : les étrangers de la Dispersion dans le Pontos, en Galatie, en Cappadoce, en Asie et en Bithunie ; »
BGT 1 Pierre 1:1
Πέτρος ἀπόστολος Ἰησοῦ Χριστοῦ ἐκλεκτοῖς παρεπιδήμοις διασπορᾶς Πόντου, Γαλατίας, Καππαδοκίας, Ἀσίας καὶ Βιθυνίας,

Comme indiqué précédemment dans ce livre, il y a deux mots pour les gentils en hébreu. Un gerest quelqu’un qui faisait partie de la nation d’Israël, mais qui s’est éloigné et est maintenant séparé. En revanche, un goyest un gentil qui n’a aucune relation avec la nation d’Israël. Bien que vous traitiez gentiment avec les goyim(pluriel de goy), vous les tenez à l’écart de votre assemblée.

L’église chrétienne nous dit que Kepha s’adresse aux goyim, parce que l’église croit que Yéchoua est venu pour se débarrasser d’Israël et les remplacer par les goyim. Cependant, cela ne correspond pas au contexte. Il est plus logique que Kepha écrive à gerim (pluriel de ger), car il les appelle « une race élue » et « une nation à part » (ce que goyim ne pourra jamais être). Il cite également Osée, leur disant qu’ils sont les dix tribus perdues d’Ephraïm qui sont rappelées dans l’alliance.

Kepha Aleph (1 Pierre) 2:9-10
9 Mais vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation mise à part, un peuple pour une possession, afin que vous parliez ouvertement des vertus de Celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière.
10 Vous qui n’étiez pas un peuple (Lo-Ammi) à l’époque, mais qui êtes maintenant le « peuple d’Elohim », celui qui n’était pas pris en pitié à l’époque (Lo-Ruhamah), mais qui est maintenant pris en pitié (Ruhamah).

C’est une référence claire et directe à Osée 1:8-10, que nous avons vu plus tôt.

Osée (Hosea) 1:8-10
8 Or, après avoir sevré Lo-Ruhamah, elle conçut et enfanta un fils.
9 Alors Elohim a dit : « Appelle-le du nom de Lo-Ammi, car vous n’êtes pas Mon peuple, et Je ne serai pas ton Elohim.
10 Mais le nombre des fils d’Israël sera comme le sable de la mer, Qui ne peut être ni mesuré ni compté. Et il leur sera dit au lieu où il leur a été dit : « Vous n’êtes pas mon peuple », et là : « Vous êtes les fils des Elohim vivants ».

Shaul (Paul) cite également Osée pour montrer au gerim qu’ils rendent effectivement les Ephraimites.

Romim (Romains) 9:24-26
24 … même nous qu’Il a appelés, non seulement des Juifs, mais aussi des païens [Ephraim] ?
25 Comme il le dit aussi dans Hosea : « Je les appellerai Mon peuple [Ammi] qui n’étaient pas Mon peuple [Lo Ammi], Et son bien-aimé [Ruhamah], qui n’était pas bien-aimé [Lo Ruhamah]. »
26 Et il arrivera au lieu où il leur a été dit : « Vous n’êtes pas mon peuple ». Là, ils seront appelés fils des Élohim vivants.

Kepha et Shaul disent que les dix tribus perdues sont rappelées pour rejoindre la nation d’Israël, de sorte qu’il y aura à nouveau douze tribus.

En revanche, l’Église enseigne ce que l’on appelle la théologie du remplacement, selon laquelle l’Église a remplacé (ou supprimé) les Juifs. Shaul dit clairement aux Ephraïmites que Yahvé n’a pas rejeté leurs frères juifs.

Romim (Romains) 11:1-2
1 Je dis donc : Elohim a-t-il rejeté son peuple [forever] ? Elohim interdit ; car je suis moi aussi Israélite, de la race d’Abraham, de la tribu de Benjamin.
2 Elohim n’a pas rejeté son peuple qu’il connaissait d’avance.

En nous rappelant que Yahvé travaille selon des modèles, nous reconnaissons le même modèle du temps de Jéroboam, quand Israël devait devenir la nouvelle maison principale (à condition qu’ils obéissent à la Torah de Yahvé). Les Juifs devaient être affligés (mais pas pour toujours).

Melachim Aleph (1 Rois) 11:39
39 Et j’affligerai les descendants de David [the Jews] à cause de cela, mais pas pour toujours.

Shaul a également essayé de faire comprendre que cette affliction ne serait pas permanente, mais seulement pour un temps (et un but).

Romim (Romains) 11:11
11 Je dis donc : ont-ils trébuché pour tomber ? Certainement pas!

Shaul dit que Juda acceptera aussi Yeshoua, dès qu’Ephraïm aura rempli la Grande Commission et répandu la vraie Bonne Nouvelle jusqu’aux extrémités de la terre, et que la plénitude des Gentils sera arrivée.

Romim (Romains) 11:25-27
25 Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce secret, de peur que vous ne soyez sages dans votre propre estimation : qu’Israël soit en partie aveuglé [meaning both Houses here] jusqu’à ce que la plénitude des païens [Ephraim] soit arrivée.
26 Et ainsi tout Israël [both houses] sera sauvé, comme il est écrit : « Le Libérateur sortira de Sion, Et il détournera l’iniquité de Jacob [quoting Isaiah 59:20];
27 « Car ceci est mon alliance avec eux, Quand j’ôterai leurs péchés [quoting Isaiah 27:9]. »

Parfois, les Ephraïmites pensent qu’ils ont toute la vérité, alors que Juda n’en a aucune. C’est une erreur. Comme nous le verrons, les deux maisons devaient être partiellement aveuglées pendant un certain temps, et dans un but précis. Ephraïm connaîtrait Yeshoua, mais rejetterait la Torah. C’est pour que les chrétiens puissent porter leur version sans torah de la Bonne Nouvelle jusqu’au bout du monde. A l’inverse, Juda serait aveugle à Yeshoua car son travail consistait à préserver un héritage pour qu’Ephraïm puisse rentrer chez lui. Cependant, Shaul nous dit que Juda finira par connaître Yeshoua, car l’élection des Juifs comme enfants de l’alliance est irrévocable.

Romim (Romains) 11:28-29
28 Quant à la Bonne Nouvelle, ce sont des ennemis à cause de vous, mais quant à l’élection, ils sont aimés à cause des pères ;
29 pour les dons et la vocation d’Elohim sont irrévocables.

Ni le christianisme sans torah ni le judaïsme sans Yeshualess ne sont suffisants. Ephraïm est comme une femme qui insiste sur le fait qu’elle aime son mari, mais ne veut pas faire ce qu’il lui demande. Inversement, Juda fait beaucoup de ce que Yéchoua demande, mais elle utilise son obéissance partielle comme excuse pour l’enfermer hors de sa maison. Curieusement, les deux s’attendent à être pris en mariage. Cependant, tant qu’ils ne croient pas en Lui, n’obéissent pas à Ses commandements dans Son Esprit d’amour et ne se soumettent pas continuellement à Son Esprit, leur adoration de Lui est loin d’être complète.

Plus de cent ans après que les dix tribus perdues aient été emmenées dans la diaspora assyrienne, les Juifs du royaume du sud ont été emportés dans un exil qui leur était propre. Ce deuxième exil juif, connu sous le nom d’exil babylonien, a duré environ soixante-dix ans. A la fin de cette période, environ 10 % des Juifs sont revenus dans le pays (à l’époque d’Ezra et de Néhémie). Les 90 % restants sont restés à Babylone, où les conditions de vie sont plus faciles. Comme les Ephraïmites, ils se sont mariés entre eux et se sont assimilés à la culture. Puis, grâce à la conquête militaire, au commerce et à d’autres facteurs, la semence de Juda s’est également répandue aux quatre vents, conformément aux prophéties données à Avraham et à Ya’akov. De ce fait, Kepha compare poétiquement leur vocation à celle de leurs frères éphraïmites.

Kepha Aleph (1 Pierre) 5:13
13 Celle qui est à Babylone [the 90% of Judah still out in the Babylonian Exile], choisie avec toi [the lost ten tribes still in the diaspora] te salue, ainsi que mon fils [disciple], Marc.

Le symbolisme et la poésie sont courants dans la littérature juive, et Kepha n’est pas le seul à les utiliser. John utilise Leah et Rachel comme symboles de leurs maisons respectives (Juda et Joseph/Ephraïm). Il dit que tous ceux (les Juifs) qui ont connu la vérité aiment leurs frères éphraïmites.

Yochanan Bet (2 Jean) 1:1
1 L’aîné [frère, c’est-à-dire la maison de Juda], à une dame élue [Rachel] et à ses enfants [meaning the house of Joseph/Ephraim], que j’aime en vérité ; et non seulement moi, mais aussi ceux qui ont connu la vérité.

Jean était de la maison de Juda, et Juda est né de Léa. Il dit aux Ephraïmites que les enfants (les Juifs) de leur soeur choisie (Leah) les saluent.

Yochanan Bet (2 Jean) 1:13
13 Les enfants [meaning the house of Judah] de votre soeur choisie [Leah] vous saluent : Amein.

Yeshoua parle du retour des Ephraïmites dans la parabole du fils prodigue. L’église enseigne que cette parabole n’est rien d’autre qu’une belle histoire sur un pécheur qui se repent de son péché. Cependant, en nous rappelant que le nom d’Ephraïm signifie littéralement prodigieux, et que Juda est plus ancien qu’Ephraïm, comprenons cette parabole comme une image prophétique du retour des dix tribus perdues.

Luca (Luc) 15: 11-19
11 Et Yeshoua dit : Un homme (Yahweh) a eu deux fils.
12 Et le plus jeune d’entre eux [Ephraim] dit au Père : « Père, donne-moi la part des biens qui me revient », et il leur partagea l’héritage.
13 « Et peu de jours après, rassemblant toutes choses, le fils cadet [Ephraim] s’en alla dans un pays lointain [in the Assyrian Dispersion] ; et là il gaspilla ses biens [the law and the language], vivant dissolument [and becoming a “perfect heathen”].
14 « Mais ayant perdu tous ses biens, une grande famine [une famine de nourriture spirituelle, prophétisée dans Amos 8:11] traversa ce pays ; et il commença à être dans le besoin.
15 Et s’en allant, il s’attacha à l’un des citoyens de ce pays [the pope]; et il l’envoya dans ses champs, pour nourrir les porcs [idols].
16 Et il avait envie de se remplir l’estomac avec les cosses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien [that would sustain him spiritually].
17 « Mais, venant à lui-même [in the Protestant Reformation], il dit : « Combien de serviteurs de mon Père ont des pains en abondance [bread is symbolic of the Torah] ; mais je péris de faim !
18 « Me levant, j’irai vers mon Père et je lui dirai : « Père, j’ai péché contre le Ciel et contre toi,
19 et je ne suis plus digne d’être appelé Ton fils. Fais de moi un de tes serviteurs ! »

Comme nous l’avons déjà mentionné, si les dix tribus perdues se sont effectivement dispersées dans les quatre directions, la plupart d’entre elles ont migré vers le nord et l’ouest avec la montée et la chute des empires. Finalement, leurs migrations se terminent dans ce qui deviendra plus tard le nord-ouest protestant de l’Europe. Après que les catholiques eurent dominé l’Europe pendant quelque 1 260 ans, les enfants d’Ephraïm se séparèrent du pape (c’est-à-dire de la petite corne), et ils commencèrent à chercher plus directement le visage de Yahvé. En conséquence, Yahvé les a bénis en leur offrant plus de prospérité et de réalisations technologiques qu’on ne l’avait jamais connu auparavant.

Luqa (Luc) 15:20-24
20 « Et se levant [in the Protestant Reformation] il vint vers son Père ; mais comme il était encore loin [from the original Nazarene faith] son Père le vit, et fut ému de pitié ; et en courant, il tomba sur son cou et l’embrassa avec ferveur [though he was still as yet only a Protestant Christian].
21 « Et le fils [Ephraim] lui dit : « Père, j’ai péché contre le ciel et devant toi, et je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.
22 « Mais le Père dit à ses esclaves : « Apportez la plus belle robe et habillez-le [littéralement, le manteau de Joseph], et donnez-lui un anneau pour la main [Joseph’s signet] et des sandales pour les pieds !
23 Apportez le veau gras, et abattez-le ! Et mangeons et soyons joyeux ;
24 pour ce fils [Ephraim] du mien était mort, et est revenu à la vie ; et a été perdu, et est retrouvé ! Et ils commencèrent à être joyeux. »

Dans la parabole, lorsque le Père voit Ephraïm au loin, court vers lui, tombe sur son cou et l’embrasse, c’est symbolique de la façon dont Yahvé bénit les nations protestantes par-dessus tout, simplement pour avoir cherché son visage. C’est une source de ressentiment pour Juda, qui a gardé la Torah pendant des millénaires sans jamais avoir reçu les mêmes types de bénédictions de sécurité et de prospérité facile dont a bénéficié le peuple protestant.

Luqa (Luc) 15:25-28
25 « Mais son fils aîné [Judah] était dans le champ ; et en s’approchant de la maison [temple] il entendit de la musique et des danses.
26 « Et ayant appelé un des enfants, [Judah] lui demanda ce que cela pouvait être ;
27 et il lui dit : « Ton frère [Ephraim] est venu, et ton père a tué le veau gras, parce qu’il l’a retrouvé en bonne santé.
28 « Mais il [Judah] était enragé, et ne désirait pas entrer. Puis, en sortant, son père l’a supplié ».

Juda est indigné qu’Ephraïm ait pu mépriser son héritage (tout comme Esaü l’a méprisé), et être quand même accueilli chez lui.

Luqa (Luc) 15:29-31
29 « Mais, répondant, il [Judah] dit au Père : ‘Voici combien d’années que je te sers, et jamais je n’ai transgressé un de tes commandements ! Mais vous ne m’avez jamais donné une jeune chèvre, pour que je puisse me réjouir avec mes amis !
30 Mais quand votre fils est venu [he does not even call Ephraim his brother], celui qui vous a dévoré avec des prostituées [idoles, icônes, fausses traditions religieuses, fausses dates de fêtes, faux lieux de fêtes, etc.
31 « Mais il lui dit : « Mon fils, tu es toujours avec moi, et toutes mes choses sont à toi. Mais il était juste de se réjouir et de se réjouir ! Car ton frère était mort, et il est revenu à la vie ! Il était perdu, et il est retrouvé. »

Parce que les juifs ont mis Yeshua à mort, les chrétiens ont parfois du mal à comprendre pourquoi Juda serait incrédule. Cependant, Juda a conservé une variante de la Torah pendant des milliers d’années, même si Ephraïm l’a persécuté pour cela. Ephraïm a soumis Juda à des persécutions, des inquisitions, des croisades et des massacres répétés. Juda est contrarié qu’Ephraïm puisse s’éloigner de l’alliance, adorer des idoles et essayer de changer la Torah, et pourtant le Père ordonne toujours à ses serviteurs de revêtir Ephraïm de la meilleure robe (c’est-à-dire le manteau de Joseph), de lui donner une chevalière (la chevalière de Joseph) et de lui apporter des sandales pour ses pieds (car seuls les esclaves allaient pieds nus). Dans l’esprit de Juda, c’est une énorme injustice.

L’Écriture nous dit que la fin est connue dès le début ; ainsi, la clé pour comprendre cette tournure des événements est de comprendre l’allusion au manteau de Joseph. Dans la Genèse, Juda a vendu Joseph en esclavage ; et Joseph est allé plus tard en prison pour un crime qu’il n’a jamais commis. C’est symbolique de la façon dont Juda a chassé les Nazaréens du temple pour avoir cru en Yeshoua (ce qui est la chose la plus éloignée d’un crime). Il est donc juste que Yahvé accueille le fils prodigue (c’est-à-dire Joseph/Ephraïm) chez lui.

Joseph a servi Pharaon avec honneur, et les capacités qu’il a reçues des Elohim lui ont apporté un grand pouvoir et un grand prestige. Il a finalement pu utiliser sa position pour sauver la vie de nombreuses personnes, dont son père et ses frères. Pendant de nombreuses années, on a cru que les chrétiens étaient la puissance sous-jacente en Amérique, et les chrétiens d’Amérique ont historiquement exigé que leurs dirigeants soutiennent l’État d’Israël (au moins depuis 1948).

La séparation de Joseph de sa famille est également significative. La séparation (consécration) de son propre peuple est très appréciée dans les Écritures. Bien que Yahvé ait créé l’homme en tant qu’être social (Genèse 2:18), il existe certaines circonstances dans lesquelles les hommes doivent être séparés de leurs frères (et même de la vie normale) afin de mieux servir Yahvé. Dans la langue des Écritures, ces individus sont considérés comme étant à part du monde. Si ce genre de séparation conduit à des épreuves, elle est associée à une bénédiction éternelle.

Alors que les douze tribus sont présentes dans tous les pays, les chercheurs associent parfois l’Amérique à la tribu prophétique d’Ephraïm/Joseph. Nombre des premiers colons américains sont venus en Europe pour échapper aux persécutions religieuses et pour être libres de suivre les Écritures comme ils l’entendaient. Dans un sens, ils ont dû quitter leur ancien pays involontairement, tout comme Joseph a été envoyé en Égypte involontairement. De même, les bénédictions qu’Israël a données sur Joseph parlent d’une terre qui ressemble à l’Amérique.

Feuille B (Genèse) 49:25-26
25 « Par les Elohim de ton père qui t’aideront, et par le Tout-Puissant qui te bénira des bénédictions du ciel en haut, des bénédictions de l’abîme en bas, des bénédictions de la poitrine et de l’utérus.
26 Les bénédictions de ton père ont surpassé les bénédictions de mes ancêtres, jusqu’à l’extrême limite des collines éternelles.
Ils seront sur la tête de Joseph et sur la couronne de la tête de celui qui a été séparé de ses frères ».

Moshé (Moïse) donne également à Joseph une bénédiction spéciale pour avoir été séparé de ses frères.

Devarim (Deutéronome) 33:13-16
13 Et de Joseph il dit
« Béni de Yahvé est son pays, avec les choses précieuses des cieux, avec la rosée et l’abîme en dessous,
14 Avec les précieux fruits du soleil, avec les précieux produits des mois,
15 Avec les meilleures choses des anciennes montagnes, avec les choses précieuses des collines éternelles,
16 Avec les biens précieux de la terre et sa plénitude, et la faveur de Celui qui habitait dans le buisson. Que cette bénédiction vienne sur la tête de Joseph, et sur la couronne de la tête de celui qui a été séparé de ses frères ».

Yahvé permit à Joseph d’entrer en Égypte avant ses frères, afin de préserver la vie par une grande délivrance. En cela, Joseph est un présage du Messie.

Fiche B (Genèse) 45:5, 7
5 « Mais maintenant, ne vous affligez pas et ne vous fâchez pas parce que vous m’avez vendu ici ; car Elohim m’a envoyé devant vous pour préserver la vie….
7 Et Elohim m’a envoyé devant vous pour vous préserver une postérité sur la terre, et pour sauver vos vies par une grande délivrance. »

Nous avons vu plus tôt que les apôtres ont compris le rôle d’Ephraïm dans l’accomplissement de la prophétie. Il est également clair que les apôtres savaient que les deux maisons seraient un jour réunies, c’est pourquoi ils ont demandé à Yeshoua s’il allait restaurer le royaume à la maison d’Israël à ce moment-là.

Ma’asei (Actes) 1:6
6 C’est pourquoi, lorsqu’ils se réunirent, ils lui demandèrent [Yeshua], en disant : « Maître, veux-tu à ce moment restaurer le royaume de [the house of] Israël ? »

Le temps de restaurer le royaume littéral à la maison d’Israël n’était pas encore venu (et n’est pas encore venu au moment où nous écrivons ces lignes, en 2014). Il était seulement temps pour les disciples de Yeshoua de commencer à former un royaume spirituel international. Ils rassemblaient les enfants perdus de Joseph, qui avaient été envoyés avant eux aux quatre coins du monde. Le processus a été interrompu par le pape (qui a construit un autre royaume spirituel dans le monde), mais une fois la captivité d’Ephraïm terminée, l’Esprit a commencé à ramener un reste des fils prodigues perdus et égarés d’Ephraïm dans l’alliance, génération par génération, par l’Esprit de Yéchoua, le grand Libérateur.

If these works have been a help to you in your walk with Messiah Yeshua, please pray about partnering with His kingdom work. Thank you. Give