Chapter 8:

À Propos de Parler en Langues

« Il s’agit d’une traduction automatique. Si vous souhaitez nous aider à la corriger, vous pouvez envoyer un email à contact@nazareneisrael.org. »

Satan est le prince de ce monde, et les systèmes juridiques et de justice de Satan prévalent ici sur terre. La raison pour laquelle les systèmes de Satan l’emportent dans les nations est que les hommes insistent pour tenter de se gouverner eux-mêmes selon leur propre sagesse et compréhension. Cependant, les hommes ne sont pas Yahvé, et les pensées de l’homme ne sont pas les pensées de Yahvé, ni leurs voies son chemin.

Yeshayahu (Isaïe) 55:8-9
8 « Pour mes pensées, ce ne sont pas vos pensées, et vos manières ne sont pas mes manières, » dit Yahvé.
9 « car comme les cieux sont plus élevés que la terre, mes voies sont aussi plus hautes que vos voies, et Mes pensées que vos pensées. »

Les hommes cherchent à établir des systèmes gouvernementaux qui s’il vous plaît eux-mêmes, ne réalisant pas que Yahvé exige une forme entièrement différente de gouvernement pour son peuple, basé sur des principes entièrement différents. Si Yahvé veut, nous tenterons d’expliquer ces principes dans ce livre.

Il peut sembler un peu étrange de commencer à parler de la façon d’établir un gouvernement juste sur terre en expliquant parler en langues (et la relation entre les langues et la prophétie), mais comme nous le verrons, ces dons spirituels sont la clé pour établir le gouvernement spirituel juste que Yahvé veut pour son peuple Israël.

Comme nous le montrerons, l’essence de la prophétie est d’entendre la voix de Yahvé (la Voix encore petite), puis de communiquer ce que l’on a entendu en parlant, en chantant ou en écrivant, afin que d’autres puissent la comprendre.

En revanche, « arler dans une cangu » est d’entendre la voix de Yahvé, mais de la parler d’une manière qui n’est pas comprise. Néanmoins, pour parler dans une véritable langue, il faut encore entendre Yahvé, puis tenter de communiquer ce que l’on a entendu: et c’est une bonne chose, car comme nous le verrons, les langues sont souvent un premier pas vers la prophétie.

Avant de commencer, nous devons souligner qu’il existe deux types différents de prophétie:

  1. Avant-dire (prédiction); Et
  2. Dire forth (autrement parler selon l’Esprit, mais sans rien prédire).

Fore-telling (prédiction) est le genre de prophétie que la plupart des gens pensent. Les prophéties de «Ainsi sayeth Yahvé» entrent généralement dans cette catégorie. Un bon exemple de l’avant-dire (prédiction) se trouve dans First Kings 17:13-16.

Melachim Aleph (1er Kings) 17:13-16
13 Eliyahu (Élie) lui dit : Ne craignez pas ; allez faire ce que vous avez dit, mais faites-moi un petit gâteau d’abord, et apportez-le-moi; et après en faire pour vous et votre fils.
14 Car ainsi dit Yahvé, Elohim d’Israël: « e bac de farine ne doit pas être épuisé, ni le pot d’huile ne sera sec, jusqu’au jour où Yahvé envoie la pluie sur la terre .»
15 Elle s’en alla et fit selon la parole d’Eliyahu; et elle et lui et sa maison ont mangé pendant de nombreux jours.
16 Le bac de farine n’a pas été épuisé, pas plus que le pot d’huile s’est asséché, selon la parole de Yahvé, qu’il a parlé par (ou par) Eliyahu.

Eliyahu (Élie) écouta la voix de Yahvé, puis parla ce qu’il avait entendu Yahvé lui dire. Ce faisant, il a dit à l’avant-plan (prédit) que le bac de farine de la veuve ne serait pas épuisé, et que son pot d’huile ne serait pas à sec.

En outre, bien que l’apôtre Shaul n’ait jamais dit « Ainsi sayeth Yahvé », il a aussi parfois prédit (ou prédit) ce qui se passerait à l’avenir. Un bon exemple de cela se trouve dans 2e Thessaloniques 2:7-8.

2ème Thessaloniques 2:7-8
7 Car le mystère de la Torahnessness est déjà à l’œuvre; seulement il se retient maintenant, jusqu’à ce qu’il sorte du milieu;
8, puis le Sans-loi sera révélé, que Yahvé consommera par l’esprit de sa bouche…

En revanche, le deuxième type de prophétie est éloquent. Cela est étroitement lié à l’avant-dire, sauf qu’il n’y a pas de prédiction en cause. En disant, on écoute entendre ce que dit Yahvé, puis on communique ce que l’on a entendu (généralement en parlant, en chantant ou en écrivant). Cela fait également partie de la définition de la prophétie.

OT:5012 naba’ (נבא) une racine primitive; prophétiser, c’est-à-dire parler (ou chanter) par inspiration (dans la prédiction ou le simple discours) :

Bien que prédire l’avenir soit glamour, nous ne devons pas perdre de vue le fait que chaque fois que l’on entend l’Esprit, puis on parle (ou écrit, ou chante) selon ce que l’on a entendu, on prophétise. C’est parce que l’essence de la prophétie est d’entendre la voix de Yahvé, puis de communiquer ce que l’on a entendu (que ce soit par la parole, l’écriture ou le chant).
Quand David a péché avec Bathsheba, le prophète Nathan a été envoyé pour dire au roi David qu’il avait péché.

Shemuel Bet (2 Samuel) 12:7-8
7 Puis Nathan dit à David: « ous êtes l’homme! Ainsi dit Yahvé Elohim d’Israël: « e vous ai oint roi sur Israël, et je vous ai délivré de la main de Shaul.
8 Je vous ai donné la maison de votre maître et les épouses de votre maître dans votre garde, et vous a donné la maison d’Israël et de Juda. Et si cela avait été trop peu, je vous aurais aussi donné beaucoup plus!

Nathan a ensuite prédit des punitions qui arriveraient à David et à sa maison, mais l’acte de dire à David son péché n’était pas une prédiction, mais un franc-parler. C’est-à-dire que Nathan a simplement transmis un message de Yahvé.

En hébreu, le mot נבא signifie « bouillonne », comme l’eau jaillit d’une source, ou « germer », alors que les bourgeons jaillissent d’un arbre. L’allusion est celle de faire naître des choses bonnes et vitales de l’Esprit.

Quand on prophétise, on entend les choses qui viennent de Yahvé, puis on parle clairement et librement. Cependant, lorsque le flux n’est pas libre, on parle avec des lèvres balbutiement, et souvent dans une langue floue; et le résultat est que l’on « parle dans une langue ».

Ésaïe 28:11-12
11 Car avec des lèvres balbutiants et une autre langue, il parlera à ce peuple,
12 À qui Il dit : « C’est le reste avec lequel vous pouvez faire reposer les fatigués » et « C’est le rafraîchissant » ; mais ils n’entendraient pas.
11 כִּי בְּלַעֲגֵי שָׂפָה וּבְלָשׁוֹן אַחֶרֶת | יְדַבֵּר אֶל הָעָם הַזֶּה:
12 אֲשֶׁר אָמַר אֲלֵיהֶם זֹאת הַמְּנוּחָה הָנִיחוּ לֶעָיֵף וְזֹאת הַמַּרְגֵּעָה | וְלֹא אָבוּא שְׁמוֹעַ

Comme nous le verrons, il est beaucoup mieux de prophétiser que de parler dans une langue, parce que si la prophétie peut être comprise, les langues ne peuvent pas être comprises (à moins d’avoir le don de l’interprétation, ou à moins qu’un interprète soit présent). Et pourtant, c’est une très bonne chose de parler dans une langue, non seulement parce que c’est la preuve que l’on entend sa voix, mais aussi parce qu’il peut être un pas vers l’apprentissage de la prophétie.

Mais si parler en langues peut conduire à la prophétie, alors qu’est-ce que l’Écriture nous dit à ce sujet?
L’Alliance renouvelée parle de « langues » cinq fois. Dans l’ordre chronologique, ces références sont les suivantes :

  1. Marc 16:17;
  2. Actes 2:1-13;
  3. Actes 10:44-48;
  4. Actes 19:5-7; Et
  5. Premiers Corinthiens Douze à Quatorze

Cependant, il y a un problème, en ce que la première référence (Marc 16:17) contredit la dernière (Premiers Corinthiens Douze à Quatorze). C’est un problème en effet, car Jean 10:35 nous dit que l’Écriture ne peut pas être brisée.

Yochanan (John) 10:35
35 « S’il les appelait elohim (‘ g-ds), à qui vint la parole d’Elohim (et l’Écriture ne peut pas être brisée)….»

Si l’Écriture ne peut pas être brisée, alors il est également impossible pour l’Écriture de se contredire, parce que si deux passages de l’Écriture se contredisent, alors logiquement parlant, l’un d’eux doit être brisé si l’autre doit être accompli. (Par définition, si deux passages de l’Écriture se contredisent, et l’un d’eux est vrai, alors l’autre doit être faux.)

Ce n’est pas une mince chose de suggérer qu’un passage donné de l’Écriture est illégitime et qu’il doit être retiré du Canon. Ce type d’analyse doit être traité avec beaucoup de soin. Cependant, en même temps, s’il y a des passages dans l’Écriture qui ne sont vraiment pas censés être là, alors nous devons les connaître, afin que nous ne pratiquions pas le faux culte basé sur de fausses doctrines.

Selon le commentaire textuel de Metzger sur l’Alliance renouvelée, la première référence de l’Alliance renouvelée à la parole en langues (Marc 16:9-20) est absente des manuscrits les plus anciens connus, y compris les deux manuscrits grecs les plus anciens connus, le Codex latin ancien, le Sinaï syriaque (araméen), d’une centaine de manuscrits arméniens, ainsi que des deux manuscrits grégoriens les plus anciens (circa CE 897 et 913). En outre, Origène et Clément d’Alexandrie nous disent que le Livre de Marc s’est terminé au verset 16:8 (Metzger). Au-delà de cela, les Pères de l’Église Jérôme et Eusebius ont attesté que les versets 9-20 étaient absents de presque tous les manuscrits grecs qu’ils connaissaient. Ensuite, nous pourrions également noter que Marc 16:17 contredit la dernière référence (Premiers Corinthiens Douze à Quatorze).

Si tous les manuscrits les plus anciens connus ont Marc 16 se terminant par le verset 8, alors tout après Marc 16:8 doit être un ajout ultérieur au Texte. Cela signifierait que Marc 16:17 n’a pas été initialement inclus dans le Livre de Mark (mais qu’il a été ajouté plus tard). Cela signifierait que nous ne devrions jamais utiliser Marc 16:17 comme base pour toute sorte de doctrine.

Quel genre de doctrine ? Si nous le lisons attentivement, nous pouvons voir que la langue de Marc 16:17 suggère que tous ceux qui suivent Yeshua doivent parler dans de « ouvelles langues. C’est-à-dire, si quelqu’un ne parle pas dans de « ouvelles langue », alors cette personne ne suit pas Yeshua (et n’est donc pas sauvé).

Marqaus (Mark) 16:15-18
15 « Allez dans le monde entier et prêchez la Bonne Nouvelle à chaque créature.
16 Celui qui croit et est immergé sera sauvé; mais celui qui ne croit pas sera condamné.
17 Et ces signes suivront ceux qui croient : En mon nom, ils chasseront les démons ; ils parleront avec de nouvelles langues;
18 ils prendront des serpents; et s’ils boivent quelque chose de mortel, cela ne leur fera pas de mal; ils poseront la main sur les malades, et ils se rétabliront.

Le langage spécifique de Marc 16:17 fait parler en langues et manipuler les serpents en « épreuves de litmus » de son salut ; et il ya quelques dénominations dans le christianisme qui traitent ces choses comme telles. Certaines de ces dénominations sont même connues pour amener des serpents venimeux dans leurs endroits à part (où les animaux impurs ne sont pas censés entrer), et faire leurs membres les manipuler (et parler en langues), afin de prouver leur foi. Mais est-ce vraiment la volonté d’Elohim pour nous, que nous apportions des serpents mortels dans nos lieux de culte ?

Il y a un certain nombre de problèmes avec Marc 16:17, mais celui qui nous concerne le plus, c’est qu’il entre en conflit avec les Premiers Corinthiens 12:8-11, qui nous dit que tous les croyants ne parleront pas en langues, mais que le même Esprit donnera des dons différents à chacun de nous.

Qorintim Aleph (1er Cor.) 12:8-11
8 car à l’un est donné la parole de sagesse par l’Esprit, à l’autre la parole de la connaissance par le même Esprit,
9 à une autre foi par le même Esprit, à un autre don de guérisons par le même Esprit,
10 à un autre le travail des miracles, à une autre prophétie, à un autre discernement des esprits, à d’autres types de langues différentes, à un autre l’interprétation des langues.
11 Mais un seul et même Esprit travaille toutes ces choses, distribuant à chacun individuellement comme Il le veut.

Seize versets plus tard, premiers Corinthiens 12:27-30 nous dit à peu près la même chose.

Qorintim Aleph (1er Cor.) 12:27-30
27 Maintenant, vous êtes le corps du Messie et des membres individuellement.
28 Et Elohim les a nommés à l’Assemblée : premiers apôtres, deuxièmes prophètes, troisièmes enseignants ; après que les miracles, puis des dons de guérisons, aides, administrations, variétés de langues.
29 Sont-ils tous des apôtres? Sont tous des prophètes ? Sont tous les enseignants? Sont tous des travailleurs de miracles?
30 Tous ont-ils des dons de guérison? Est-ce que tous parlent avec les langues? Est-ce que tout est interprété?

Si l’Esprit donne des dons différents à chacun de nous, alors comment peut-il y avoir une exigence pour tous de parler dans les langues? Et, si nous essayons de parler en langues alors que nous n’avons pas réellement reçu ce don, alors ne sommes-nous pas réellement essayer d’exercer des cadeaux que Yahvé ne nous a pas vraiment donné?

Et qu’est-ce que c’est d’essayer d’exercer un don que Yahvé ne nous a pas réellement donné, mais un faux culte?
Sentant que quelque chose ne va pas avec ce genre de « séances obligatoires de langues », de nombreux croyants ont jeté un regard suspect vers la parole dans les langues tout à fait. C’est une grande pitié, car les langues légitimes sont un don légitime, et elles nous ont caché la valeur comme une étape dans la restauration de notre nation.

Afin de comprendre ce qu’est vraiment le don légitime de parler en langues, regardons les autres références à parler en langues dans le Pacte renouvelé, et voyons si nous pouvons repérer des modèles utiles.

Beaucoup de croyants sont familiers avec le miracle de parler dans les langues qui s’est produite dans actes Chapitre Deux.

Ma’asim (Actes) 2:1-13
1 Quand le Jour de la Pentecôte était pleinement arrivé, ils étaient tous d’un seul accord en un seul endroit.
2 Et soudain vint un bruit du ciel, comme d’un vent puissant qui se précipitait, et il remplissait toute la maison où ils étaient assis.
3 Puis il leur apparut des langues divisées, comme du feu, et on s’assit sur chacun d’eux.
4 Et ils étaient tous remplis de l’Esprit de Set-apart et ont commencé à parler avec d’autres langues, comme l’Esprit leur a donné l’énoncé.
5 Et il y avait des Juifs de Jérusalem, des hommes pieux, de toutes les nations sous le ciel.
6 Et quand ce son s’est produit, la multitude s’est réunie, et étaient confuses, parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue.
7 Puis ils furent tous étonnés et émerveillés, se disant : « Regardez, ce ne sont pas tous ceux qui parlent galiléens ?
8 Et comment se fait-il que nous entendions, chacun dans notre propre langue dans laquelle nous sommes nés?
9 Parthiens et Mèdes et Élamites, ceux qui vivent en Mésopotamie, en Judée-et-Cappadoce, pontus et en Asie,
10 Phrygia et Pamphylia, Egypte et les parties de la Libye attenante Cyrène, visiteurs de Rome, juifs et prosélytes,
11 Crétois et Arabes — nous les entendons parler dans nos propres langues les œuvres merveilleuses d’Élohim.
12 Ils ont donc tous été étonnés et perplexes, se disant : « Qu’est-ce que cela peut signifier ? »
13 D’autres se moquant ont dit : « Ils sont pleins de vin nouveau. »

Actes Chapitre Deux a été la première fois que l’Esprit a été versé en masse, et il ya plusieurs choses importantes à remarquer au sujet de cet événement clé. Dans les actes deux :

  1. Une langue divisée (comme du feu) apparut miraculeusement sur la tête de chacun des orateurs;
  2. Les disciples commencèrent à parler dans des langues autres que leur hébreu natal et/ou araméen;
  3. Les pèlerins étrangers qui étaient venus pour la fête ont reçu le don de l’interprétation des langues sur une échelle de masse, afin que chacun d’eux puisse entendre et comprendre la « ague » qui était parlée dans sa propre langue maternelle.
  4. Yahvé a donné le miracle de l’interprétation à grande échelle.

Les langues et l’interprétation sont mentionnées dans d’autres endroits, mais les flammes du feu n’apparaissent nulle part ailleurs, et le don de l’interprétation des langues n’a jamais été donné à nouveau sur une échelle de masse. Pourquoi? En outre, puisqu’il vaut mieux prophétiser que de parler dans une langue, pourquoi les croyants vétérans (c.-à-d. les disciples) ne parlent-ils que dans les langues, plutôt que de prophétiser ?

La raison pour laquelle les croyants vétérans parlaient en langues dans actes Chapitre Deux était que c’était la première fois que l’Esprit avait été versé en masse. Comme nous le verrons, quand on est d’abord rempli de l’Esprit, un résultat naturel est de parler en langues. La prophétie est aussi un résultat naturel d’être rempli de Son Esprit, mais il faut une connexion beaucoup plus profonde à la prophétie qu’elle ne parle dans une langue, et tous les croyants n’ont pas cette profonde d’une connexion quand ils reçoivent son Esprit.

Parce que les croyants vétérans ne parlaient que dans les langues (plutôt que de prophétiser), Yahvé a donné aux pèlerins le don de l’interprétation des langues en masse, afin qu’ils puissent chacun entendre la Bonne Nouvelle dans sa propre langue (et donc, croire).

Le don des langues a ensuite été donné à Cornelius (et ceux avec lui) dans Actes Chapitre Dix. (Comme nous l’expliquons dans Nazaréen Israël, Cornelius a été en fait le premier des Ephraimites à retourner à la Nation d’Israël.)

Ma’asim (Actes) 10:44-48
44 Alors que Kepha (Pierre) prononçait encore ces paroles, l’Esprit de Set-apart tomba sur tous ceux qui entendirent la parole.
45 Et ceux de la Circoncision qui croyaient (c’est-à-dire croire les pharisiens) étaient étonnés, autant qu’avec Kepha, parce que le don de l’Esprit de Set-apart avait été versé sur les Gentils (les Éphraimites) aussi.
46 Car ils les entendirent parler avec des langues et magnifier Elohim.
Puis Kepha répondit:
47 « quelqu’un peut-il interdire l’eau, que ceux-ci ne soient pas immergés qui ont reçu l’Esprit de set-apart, tout comme nous l’avons fait ? »
48 Et il leur ordonna d’être immergés au nom de Yahvé. Puis ils lui ont demandé de rester quelques jours.

Dans Actes Chapitre Deux (ci-dessus), les croyants vétérans parlaient en langues quand ils étaient remplis de l’Esprit. Cependant, dans actes chapitre dix, ce sont les nouveaux croyants qui parlaient en langues. Comme ces nouveaux croyants ne prophétisent pas et qu’il n’y a pas d’interprète présent, aucun message édifiant n’a été transmis. Cependant, le fait que les nouveaux croyants parlaient en langues a servi de signe qu’ils venaient d’être sauvés (ce qui a également étonné les pharisiens croyants, verset 45).

Mais pourquoi servirait-il de signe que quelqu’un vient d’être sauvé, qu’il doit parler dans une langue inconnue? Comme nous le verrons dans la section suivante, c’est parce que parler en langues est une indication que l’on entend la voix de l’Esprit, et tente de parler selon la voix de l’Esprit. C’est une étape très positive, puisque la première étape dans la prophétie est d’entendre la voix de Yahvé, puis de tenter de parler selon ce que l’on entend.
Dans actes chapitre dix-neuf, l’apôtre Shaul a mis la main sur ceux qui viennent d’être sauvés. Cependant, cette fois, ceux qui ont été nouvellement sauvés ne parlaient pas seulement dans les langues, mais (au moins certains d’entre eux) ont également prophétisé.

Ma’asim (Actes) 19:5-7
5 Quand ils ont entendu cela, ils ont été immergés dans le nom du Maître Yeshua.
6 Et quand Shaul leur eut posé la main, l’Esprit de Set-apart est tombé sur eux, et ils ont parlé avec des langues et prophétisé.
7 Maintenant, les hommes étaient environ douze en tout.

Puis, de la Première Corinthienne douze à quatorze, l’apôtre Shaul parle de dons spirituels pour trois chapitres entiers. Puisque l’Écriture ne gaspille pas d’espace (et puisque les gens l’habitude d’écrire avec des piquants), nous devrions nous rendre compte que tout ce que Shaul expose sur trois chapitres entiers doit être très important.

Shaul commence par nous dire qu’il ne veut pas que nous soyons ignorants en ce qui concerne les dons spirituels:

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 12:1
1 Maintenant, en ce qui concerne les dons spirituels, mes frères, je ne veux pas que vous soyez ignorants :

Shaul nous dit alors clairement que tout le monde ne recevra pas les mêmes dons spirituels; mais qu’il y aura des diversités de dons spirituels, même si c’est le même Esprit qui donne tous ces dons divergents.

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 12:4
4 Il y a des diversités de dons, mais le même Esprit.

Comme nous l’avons mentionné plus tôt, une des raisons pour lesquelles Marc 16:17 ne peut pas être inspiré est que contredit les écrits de Shaul ici. Marc 16:17 exige que tous ceux qui sont sauvés parlent dans la langue comme un signe obligatoire de leur être sauvé. Cela contredit le verset 4, qui nous dit que l’Esprit nous donne à chacun de nous des dons différents (même si c’est le même Esprit qui travaille en nous tous).

8 car à l’un est donné la parole de sagesse par l’Esprit, à l’autre la parole de la connaissance par le même Esprit,
9 à une autre foi par le même Esprit, à un autre don de guérisons par le même Esprit,
10 à un autre le travail des miracles, à une autre prophétie, à un autre discernement des esprits, à d’autres types de langues différentes, à un autre l’interprétation des langues.
11 Mais un seul et même Esprit travaille toutes ces choses, distribuant à chacun individuellement comme elle le veut.

Bien que certaines personnes parlent en langues quand elles sont sauvées pour la première fois (et même après), Shaul est tout à fait clair que nous ne recevrons pas tous les mêmes dons spirituels. Nous sommes tous encore membres de son Corps, même si nous ne parlons pas en langues.

27 Maintenant, vous êtes le corps du Messie et des membres individuellement.
28 Et Elohim les a nommés à l’Assemblée : premiers apôtres, deuxièmes prophètes, troisièmes enseignants ; après que les miracles, puis des dons de guérisons, aides, administrations, variétés de langues.
29 Sont-ils tous des apôtres? Sont tous des prophètes ? Sont tous les enseignants? Sont tous des travailleurs de miracles?
30 Tous ont-ils des dons de guérison? Est-ce que tous parlent avec les langues? Est-ce que tout est interprété?

La réponse aux nombreuses questions de Shaul dans les versets 29 et 30 est « Non ». Tout le monde n’est pas un apôtre. Tout le monde n’est pas un prophète. Tout le monde n’est pas enseignant. Tout le monde ne fait pas de miracles. Tout le monde n’a pas le don de guérisons. Tout le monde n’est pas donné le don de la langue, et tout le monde n’est pas donné le don de l’interprétation. Certaines personnes reçoivent ces cadeaux, mais d’autres ne le sont pas. Aucun de ces groupes n’est supérieur à aucun autre.

Puis, comme s’il disait quelque chose de cryptique, Shaul nous dit de désirer sincèrement les meilleurs dons. Par cela, il nous dit que certains des dons sont «meilleurs» (ou plus souhaitable) que d’autres.

31 Mais désirez sincèrement les meilleurs cadeaux. Et pourtant, je (vais) vous montrer un moyen plus excellent.

Ensuite, dans les Treize Premiers Corinthiens, Shaul nous dit que l’amour (KJV: charité) est le plus grand de tous les dons spirituels. Puisque Élohim est l’amour (1er Jean 4:8, 16), Shaul nous dit essentiellement que sans amour, aucun des autres dons spirituels ne signifie rien du tout.

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 13
1 Bien que je parle avec les langues des hommes et des anges, mais n’ont pas l’amour, je suis devenu des cuivres retentissants ou un cymbale cliquetis.

Shaul nous dit alors que l’amour est supérieur à la prophétie, aux langues et à tous les autres dons spirituels. C’est très important de réaliser, car sans amour, rien de ce que nous faisons n’a de valeur durable.

8 L’amour ne manque jamais. Mais s’il y a des prophéties, elles échoueront ; s’il y a des langues, elles cesseront; s’il y a des connaissances, elle disparaîtra.
9 Car nous savons en partie, et nous prophétiser en partie.
10 Mais quand ce qui est parfait est arrivé, alors ce qui est en partie sera fait.

Certains pensent que ce passage signifie qu’après que nous commencions à aimer, nous cesserons de parler en langues (et cesserons également de prophétiser). Cependant, cela ne peut pas être le sens de Shaul, parce que les apôtres tous aimés, et pourtant ils parlaient aussi en langues, et prophétisaient.
Ensuite, dans le chapitre Quatorze, Shaul nous dit qu’en plus de l’amour, nous devrions poursuivre le reste des dons spirituels. Cependant, le don spirituel que nous devrions chercher le plus (en plus de l’amour) est le don de la prophétie. C’est parce que si personne n’est édifié si nous parlons dans une langue inintelligible (à moins que quelqu’un interprète), quand nous prophétise, d’autres peuvent être édifiés.

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 14
1 Poursuivre l’amour; et désirez les dons spirituels, mais surtout que vous puissiez prophétiser;
2 Car celui qui parle dans une langue ne parle pas aux hommes, mais à Elohim, car personne ne le comprend; mais dans l’esprit, il parle (seulement) mystères.
3 Mais celui qui prophétise parle d’edification, d’exhortation et de réconfort aux hommes.
4 Celui qui parle dans une langue s’edifie, mais celui qui prophétise l’assemblée.
5 Je souhaite que vous pariez tous avec des langues, mais encore plus que vous prophétiez; car celui qui prophétise est plus grand que celui qui parle avec les langues, à moins qu’il n’interprète effectivement; que l’assemblée puisse recevoir l’edification.

Quand on parle dans une langue, on est edifié personnellement à cause de ce que l’on entend dans l’Esprit. Cependant, un prophète entend la même chose que quelqu’un qui parle dans une langue, mais comme il est capable de l’articuler (et de le mettre dans le langage humain), d’autres peuvent être édifiés ainsi.

Les langues, alors, sont de prophétiser comme bébé-parler est à la parole mature. Bien qu’il soit bon qu’un bébé essaie de parler, si le bébé est finalement de devenir un adulte mature, pleinement fonctionnel, alors son discours doit également mûrir. De la même manière, celui qui parle dans une langue doit travailler à développer sa capacité à articuler ce qu’il entend dans l’Esprit, afin qu’il puisse parler dans la parole humaine, et ainsi bénéficier et edifier les autres à l’Assemblée.

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 14
6 Mais maintenant, mes frères, si je viens à vous parler avec des langues, qu’est-ce que je vous profiterai à moins que je ne vous parle soit par la révélation, par la connaissance, par la prophétie, ou par l’enseignement?
7 Même les choses sans vie, qu’elles soient flûte ou harpe, lorsqu’elles font un son, à moins qu’elles ne fassent une distinction dans les sons, comment sera-t-on connue ce qui est piped ou joué?
8 Car si la trompette fait un bruit incertain, qui se préparera au combat?
9 Ainsi, de même, vous, à moins que vous ne prononcez par les mots de langue facile à comprendre, comment sera-t-il connu ce qui est parlé? Car vous parlerez dans les airs.

Lorsque nous entendons la voix de Yahvé dans l’Esprit, nous pouvons edifier les autres en parlant selon la révélation, la connaissance, la prophétie et/ou l’enseignement. Cependant, afin d’edifier quelqu’un d’autre par l’un de ces moyens, notre discours devant les autres doit d’abord être clair.

Puisque le but de la parole à l’Assemblée est d’edifier l’assemblée, à moins que notre discours n’edifiera l’assemblée, nous devrions simplement nous taire. C’est aussi pourquoi celui qui parle en langues devrait se taire à moins qu’un interprète ne soit présent : si sa langue inconnue n’edifie personne d’autre, alors elle ne fait aucun bien réel.

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 14
10 Il y a, peut-être, tant de sortes de langues dans le monde, et aucune d’entre elles n’est sans signification.
11 Par conséquent, si je ne connais pas le sens de la langue, je serai un étranger pour celui qui parle, et celui qui parle sera un étranger pour moi.
12 Même si vous, puisque vous êtes zélé pour les dons spirituels, que ce soit pour l’edification de l’assemblée que vous cherchez à exceller.
13 Par conséquent, que celui qui parle dans une langue prie pour qu’il puisse (aussi) interpréter.
14 Car si je prie dans une langue, mon esprit prie, mais ma compréhension est infructueuse.

Dans le verset 13, Shaul nous dit que celui qui parle dans une langue inconnue devrait également prier pour qu’il puisse l’interpréter, afin que son discours puisse être compris.

En d’autres termes, celui qui parle dans une langue inconnue devrait prier pour qu’il puisse prophétiser devant l’assemblée, afin que son discours puisse aussi edifier les autres (et pas seulement lui-même).

15 Quelle est donc la conclusion? Je prierai avec l’esprit, et je prierai aussi avec la compréhension. Je chanterai avec l’esprit, et je chanterai aussi avec la compréhension.
16 Sinon, si vous bénissez avec l’esprit, comment celui qui occupe la place des mal informés dira-t-il « mein » à votre don de remerciements, puisqu’il ne comprend pas ce que vous dites?
17 Pour vous, bien remercier, mais l’autre n’est pas edifié.

Ceux qui parlent dans les langues (de la variété balbutiant-lèvre) devraient continuer vers la prophétie. Ils doivent rester brisés, et mettre de côté leurs propres pensées, afin d’être en mesure d’entendre (et ainsi parler de) la voix encore petite plus clairement.

Shaul nous dit qu’il a remercié Elohim pour la capacité de parler en langues; et pourtant, il préférerait parler cinq mots de prophétie (qui pourraient être compris) que dix mille mots dans une langue inconnue.

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 14
18 Je remercie mon Elohim je parle avec les langues plus que vous tous;
19 pourtant, à l’Assemblée, je préfère dire cinq mots avec ma compréhension, pour que je puisse enseigner aux autres aussi, que dix mille mots dans une langue.

Ce n’est qu’en parlant de sa compréhension que Shaul a pu edifier le Corps. Néanmoins, Shaul nous dit qu’il est bon pour ceux qui parlent en langues de parler en eux, car ils servent de signe aux non-croyants que l’orateur est sauvé.

Qorintim Aleph (1er Cor.) 14:20-25
20 Frères, ne soyez pas des enfants dans la compréhension; cependant, dans la malice être babes, mais dans la compréhension être mature.
21 Dans la Torah, il est écrit:
« vec des hommes d’autres langues et d’autres lèvres, je vais parler à ce peuple; et pourtant, pour tout cela, ils ne m’entendront pa », dit Yahvé.
22 Par conséquent, les langues sont pour un signe, non pas à ceux qui croient, mais aux mécréants; pour prophétiser n’est pas pour les incroyants, mais pour ceux qui croient.

La langue ici est difficile, et nous devons travailler pour la comprendre. Shaul nous dit que la prophétie est destinée à ceux qui croient, tandis que les langues sont destinées à être un signe pour ceux qui ne croient pas. Cependant, Shaul ne peut pas signifier que les langues ne sont jamais utilisées pour montrer à ceux qui croient que quelqu’un vient d’être sauvé, car c’est clairement la façon dont il a été utilisé dans les actes chapitre dix, où on nous dit que ceux qui ont été nouvellement sauvés parlaient en langues.

Ma’asim (Actes) 10:44-48
44 Alors que Kepha (Pierre) prononçait encore ces paroles, l’Esprit de Set-apart tomba sur tous ceux qui entendirent la parole.
45 Et ceux de la Circoncision qui croyaient (c’est-à-dire croire les pharisiens) étaient étonnés, autant qu’avec Kepha, parce que le don de l’Esprit de Set-apart avait été versé sur les Gentils (les Éphraimites) aussi.
46 Car ils les entendirent parler avec des langues et magnifier Elohim.
Puis Kepha répondit:
47 « quelqu’un peut-il interdire l’eau, que ceux-ci ne soient pas immergés qui ont reçu l’Esprit de set-apart, tout comme nous l’avons fait ? »
48 Et il leur ordonna d’être immergés au nom de Yahvé. Puis ils lui ont demandé de rester quelques jours.

Ce que Shaul veut dire, c’est qu’il est bon pour un croyant de parler en langues en public, parce qu’il est difficile, même pour les non-croyants d’ignorer le fait que l’on parle dans une langue inconnue. Quand un non-croyant voit un croyant parler en langues, il peut lui donner un témoignage que quelque chose d’Élohim se passe.

Cependant, Shaul nous dit aussi qu’il n’est pas bon que l’assemblée parle tous en langues si un incroyant devait venir à l’Assemblée, parce que l’incroyant dirait probablement que tous les gens étaient hors de leur esprit.

23 Par conséquent, si toute l’assemblée se réunit en un seul endroit, et que tous parlent avec des langues, et qu’il y a ceux qui sont mal informés ou incroyants, ne diront-ils pas que vous êtes hors de votre esprit?
24 Mais si toute prophétise, et qu’un incroyant ou une personne mal informée entre en vigueur, il est convaincu par tous, il est condamné par tous.
25 Et ainsi les secrets de son cœur sont révélés; et ainsi, tombant sur son visage, il adorera Elohim et rapporta qu’Elohim est vraiment parmi vous.

Alors que l’avant-dire (prédiction) est parfois difficile, même pour les croyants à comprendre, même les non-croyants peuvent comprendre dire fort, si celui qui fait naître les choses de l’Esprit le fait de façon intelligible. Si le prophète utilise des mots de révélation, alors les secrets du cœur du non-croyant peuvent être révélés, et l’incroyant peut être frappé dans son cœur, puis tomber et adorer Elohim.

Pourtant, la prophétie est supérieure aux langues, même en public. Si le non-croyant peut être frappé dans son cœur si un prophète lui apporte les choses de l’Esprit dans une assemblée, alors ce même non-croyant peut également être frappé dans son cœur dans un cadre public.

Se souvenant qu’une langue est à la prophétie que le bébé-parler est à la parole mature, nous pouvons également faire quelques analogies intéressantes à la famille humaine.

Dans les familles humaines, les parents ne s’attendent pas à ce que leurs bébés utilisent la parole des adultes d’un seul coup. Ils sont ravis si leur enfant fait n’importe quel son du tout, même si cela sonne juste comme babillage de bébé (c.-à-d. langues). Cependant, à mesure que l’enfant vieillit, le parent s’attend à ce que le discours de son enfant grandisse et mûrisse, tout comme on devrait éventuellement s’attendre à ce que celui qui parle dans les langues puisse finalement prophétiser. Et quand les invités viennent à la maison, les parents peuvent comprendre ce que leur bébé dit, mais les invités peuvent ne pas comprendre, à moins que les parents interprètent pour eux.

Certaines confessions chrétiennes, cependant, encouragent le ménage à continuer à parler bébé-parler, pour célébrer le fait que leurs bébés parlent dans baby-talk. Pourtant, comment serait-il si toute la congrégation tombait à quatre pattes et commencer à ramper sur le sol, pour célébrer le fait que leurs bébés rampent? Ou si tout le monde se difformait ? Cela ne rendrait-il pas leurs invités mal à l’aise?

De même, nous sommes les enfants de notre Père, et alors qu’il est ravi quand nous babiller d’abord apprendre à parler selon Sa Voix, sera-t-il heureux si nous continuons à babiller comme des enfants? Ou ne sera-t-il pas beaucoup plus heureux si nous continuons à progresser vers un discours mature (c.-à-d. la prophétie)? Et n’est-ce pas aussi le sens prévu de Shaul dans les Treize Premiers Corinthiens ?

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 13:11
11 Quand j’étais enfant, je parlais enfant, j’ai compris quand j’étais enfant, je pensais que j’étais enfant; mais quand je suis devenu un homme, j’ai mis de côté des choses enfantines.

Alors que nous devrions toujours être heureux quand quelqu’un parle d’abord dans les langues, nous devrions également l’encourager à poursuivre son progrès spirituel, afin qu’il puisse apprendre à prophétiser (afin d’edifier les autres). Cependant, Shaul nous dit que nous ne devrions jamais interdire à quiconque de parler dans une langue quand un interprète est présent (car ce serait l’équivalent de l’interdiction de la prophétie). Cependant, lorsque les gens parlent en langues, ils doivent le faire d’une manière ordonnée:

Qorintim Aleph (1er Cor.) 14:26-28
26 Comment se fait-il alors, mes frères? Chaque fois que vous vous réunissez, chacun de vous a un psaume, a un enseignement, a une langue, a une révélation, a une interprétation (c’est-à-dire Elohim vous donne quelque chose à partager).
Que toutes choses soient faites pour l’edification!
27 Si quelqu’un parle dans une langue, qu’il y en ait deux ou au plus trois, chacun à son tour, et que l’on interprète.
28 Mais s’il n’y a pas d’interprète, qu’il garde le silence à l’Assemblée et qu’il parle à lui-même et à Elohim.

Gardons à l’esprit, cependant, que tout le monde n’est pas capable d’interpréter les langues, et Shaul nous dit que si personne n’est présent qui peut interpréter, il serait préférable pour l’assemblée si ceux qui ont une langue juste prié silencieusement.
Pourtant, même lorsqu’un interprète est présent, tout doit encore être fait de manière ordonnée. Israël est l’armée des Élohim vivants; et dans une armée, tout doit toujours être fait décemment, et dans l’ordre.

Shaul dit que ceux qui partagent pour le bénéfice de tous doivent être ordonnés et parler d’une manière qui convient à tous. Ceux qui parlent devraient se relayer, un par un.

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 14
29 Que deux ou trois prophètes parlent et que les autres jugent;
30 Mais si quelque chose est révélé à un autre qui s’assoit, que le premier se taise.
31 Car vous pouvez tous prophétiser un par un, que tous peuvent apprendre, et tout peut être encouragé.

Puisque l’ordre est important, il est bon que même ceux qui prophétisent se relaient. En outre, si quelqu’un prophétise et qu’un autre reçoit une parole rapide de révélation, alors tous les présents devraient honorer le mouvement de l’Esprit en étant silencieux, permettant à celui qui a eu assez de temps pour lui parler ce que l’Esprit vient de lui révéler.

32 Et les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes.

Les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes, ce qui signifie que les prophètes doivent se contrôler eux-mêmes. Ils n’ont pas besoin de « ourt quoi que ce soit, ou d’être désordonné en aucune façon, mais ils doivent apprendre à contrôler leurs esprits.

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 14
33 Car Elohim n’est pas l’auteur de la confusion, mais de la paix, comme dans toutes les assemblées des saints.

Enfin, Shaul nous parle des femmes prophétisant dans les assemblées. Certains ont conclu à tort que ce n’est pas parce que les femmes ne sont pas autorisées à enseigner (ou à diriger une assemblée), qu’elles ne sont pas autorisées à parler dans une assemblée, ou à prophétiser (ou à parler en langues). Cela vient généralement d’un malentendu de Premier Timothée 2:12-15.

TimaTheus Aleph (1er Timothée) 2:12-15
12 Et je ne permets pas à une femme d’enseigner, ou d’avoir autorité sur un homme, mais d’être en silence.
13 Car Adam a été formé d’abord, puis Havvah (Eve),
14 Et Adam n’a pas été trompé, mais la femme trompée, est tombée dans la transgression.
15 Néanmoins, elle sera sauvée en procréation, si (elle) continue(s) dans la foi, l’amour et la mise à part, avec la maîtrise de soi.

Cependant, Shaul ne peut pas nous dire que les femmes ne sont pas autorisées à parler dans les assemblées du tout, parce que lorsque nous continuons dans le Premier Corinthien Chapitre Quatorze, nous voyons Shaul soulignant les conclusions erronées d’un écrivain de lettres corinthienne inconnu, qui prétend que les femmes ne sont pas censés parler dans les assemblées. Ce que nous voyons, c’est que Shaul n’est pas d’accord avec cet auteur.

Se souvenant qu’il n’y a pas de guillemets en hébreu ancien (ou en grec), alors nous pouvons voir que Shaul désapprouvait les affirmations de cet écrivain corinthien inconnu selon lesquelles les femmes ne sont pas autorisées à parler dans les assemblées.

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 14
34 (Citation) « que vos femmes gardent le silence dans les assemblées, car elles ne sont pas autorisées à parler ; mais ils doivent être soumis, comme le dit aussi la Torah !
35 Et s’ils veulent apprendre quelque chose, qu’ils demandent à leur propre mari à la maison; car il est honteux pour les femmes de prendre la parole à l’Assemblée.
(Citation finale.)

Shaul réprimande l’inconnu écrivain corinthien en lui posant quelques questions.

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 14:36
36 Quoi?! (Oy!) La Parole d’Elohim est-elle venue
à l’origine de vous? Ou était-ce seulement vous qu’il atteint?

Beaucoup de gens ont historiquement pris les versets 34 et 35 comme un « euxième esso » que les femmes ne sont pas autorisés à parler dans les assemblées (avec le Premier Timothée 2:12-15). Cependant, cela ne fonctionne pas vraiment, car à moins que nous supposions que Shaul cite quelqu’un d’autre dans les versets 34 et 35, verset 36 semble sortir de nulle part, car il est complètement incongru avec ces deux autres versets. La seule façon pour le verset 36 est de comprendre que les versets 34 et 35 sont une citation d’un auteur de lettres inconnu.

Nous pouvons vérifier cela si nous revenons aux langues sources. Dans le grec Textus Receptus, le verset 36 commence par le mot de préposition grec « » (Strong’s Greek NT#2228).

NT:2228 e (ay!); une particule primaire de distinction entre deux termes liés : disjonctif, ou; comparativement, que :

Cette particule indique une distinction (ou un contraste) entre les choses qu’elle joint. En d’autres termes, il nous dit qu’il y a un contraste entre les versets 34-35 et le verset 36. Lorsqu’elle est utilisée au début d’une phrase, cette particule peut signifier « Quoi ?! » ou « Quelle absurdité ! » Cette particule e (ay!) sonne comme l’expression hébraïque «Oy!» et elle a à peu près le même sens.

Dans l’araméen de Peshitta, ce mot apparaît comme «Oy»). Le Dictionnaire syriaque compendieux de J. Payne Smith nous dit que le mot araméen indique une expression d’émerveillement simultané, de chagrin et de réfutation, tout comme l’expression hébraïque « Oy ! »

או : Interjection, exprimant le vocatif, l’émerveillement, le chagrin, la réfutation; ~ O! Oh!

Première Corinthiens 14:36.
36 Oh! Tu es passé de toi la Parole d’Elaha ? Oh! Tu ne l’as fait que ?
או דלמא מנכון הו נפקת מלתה דאלאהא. או לותכון הו בלהוד מטת.

Shaul n’aurait pu que réprimer les remarques de l’orateur dans les versets 34 et 35. Il dit : « Je n’ai jamais entendu parler d’un tel commandement de la Torah qui nous dit que les femmes doivent se taire dans les assemblées. Alors, avez-vous écrit ce commandement vous-même ? Ou êtes-vous le seul à l’avoir entendu?

Certains auteurs suggèrent que le « commandement de la Torah » que l’inconnu écrivain corinthien faisait référence est en fait Genèse 3:16.

B’reisheet (Genèse) 03:16
16 « e multiplierai grandement votre chagrin et votre conception : dans la douleur, vous éleverez des enfants. Votre désir sera pour votre mari, et il régnera sur vous.

Cependant, bien que Genèse 3:16 soutienne la direction masculine (à la fois dans le ménage, et dans les assemblées), et bien qu’il indique un rôle de soutien pour les femmes, il ne constitue pas un commandement pour les femmes de se taire. Par conséquent, nous devrions comprendre que ce que Shaul disait vraiment dans First Timothy 2:12-15 était:

TimaTheus Aleph (1er Timothée) 2:12-15
12 Et je ne permets pas à une femme d’enseigner, ou d’avoir autorité sur un homme, mais (généralement) d’être en silence (en ce qui concerne la direction dans les assemblées).
13 Car Adam a été formé d’abord, puis Havvah (Eve),
14 Et Adam n’a pas été trompé, mais la femme trompée, est tombée dans la transgression.
15 Néanmoins, elle sera sauvée en procréation, si (elle) continue(s) dans la foi, l’amour et la mise à part, avec la maîtrise de soi.

Il n’y a pas de favoritisme avec Elohim. Bien que les femmes ne soient pas autorisées à diriger une congrégation, si les femmes reçoivent le même Esprit que les hommes, pourquoi les femmes ne seraient-elles pas autorisées à parler selon l’Esprit (c’est-à-dire à parler en langues ou à prophétiser)?

Si une femme prophétise selon l’Esprit, et que l’on l’empêche de parler, alors n’est-on pas réellement éteindre l’Esprit?

Le sens de Shaul est : « La Torah ne dit pas aux femmes de ne pas parler dans les assemblées ! Vous inventez des choses!

Puis il poursuit en disant:

37 Si quelqu’un se croit prophète ou spirituel, qu’il reconnaisse que les choses que je (et non l’écrivain de Corinthe) vous écrirais sont les commandements de Yahvé.
38 Mais si quelqu’un est ignorant, qu’il soit ignorant!

Shaul conclut alors en disant aux Corinthiens que si la prophétie est en effet un bien meilleur don spirituel que les langues, il faut faire attention à ne pas interdire aux gens de parler en langues, car elle peut les aider à apprendre à prophétiser.

Qorintim Aleph (1er Corinthiens) 14
39 Par conséquent, mes frères, désirez sincèrement prophétiser ; mais n’interdisez pas de parler avec les langues.

Seulement:

40 Que toutes les choses soient faites décemment, et dans l’ordre.

Si Yahvé veut, dans le prochain chapitre, nous parlerons de ce que sont les juges, et le rôle de prophétie joue dans la nomination des juges au sein de la Nation d’Israël, ainsi que pourquoi il est absolument par excellence que n’importe quel juge en Israël entende la voix de Yahvé.

If these works have been a help to you and your walk with our Messiah, Yeshua, please consider donating. Give