Chapter 19:

Pourquoi Nous Ne Lions Pas les Téfilines

Un ensemble de tefillin

This post is also available in: English Español Indonesia Nederlands Português

« Il s’agit d’une traduction automatique. Si vous souhaitez nous aider à la corriger, vous pouvez envoyer un email à contact@nazareneisrael.org. »

Dans Matthieu 23:5, Yeshua critique les scribes et les pharisiens pour la façon dont ils portent leurs phylactères (tefillin), «pour être vus par les hommes». Cela signifie que leur objectif était d’impressionner les hommes (plutôt que d’obéir à Elohim).

Mattityahu (Matthieu) 23:5 NKJV
5 «Mais ils font toutes leurs œuvres pour être vus des hommes. Ils élargissent leurs phylactères et élargissent les bordures de leurs vêtements.

Cependant, il y a un certain nombre de façons dont nous pouvons lire ce passage, nous devons donc nous demander, Yeshua portait-il également des tefillin (phylactères)? Et devrions-nous?

Pour répondre à ces questions, étudions le sujet des téfilines (phylactères) à la lumière de l’utilisation ancienne au Moyen-Orient d’amulettes rituelles (c.-à-d., Porte-bonheur).

Tefillin Non Obligatoire à L’époque du Second Temple

Plus tôt dans cette étude, nous avons vu qu’à l’époque du Second Temple, les synagogues étaient considérées comme des centres d’étude et de culte communautaires. Les synagogues n’ont fait aucun effort pour imiter les services du temple tant que le Second Temple était encore debout.

Alors que certains rabbins croyaient à la prière par cœur, ils étaient minoritaires. L’opinion majoritaire était que la prière par cœur et les formats rigides étaient mauvais. Yeshua était aussi catégoriquement contre les prières par cœur, disant que seuls les «païens» priaient en utilisant de vaines répétitions (par exemple, Matthieu 6:7).

Cependant, nous avons également vu que les choses ont changé après la destruction du Second Temple. Puisqu’il n’y avait plus de service au temple, certains rabbins ont essayé d’imiter les services du temple à l’intérieur des synagogues (car ils pensaient peut-être que ce serait un facteur de stabilisation). C’est dans cet esprit que Rabban Gamaliel II fixa les paroles de l’Amidah et la rendit obligatoire pour tous les Juifs trois fois par jour. Les téfilines ont également été rendues obligatoires, mais uniquement en semaine.

(Cependant, rappelons-nous qu’à l’époque de Yeshua, la langue de l’Amidah n’était pas encore fixée, et ni l’Amidah ni les tefillin n’étaient considérés comme obligatoires.)

Les Preuves Archéologiques de Tefillin

Il y a une vieille exhortation à «bien considérer la source».

Le judaïsme rabbinique nous dit que Moshe (Moïse) a commencé à porter des téfilines dans le désert du Sinaï, et que les téfilines ont été continuellement utilisées depuis. Cependant, les preuves archéologiques n’appuient pas cette affirmation.

Les premiers tefillin connus ont été trouvés parmi les manuscrits de la mer Morte. Les archéologues les ont datés peut-être dès le 1er ou 2ème siècle avant notre ère, c’est-à-dire jusqu’à 100 ou 200 ans avant Yeshua (mais pas avant). Cela indique que les tefillin n’étaient pas utilisés à l’époque de Moshe, ni même à l’époque des rois David ou Salomon.

Fait intéressant, les téfilines de Qumrân étaient beaucoup plus petites que les téfilines modernes et elles contenaient des textes différents. Comme nous le verrons, certains savants pensent qu’ils étaient plus petits car ils étaient destinés à être portés toute la journée comme des amulettes (porte-bonheur). Dans la compréhension chrétienne et israélite nazaréenne, les amulettes et autres porte-bonheur sont considérés comme idolâtres, mais les juifs orthodoxes ne les considèrent pas comme idolâtres. Pour comprendre pourquoi chaque groupe croit comme il le fait, étudions les téfilines, en commençant par la version standardisée moderne.

Les Quatre Textes des Tefillin Modernes

Pour comprendre d’où viennent les tefillines anciennes, regardons d’abord les tefillines modernes. Tefillin moderne se compose de deux ensembles de boîtes noires avec des sangles. Une boîte est pour le bras gauche et l’autre boîte est pour le front. Chaque boîte contient quatre citations bibliques qui traitent de la reliure ou du placement d’un signe sur la main, et soit un mémorial ou des frontlets entre nos yeux.

La première citation est Exode 13:9.

Shemote (Exode) 13:9
9 «Ce sera comme un signe pour vous sur votre main et comme un mémorial entre vos yeux, afin que la Torah de Yahvé soit dans votre bouche; car d’une main forte Yahvé vous a fait sortir d’Égypte.

Le mot signe est oht ( אוֹת), et le mot mémorial est Zikaron ( זִכָּרוֹן). C’est Concordance de Strong OT:2142, faisant référence à une marque ou à un rappel.

OT:2142 zakar (zaw-kar ‘); une racine primitive; correctement, marquer (pour être reconnu), c’est-à-dire se souvenir; par implication, pour mentionner; aussi (comme dénominatif de OT:2145) être un homme:

La deuxième citation est Exode 13:16. Le mot signe est toujours oht ( אוֹת), mais le mot frontlets est totafot ( טוֹטָפֹת).

Shemote (Exode) 13:16
16 « Ce sera comme un signe sur ta main et comme un fronton entre tes yeux, car par la force de la main Yahvé nous a fait sortir d’Egypte. »

La signification du mot totafot est contestée. Concordance de Strong nous dit que cela signifie contourner ou lier. Cependant, nous devons souligner que si Strong est une bonne concordance, ce n’est pas un bon dictionnaire, car beaucoup de ses définitions sont tirées du judaïsme rabbinique (qui a un agenda).

OT:2903 towphaphah (to-faw-faw ‘); à partir d’une racine inutilisée signifiant contourner ou lier; un filet pour le front:

En revanche, dans son bref commentaire sur l’Exode, Ibn Ezra nous dit que le mot totafot peut provenir du mot prêcher ou prophétiser, tel qu’il est utilisé dans Ézéchiel 21:2.

Yehezqel (Ézéchiel) 21:2
2 « Fils de l’homme, tourne ta face vers Jérusalem, prêche contre les lieux mis à part, et prophétise contre la terre d’Israël…. »

Ce mot prêche ou prophétise est haineux ( הַטֵּף). Il est lié à Concordance de Strong OT:5197, signifiant prêcher ou prophétiser en distillant ou en instillant progressivement (comme le suintement).

OT:5197 nataph (naw-taf ‘); une racine primitive; suinter, c’est-à-dire distiller progressivement; par implication, tomber en gouttes; au figuré, parler par inspiration.
KJV – drop (-ping), prophétise (-et).

Si cela est vrai, alors le commandement est d’avoir quelque chose devant nos yeux qui nous prêche ou prophétise, qui instille ou insuffle lentement les paroles de Yahweh dans nos vies.

Le troisième verset est Deutéronome 6:8. Le signe verbal est oht ( אוֹת), et le mot frontlets est aussi totafot ( טוֹטָפֹת).

Devarim (Deutéronome) 6:8
8 «Tu les lieras comme un signe de ta main, et elles seront comme des frontlets entre tes yeux.»

Le dernier verset est Deutéronome 11:18. Le signe verbal est oht ( אוֹת), et le mot frontlets est toujours totafot ( טוֹטָפֹת).

Devarim (Deutéronome) 11:18
18 C’est pourquoi tu déposeras ces paroles que je viens de dire dans ton cœur et dans ton âme, et tu les lieras comme un signe sur ta main, et elles seront comme des frontlets entre tes yeux.

Chacun de ces quatre versets parle de lier ou de placer les paroles de Yahweh. Cependant, la question est de savoir si Yahvé veut dire cela littéralement, ou s’il utilise une métaphore (une figure de style).

Littéral ou Métaphorique?

Les chrétiens interprètent historiquement ces commandements comme des figures de style, mais les chrétiens sont tristement célèbres pour «spiritualiser» les commandements. En même temps, nos frères orthodoxes estiment que ces mots doivent être remplis littéralement. Cependant, alors que Juda orthodoxe accomplit le côté physique des commandements, il laisse souvent le côté spirituel défait.

Mattityahu (Matthieu) 23:23
23 Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! Car vous payez la dîme de menthe, d’anis et de cummin, et vous avez négligé les questions les plus importantes de la loi: la justice, la miséricorde et la foi. Vous auriez dû les faire sans laisser les autres défaites.

Donc, ce que nous devons savoir, c’est que Yeshua a compris ces commandements littéralement? Ou comme métaphore?

Il semble que ces commandes aient été prises comme métaphore jusque vers le 1er ou 2ème siècle avant notre ère (100 ou 200 ans avant Yeshua), car il n’y avait aucune preuve de tefillin physique avant cette date.

Alors que les tefillin étaient connus à l’époque de Yeshua, ils n’étaient pas encore obligatoires, nous avons donc encore besoin de savoir ce que Yeshua en pensait.

Alors que certains commandements doivent être accomplis littéralement, d’autres ne peuvent être compris que dans un sens figuré. Par exemple, Deutéronome 10:16 nous dit de circoncire le prépuce de nos cœurs.

Devarim (Deutéronome) 10:16
16 «C’est pourquoi circoncis le prépuce de ton cœur, et ne sois plus raide.

Cela ne peut pas signifier une chirurgie à cœur ouvert. Même s’il y avait eu hypothétiquement une salle d’opération dans le désert du Sinaï, le cœur humain n’a pas de prépuce. Par conséquent, ce verset ne peut être pris que métaphoriquement.

Il semble également difficile de prendre le Cantique des Cantiques 8:6 à la lettre, lorsque la mariée demande à être placée comme un sceau sur le cœur et comme un sceau sur le bras.

Cantique de Salomon 8: 6a
6a Etablis-moi comme un sceau sur ton cœur,
Comme un sceau sur votre bras….

Liens Proverbiaux du Roi Salomon

Dans Proverbes 3, le roi Salomon suggère que nous lions la miséricorde et la vérité autour de notre cou et que nous les écrivions sur les tablettes de notre cœur. Celles-ci semblent être métaphoriques.

Mishle (Proverbes) 3:3
3 Que la miséricorde et la vérité ne vous abandonnent pas;
Liez-les autour de votre cou,
Écrivez-les sur la tablette de votre cœur…

Proverbes 6 nous dit de lier continuellement les commandements de notre père et les instructions de notre mère sur notre cœur, et de les attacher autour de notre cou. C’est sûrement une métaphore.

Mishle (Proverbes) 6:20-22
20 Mon fils, garde les ordres de ton père,
Et n’abandonnez pas la torah de votre mère.
21 Liez-les continuellement à votre cœur;
Attachez-les autour de votre cou.
22 Quand vous errerez, ils vous conduiront;
Quand vous dormez, ils vous garderont;
Et quand vous vous réveillerez, ils parleront avec vous.

Comparons maintenant les Proverbes du roi Salomon avec le Shema (spécifiquement Deutéronome 6:6-8), et aussi avec Deutéronome 11:18-19.

Devarim (Deutéronome) 6:6-8
6 Et ces paroles que je vous commande aujourd’hui seront dans votre cœur.
7 Tu les enseigneras avec diligence à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras assis dans ta maison, quand tu marcheras en chemin, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras.
8 Tu les lieras comme un signe de ta main, et elles seront comme des frontules entre tes yeux.

Devarim (Deutéronome) 11:18-19
18 C’est pourquoi tu déposeras ces paroles que je viens de dire dans ton cœur et dans ton âme, et tu les lieras comme un signe sur ta main, et elles seront comme des frontaux entre tes yeux.
19 Vous devez enseigner les à vos enfants, en parlant d’eux lorsque vous vous asseyez dans votre maison, lorsque vous marchez en chemin, lorsque vous vous allongez et lorsque vous vous levez.

Il y a tellement de parallèles ici qu’il semble que le roi Salomon ait dû utiliser le Shema (et peut-être aussi Deutéronome 11:18-19) comme source d’inspiration pour Proverbes 3 et 6. Cela semble raisonnable car non seulement il n’y avait pas de lois sur le droit d’auteur dans les temps anciens, mais le plagiat était considéré comme un compliment. (Comme il est dit, « l’imitation est la forme la plus sincère de flatterie. ») Dans les temps anciens, il était sage d’imiter ou d’imiter les grandes œuvres existantes (afin de s’approprier leur sagesse). Dans cette optique, quoi de plus sage que d’imiter ou d’imiter les paroles de Yahvé?

Si nous pouvons accepter que le roi Salomon ait utilisé le Shema et peut-être aussi Deutéronome 11:18-19 comme source d’inspiration pour Proverbes 3 et 6, notons que tandis que le roi Salomon dit d’attacher et de lier les paroles de nos parents sur nos cœurs et sur nos cous. , il l’entend comme une figure de style. Il n’y a aucune mention de liaison physique (comme pour les téfilines). Le but n’était pas de faire des cases littérales remplies de transcriptions des paroles de nos parents. Il s’agissait plutôt de chérir leurs instructions et de les chérir.

Totafot dans la Septante

La Septante grecque était une traduction officielle du Tanach (ancienne alliance) en grec. Il a été traduit environ 200 à 300 avant notre ère. Dans la Septante, le mot totafot est le mot asaleutos (ἀσάλευτος), signifiant immobile. Par conséquent, «totafot entre vos yeux» est compris comme signifiant «immobile devant vos yeux». Cela semble aussi être une métaphore, comme si Yahvé attendait de nous que nous placions ses paroles devant nous de manière inébranlable. Il ne semble pas faire référence à de petites boîtes en cuir noir (ou autres amulettes) qui peuvent être mises et enlevées.

Amulettes dans la Grèce Antique et Israël

Dans l’ancien Moyen-Orient, on pensait que l’univers était rempli de nombreux (faux) dieux, et les gens cherchaient souvent à gagner la faveur de leurs faux dieux en utilisant des statues, des figurines, des idoles et des amulettes. Par exemple, le père de Rachel, Laban, avait des idoles domestiques.

B’reisheet (Genèse) 31:19
19 Laban était parti tondre ses brebis, et Rachel avait volé les idoles de la maison qui appartenaient à son père.

Cependant, Yahvé dit que nous ne devons pas nous tourner vers des idoles, ni nous faire des dieux moulés.

Vayiqra (Lévitique) 19:4
4 Ne vous convertissez pas aux idoles, et ne vous faites pas de dieux moulés: je suis Yahvé votre Elohim.

En hébreu, le mot pour un dieu est élohim, et ce mot se réfère à un puissant, ou à un pouvoir spirituel qui peut donner des faveurs, de la force, une longue vie ou d’autres bénédictions. C’est effectivement ce que sont les amulettes, ce sont des objets fabriqués par l’homme qui sont conçus pour donner au porteur une faveur surnaturelle avec des élohim invisibles (dieux).

Il y avait de nombreux dieux dans le panthéon grec, et il était courant de porter des amulettes pour gagner leur faveur. Ceci est important pour nous, car les Macédoniens (Grecs) ont envahi la terre d’Israël sous Alexandre le Grand, et Israël était sous la domination macédonienne (grecque) lorsque les premiers tefillin ont été pensés avoir été créés (vers 100-200 avant notre ère).

En grec, à partir du quatrième siècle avant notre ère, ces amulettes étaient connues sous le nom de periapta ou periammata, ce qui signifie «choses liées». Cela ressemble beaucoup à la définition (probablement incorrecte) de Strong pour totafot.

OT: 2903 towphaphah (to-faw-faw ‘); à partir d’une racine inutilisée signifiant contourner ou lier; un filet pour le front:

Les amulettes peuvent inclure des objets tels que des cordons, des bracelets, des ceintures, des pendentifs, des bagues ou des colliers. Ils étaient généralement attachés autour d’une partie du corps (comme un bras, une jambe, le cou ou la tête), ou ils étaient attachés à des vêtements. Surtout, également souvent contenu du texte.

Amulettes Rabbiniques et Tefillin

Les amulettes sont courantes dans le judaïsme rabbinique. Nous devrions étudier de près l’amour du rabbin pour les amulettes, car les amulettes apparaissent fréquemment dans les premiers écrits rabbiniques, généralement à côté des tefillin. Les amulettes sont également représentées sous un jour positif. Par exemple, dans la Mishna, dans Tractate Kelim, chapitre 23: 1, on nous dit que si une amulette ou un téfiline se déchire, quiconque touche (ou utilise) l’amulette déchirée devient impur, mais quiconque touche son contenu reste propre.

MISHNAH 1. SI UNE BALLE, UNE CHAUSSURE-DERNIÈRE, UNE AMULETTE OU UNE TEFILLINE ONT ÉTÉ BRÛLÉES, CELUI QUI LES TOUCHE DEVIENT NON NETTOYÉ, MAIS CELUI QUI TOUCHE LEUR CONTENU RESTE PROPRE.
[Mishna, Tractate Kelim, Chapitre 23:1]

L’implication est que le contenu des amulettes est bon. Cependant, c’est le contraire de ce que dit Yahweh.

Tefillin, Phylactères et Amulettes

Comme nous l’avons vu précédemment, Yeshua mentionne les téfilines dans l’Alliance Renouvelée (Nouveau Testament) en Matthieu 23: 5, où Il semble critiquer les Pharisiens pour avoir porté leurs phylactères afin d’impressionner les hommes.

Mattityahu (Matthieu) 23: 5
5 «Mais ils font toutes leurs œuvres pour être vus des hommes. Ils élargissent leurs phylactères et élargissent les bordures de leurs vêtements.

Le mot pour les phylactères est phulakterion, lequel est Concordance de Strong NT:5440.

NT:5440 phulakterion (foo-lak-tay’-ree-on); neutre d’un dérivé de NT:5442; un étui de protection, c’est-à-dire « phylactère » pour porter des fiches de textes bibliques:

Cependant, alors que Strong est une concordance décente, ce n’est pas toujours un bon dictionnaire. En réalité, c’est le mot grec pour une amulette protectrice.

Histoire des Amulettes Écrites

Les premières amulettes connues ont été trouvées en Egypte. Ils sont datés au plus tard au huitième siècle avant notre ère. Des amulettes punico-phéniciennes avec des inscriptions dans des capsules ont été trouvées dans des tombes et d’autres endroits à Carthage (Afrique du Nord) et en Sardaigne, et celles-ci datent du VIIe au Ve siècles avant notre ère. Il y avait aussi deux amulettes hébraïques en argent trouvées dans un site funéraire de Jérusalem, que les archéologues datent d’environ le septième ou sixième siècle avant notre ère. Les archéologues ont également trouvé un morceau de feuille de métal avec des inscriptions placées sur des cadavres, qui datent d’environ 400-330 avant notre ère. On pense que ceux-ci peuvent avoir été placés sur les cadavres pour protéger les morts des enfers.

Bien que les amulettes aient pu être placées pour la première fois sur les morts, au fil du temps, elles ont été largement utilisées par les vivants. Les Romains aimaient la culture grecque et les amulettes étaient largement portées par les Romains à l’époque de Yeshua. Alors que certains étaient destinés à traiter des conditions médicales spécifiques, d’autres ont été rédigés pour une protection générale ou pour une longue vie. Ces sortes d’amulettes étaient sûrement portées par les soldats et les fonctionnaires romains occupant la terre d’Israël.

Tefillin Comme Amulette de Longueur de Jours

Comme nous l’avons noté précédemment, les premiers tefillin connus ont été trouvés parmi les manuscrits de la mer Morte à Qumrân. Ils ont été datés par des archéologues peut-être aussi loin que le 1er ou 2ème siècle avant notre ère. Cependant, ils n’étaient pas les mêmes que les téfilines rabbiniques maintenant standard. Par exemple, certains contenaient les Dix Commandements. Cependant, les téfilines de Qumran étaient clairement conçues pour être portées comme des amulettes, recherchant une longue vie ou une faveur céleste.

Un parchemin spécial tefillin connu sous le nom de 4QPhylN a un texte de Parashat Ha’azinu, également appelé le Chanson de Moshe. Mais pourquoi un ancien juif porterait-il un parchemin tefillin contenant une partie du chant de Moshe?

Alors que les chrétiens ont tendance à penser en termes de «textes de preuve», les juifs ont tendance à penser en termes d’histoires. Par exemple, quand on se réfère aux deux citations d’Exode concernant les téfilines (Exode 13:9 et Exode 13:16), l’esprit juif pense à l’histoire de la Pâque, au premier exode et aux promesses qui concernent ceux qui gardent la Pâque. De même, Deutéronome 11:18 rappelle les bénédictions sur la longue vie contenues trois versets plus tard, au verset 21.

Devarim (Deutéronome) 11:18-21
18 C’est pourquoi tu déposeras ces paroles que je viens de dire dans ton cœur et dans ton âme, et tu les lieras comme un signe sur ta main, et elles seront comme des frontaux entre tes yeux.
19 Tu les enseigneras à tes enfants, en parlant d’eux quand tu seras assis dans ta maison, quand tu marcheras en chemin, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras.
20 Tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes,
21 afin que vos jours et les jours de vos enfants se multiplient dans le pays dont Yahvé a juré à vos pères de leur donner, comme les jours des cieux au-dessus de la terre.

Maintenant, comparons cela au texte du Cantique de Moché.

Devarim (Deutéronome) 32:45-47
45 Moché acheva de dire toutes ces paroles à tout Israël,
46 et il leur dit: « Mettez votre cœur sur toutes les paroles que je témoigne parmi vous aujourd’hui, que vous ordonnerez à vos enfants d’observer soigneusement – toutes les paroles de cette Torah.
47 Car ce n’est pas une chose inutile pour vous, parce que c’est votre vie, et par cette parole vous prolongerez vos jours dans le pays que vous traverserez le Jourdain pour le posséder. « 

Ce que cela suggère, c’est qu’au moins dans les premiers jours des tefillin, certains des versets ont été sélectionnés sur la base de l’espoir que le port d’une telle amulette apporterait la faveur d’Elohim, et qu’Il accorderait alors une longue vie. Cependant, puisque Elohim ne commande pas cela, cela semble être une pratique païenne adoptée qui a été introduite dans la forme de culte rabbinique après l’occupation macédonienne (grecque) de la terre.

Mezuzot comme Amulettes

Nous parlerons de mezuzot (pluriel de mezouza) plus en détail dans le chapitre suivant, mais nous devrions mentionner que Deutéronome 11:18-21 comprend également le verset 20, que frère Juda interprète comme le commandement de placer le mezuzot sur les montants de porte de leurs maisons. et leurs portes. Nous prévoyons de lui donner son propre chapitre, mais les amulettes pour maisons étaient auparavant pratiquées dans la culture mésopotamienne (et ailleurs).

La mezouza pourrait servir d’amulette pour protéger la maison, ainsi que ceux qui y habitent et autour d’elle (à savoir, les femmes et les enfants). Dans cette optique, les téfilines pourraient être considérées comme une mezouza pour le corps, c’est-à-dire comme une amulette conçue pour protéger le porteur alors qu’il était loin de la prétendue protection de l’amulette de la maison. Cela aide également à expliquer pourquoi les téfilines anciennes étaient tellement plus petites que les téfilines d’aujourd’hui, de sorte qu’elles pouvaient être portées pour se protéger toute la journée.

Bien que les anciens tefillin puissent avoir été portés pendant la journée, ils ne l’ont pas été la nuit, peut-être parce que le porteur était à nouveau sous la protection présumée de l’amulette de la maison (mezouza).

Pourquoi les Tefillin Ne Sont Pas Portées le Shabbat

Le judaïsme dit que la raison pour laquelle les tefillin ne sont pas portés le Shabbat est qu’ils servent de témoin, et Shabbat est en soi un témoin, et donc ils ne sont pas nécessaires. Cependant, cela n’a pas beaucoup de sens si l’on interprète le commandement de lier littéralement un signe sur sa main.

La vraie raison pour laquelle les tefillin ne sont portés que pendant la semaine peut avoir à voir avec l’interdiction rabbinique de porter quoi que ce soit pendant le Shabbat (par exemple, Mishnah Shabbat 6: 2). Même si les anciens tefillin étaient petits, il y aurait eu une interdiction de les porter ou de les «porter» le Chabbat, il est donc logique qu’ils ne soient pas portés le Chabbat.

Qu’a vraiment dit Yeshua?

Maintenant, considérons à nouveau ce que Yeshua a vraiment dit dans Matthieu 23:5.

Mattityahu (Matthieu) 23: 5 NKJV
5 «Mais ils font toutes leurs œuvres pour être vus des hommes. Ils élargissent leurs phylactères et élargissent les bordures de leurs vêtements.

Il y a plusieurs façons de lire ceci. Une façon est de penser que Yeshua approuvait les petits phylactères et ne critiquait que les pharisiens pour avoir fait les leurs (et par rapport aux anciens tefillin, les tefillin d’aujourd’hui sont comparativement très gros).

Une autre façon est de penser que Yeshua se moquait d’eux parce qu’ils portaient des phylactères. C’est-à-dire qu’Il se moquait d’eux pour avoir «fabriqué de très gros téfilines» afin que les hommes puissent les voir et attirer leur attention, ce que Yeshua a dit que c’est le genre de chose que les hypocrites font pour attirer l’attention.

Considérez comment Yeshua a dit que les hypocrites sonnent le shofar avant de faire un acte de charité, afin qu’ils puissent avoir la gloire des hommes. (Comparez cela aussi aux personnes qui donnent de l’argent pour que leur nom apparaisse sur une liste de donateurs ou pour qu’elles reçoivent les éloges des autres.)

Mattityahu (Matthieu) 6:1-4
1 «Prenez garde de ne pas faire vos œuvres de bienfaisance devant les hommes, pour être vus par eux. Sinon, vous n’avez aucune récompense de votre Père céleste.
2 C’est pourquoi, lorsque vous faites une œuvre de charité, ne sonnez pas de la trompette devant vous comme le font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin qu’ils soient glorifiés par les hommes. Assurément, je vous le dis, ils ont leur récompense.
3 Mais lorsque vous faites une œuvre de charité, ne laissez pas votre main gauche savoir ce que fait votre main droite,
4 que votre acte de bienfaisance puisse être secret; et votre Père qui voit en secret vous récompensera lui-même ouvertement.

Puisque les manuscrits hébreux originaux de l’Alliance renouvelée n’existent plus, nous ne savons pas exactement ce que Yeshua a dit. Cependant, il semble hautement improbable que Yeshua ait porté des tefillin ou d’autres amulettes, car elles semblent être une adaptation rabbinique d’amulettes païennes gréco-romaines.

De plus, Yeshua nous a dit de ne pas s’inquiéter pour nos vêtements. Si les téfilines étaient importantes, ne nous aurait-il pas dit de les porter?

Luca (Luc) 12:22-28
22 Alors il dit à ses disciples: « C’est pourquoi je vous le dis, ne vous inquiétez pas de votre vie, de ce que vous mangerez, ni du corps, de ce que vous allez mettre.
23 La vie est plus que la nourriture, et le corps est plus que les vêtements.
24 Considérez les corbeaux, car ils ne sèment ni ne moissonnent, qui n’ont ni entrepôt ni grange; et Elohim les nourrit. De quelle valeur avez-vous plus que les oiseaux?
25 Et lequel de vous en s’inquiétant peut ajouter une coudée à sa stature?
26 Si vous n’êtes donc pas en mesure de faire le moins possible, pourquoi vous inquiétez-vous du reste?
27 Considérez les lis, comment ils poussent: ils ne peinent ni ne filent; et pourtant je vous le dis, même Salomon dans toute sa gloire n’était pas vêtu comme l’un d’eux.
28 Si donc Elohim habille ainsi l’herbe, qui aujourd’hui est dans le champ et demain est jetée dans le four, combien plus vous habillera-t-Il, vous de peu de foi?

Pour toutes ces raisons, nous ne pensons pas que Yeshua aurait porté des téfilines, et nous ne pensons pas qu’Il voudrait que nous les portions aujourd’hui.

Dans le chapitre suivant, nous parlerons de la version maison de l’amulette, qui est la mezouza.

If these works have been a help to you and your walk with our Messiah, Yeshua, please consider donating. Give