Chapter 16:

Pourquoi une Foie Judéo-Chrétienne?

This post is also available in: English Deutsch Indonesia

Bienvenue dans l’Israël nazaréen, la croyance judéo-chrétienne originale du premier siècle dans le Messie Yéshoua (souvent appelé Jésus). L’Écriture appelle cette foi originelle en Actes 24:5 la secte des Nazaréens.

Ma’asei (Actes des Apôtres) 24:5
Car nous avons découvert que cet homme était un fléau, un créateur de désunion parmi tous les Juifs du monde entier, et un chef de file de la secte nazaréen ».

L’apôtre Shaul (Paul) a répondu qu’il croyait tout ce qui était écrit dans la Thora (lois de Moïse) et les prophètes.

Ma’asei (Livre des Actes) 24:14
Mais je vous confesse que, comme on appelle une secte, j’adore les Elohim de mes pères et je crois en tout ce qui est écrit dans la Loi [Thora] et dans les Prophètes.

Il est important de comprendre ce que Shaul dit ici afin de ne pas se méprendre sur son message. Au premier siècle, il y avait un certain nombre de sectes en Israël, notamment les pharisiens, les sadducéens, les esséniens et d’autres. Tous ces groupes étaient des sectes au sein du judaïsme. Shaul lui-même ne répond pas en disant que la Loi a été abolie, il dit qu’il croit tout ce qui est écrit dans la Loi et les Prophètes. Il nous dit aussi qu’Elohim (Dieu) n’avait pas rejeté son peuple, les Juifs, parce qu’il était lui aussi Israélite.

Romim (Romains) 11:1
Je demande donc : Elohim a-t-il chassé son peuple ? Certainement pas ! Car je suis aussi un Israélite, de la race d’Abraham, de la tribu de Benjamin.

On dit que lorsqu’un juif lit l’Alliance Renouvelée (Nouveau Testament), c’est comme s’il lisait un livre complètement différent de celui du chrétien païen, parce que le juif le lit avec une compréhension juive des concepts. Comme nous le montrons dans Nazaréen Israël : la foi originelle des apôtres, nous devrions comprendre Marc 9:38-41 comme signifiant là où Jochanan (Jean) Yéshoua a dit que quelqu’un chasse les démons en son nom qui ne les suit pas. Ce que le Juif sait, c’est que c’est une autre façon de dire qu’ils ne suivent pas la Halacha (l’exemple du rabbin de la secte, qui dans ce cas est Yéshoua).

Marqaus (Marc) 9:38-41
Jean lui dit : Maître, nous avons vu quelqu’un qui chassait les démons en ton nom. Nous lui avons dit de ne plus le faire parce qu’il ne nous suit pas. Ne l’en empêchez pas, répondit Yéshoua, car personne ne peut accomplir un miracle en mon nom et, aussitôt après, dire du mal de moi. Celui qui n’est pas contre nous est pour nous. Et même, si quelqu’un vous donne à boire en mon nom, ne serait-ce qu’un verre d’eau, parce que vous appartenez au Messie, vraiment, je vous l’assure, il ne perdra pas sa récompense.

Dans nos autres travaux, nous montrons comment Yéshoua était contre l’ordre rabbinique parce qu’il le considérait comme un substitut à l’ordre lévitique de son père. Il faut cependant noter que Yéshoua n’était pas contre le judaïsme ou les pratiques des patriarches. Par exemple, bien que Yéshoua ait fermement condamné les rabbins pour le port de larges bandes sur leurs tefillin (phylactères), il n’a jamais condamné cette pratique. Il n’a également jamais condamné le port des tzitzit (glands), mais seulement « l’extension des limites de leurs vêtements (c’est-à-dire l’extension de leurs tzitzit jusqu’à ce qu’ils touchent le sol) ».

Mattityahu (Matthieu) 23:1-8
Alors Yéshoua parla au peuple et à ses disciples, en disant : « Les scribes et les pharisiens sont assis sur le siège de Moïse. Maintenant donc, tout ce qu’ils vous disent, faites-le et gardez-le ; mais ne faites pas selon leurs oeuvres ; car ils le disent, mais ne le font pas. Ils lient des fardeaux lourds et insupportables, et les mettent sur les épaules des hommes ; mais eux-mêmes ne lèvent pas le petit doigt. Mais ils font tout leur travail pour être vus par les hommes. Ils élargissent leurs bretelles de prière et les glands de leurs vêtements. Ils aiment s’asseoir au sommet du banquet et dans les synagogues, et ils aiment être accueillis sur le marché et être appelés rabbins par le peuple. Mais vous ne serez pas appelés Rabbi, car un seul est votre Maître, mais vous êtes tous frères.

Bien que Yéshoua ait fait subir aux rabbins un fléau pour leur attitude (c’est-à-dire leurs faux esprits), il dit au verset 8 que nous devrions le considérer comme notre seul rabbin. Dans la pensée juive, cela signifierait qu’ils devraient l’imiter et suivre ses règles sectaires. C’est exactement ce qu’écrit Yochanan (Jean).

Yochanan Aleph (1. Jean) 2:3-6
Et par là, nous nous rendons compte que nous l’avons reconnu lorsque nous respectons ses commandements. Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et en lui n’est pas la vérité. Mais celui qui tient sa parole, en lui, c’est vraiment l’amour des Elohim parfait. Nous savons par-là que nous sommes en lui. Quiconque dit qu’il reste en lui doit vivre comme il a vécu.

Bien que Yéshoua ait été leur seul rabbin, la culture hébraïque consiste toujours à imiter le chef de la secte – et s’il n’est pas disponible, alors à imiter ses autres disciples.

Corinthim Aleph (1 Corinthiens) 11:1
Imitez-moi comme j’imite aussi le Messie.

Comme nous, à Nazarene, montrons Israël, les apôtres ont écrit leurs lettres aux païens, leur disant qu’ils étaient les perdus et les dispersés des douze tribus d’Israël, qui ont été rappelés par l’Esprit de Yéshoua.

Yaakov (Jacques) 1:1
Yaakov, serviteur de l’Elohim et du Messie YAHWEH Yéshoua, aux douze tribus dispersées à l’étranger Je vous salue.

Bien que Yéshoua ait fait subir aux rabbins un fléau pour leur attitude (c’est-à-dire leurs faux esprits), il dit au verset 8 que nous devrions le considérer comme notre seul rabbin. Dans la pensée juive, cela signifierait qu’ils devraient l’imiter et suivre ses règles sectaires. C’est exactement ce qui a écrit Yochanan (Jean).

Yochanan Aleph (1. Jean) 2:3-6
Et par là, nous nous rendons compte que nous l’avons reconnu lorsque nous respectons ses commandements. Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et en lui n’est pas la vérité. Mais celui qui tient sa parole, en lui, c’est vraiment l’amour des Elohim parfait. Nous savons par-là que nous sommes en lui. Quiconque dit qu’il reste en lui doit vivre comme il a vécu.

Bien que Yéshoua ait été leur seul rabbin, la culture hébraïque consiste toujours à imiter le chef de la secte – et s’il n’est pas disponible, alors à imiter ses autres disciples.

Corinthim Aleph (1 Corinthiens) 11:1
Imitez-moi comme j’imite aussi le Messie.

Comme nous, à Nazaren, montrons Israël, les apôtres ont écrit leurs lettres aux Gentils, leur disant qu’ils étaient les perdus et les dispersés des douze tribus d’Israël, qui ont été rappelés par l’Esprit de Yéshoua.

Yaakov (Jacques) 1:1
Yaakov, serviteur des Elohim et du Messie YAHWEH Yéshoua, aux douze tribus dispersées à l’étranger Je vous salue.

Pour des raisons prophétiques, nous, dans l’Israël nazaréen, déclarons que la foi originale des apôtres devait être supprimée avant de pouvoir atteindre la victoire. D’abord, les fidèles devaient se retirer à Rome, où ils étaient trompés par un homme de péché (un homme sans morale) qui allait défier la Parole du Père. Cet homme d’immoralité est le pape (ou papauté).

Prière de Thessalonique (2e Thessaloniciens) 2:3-4
Que personne ne vous séduise, car ce jour ne viendra que si l’apostasie vient d’abord et que l’homme de péché est révélé, le Fils de la Perdition, qui résiste et s’élève au-dessus de tout ce qui est appelé Elohim ou adoré, de sorte qu’il s’assied comme Elohim dans le Temple d’Elohim et se montre comme Elohim.

Considérez cet écrit du IVe siècle dans lequel le père Epiphanius de l’Eglise catholique parle de la secte nazaréenne comme s’il s’agissait d’hérétiques parce qu’ils ont préservé la foi judéo-chrétienne qui était autrefois transmise aux saints.

Les Nazaréens ne diffèrent pas d’eux [les Juifs orthodoxes] sur un point essentiel, car ils pratiquent les coutumes et les enseignements prescrits par la loi juive, sauf qu’ils croient au Christ. Ils croient en la résurrection des morts et en la création de l’univers par Dieu. Ils prêchent que Dieu est unique et que Jésus-Christ est son Fils. Ils sont très instruits dans la langue hébraïque. Ils lisent la loi [la loi de Moïse] …. C’est pourquoi ils sont différents… des vrais chrétiens parce qu’ils ont jusqu’à présent accompli des rites juifs tels que la circoncision, le sabbat et d’autres.
[L’Église Père Épiphane de Salamine, Contre les hérésies, Panarion 29, 7, pp. 41, 402]

Si nous lisons ceci avec des yeux juifs, nous voyons que les Nazaréens ont encore effectué les services de la Brit Milah (circoncision) au quatrième siècle. La référence aux Nazaréens lisant la loi est sans doute une référence au service de la Torah le jour du Shabbat. En effet, la principale plainte d’Epiphane semble être que la foi judéo-chrétienne originelle était encore trop juive, alors que c’est précisément le culte pour lequel l’apôtre Judas (Yehudah) est censé se battre.

Yehudah (Judas) 3
Bien-aimés, alors que j’étais très occupé à vous écrire sur notre salut commun, j’ai trouvé nécessaire de vous écrire et de vous exhorter à lutter sérieusement pour la foi qui a été remise une fois pour toutes aux saints.

Le fait que les Nazaréens aient continué à être juifs est perdu pour la plupart des chrétiens en raison de problèmes de traduction dans la plupart des versions grand public. Par exemple, la version du roi Jacques dans Colossiens 2:16-17 fournit deux mots en italique (jours et est) qui inversent effectivement le sens du texte.

Colossiens (Colossiens)2:16-17, KJV
Ne soyez donc jugés par personne, ni après la viande, ni après la boisson, ni après le jour saint, ni après les nouvelles lunes, ni après les sabbats, qui sont l’ombre des choses à venir ; mais le corps est du Messie

Avec ces deux mots ajoutés, la Ligue des jeunes communistes donne l’impression que nous ne devons pas laisser la fraternité nous dicter la nourriture rituelle que nous devons manger ou boire, ou les jours de culte que nous devons observer. Cependant, puisque nous savons que nous ne pouvons ni ajouter ni soustraire à Sa Parole, laissons de nouveau les mots ajoutés « jours et est » dehors et lisons ce passage avec des yeux juifs.

Colossiens (Colossiens) 2:16-17 (KJV, sans ajout de mots)
Que personne ne vous juge donc en fonction de la nourriture ou de la boisson, ou après un jour saint, ou après la nouvelle lune, ou après le Shabbat, qui sont l’ombre des choses à venir, mais le corps du Messie.

Trois idées principales sont mentionnées ici (1-2-3) :

  1. que personne ne vous juge sur la nourriture ou la boisson, ou sur un jour saint, la nouvelle lune ou le Shabbat.
  2. qui sont une ombre [prophétique] des choses à venir
  3. mais le corps du [Messie]

Si nous réorganisons les clauses pour que les Anglais puissent mieux lire, [3-1-2] Shaul a seulement dit que le corps du Messie devrait nous juger en chair, en boisson, ou par rapport à un sabbat ou un jour de fête, parce que les fêtes sont les ombres prophétiques des choses à venir.

3] Nul autre que le corps du Messie ne vous jugera
1] dans la viande ou dans les boissons ou en relation avec un jour saint, les nouvelles lunes ou le sabbat ;
2] car ils sont les ombres prophétiques des choses à venir.

Shaul dit que nous devrions seulement laisser le corps du Messie nous dire ce que nous devrions manger et boire et quelles fêtes nous devrions observer (et comment), parce que ces rites et rituels sont les ombres prophétiques des choses à venir. Tout comme les apôtres devaient être à Jérusalem à la Pentecôte pour accomplir les rites et les rituels de la fête de la Pentecôte en attendant que ces ombres prophétiques s’accomplissent.

Ma’asei (Actes des Apôtres) 2:1-2
Et quand le jour de la Pentecôte est arrivé, ils étaient tous réunis au même endroit. Soudain, un bruit vint du ciel, comme celui d’une tempête impétueuse, et il remplit toute la maison où ils étaient assis.

Dans la pensée juive, les prières et les rituels qui accompagnent chaque fête font partie du bon déroulement de chaque fête. Par conséquent, dans la conscience juive, si le service n’est pas exécuté de la bonne manière (ou au bon moment), c’est comme si le service n’était pas exécuté du tout. Cela peut sembler étrange pour ceux qui ont un passé de chrétien païen, mais il semble clair que Yéshoua était très actif dans sa synagogue locale où ces rites et rituels auraient été enseignés.

Luqa (Luc) 4:16
Il est donc venu à Nazareth, où il avait grandi. Et comme c’était sa coutume, le jour du Shabbat, il entra dans la synagogue et se leva pour lire.

Dans le judaïsme, c’est un honneur de lire la Torah devant le peuple. Cet honneur n’est accordé qu’aux Juifs qui ont une bonne réputation parmi le peuple et au trésorier de la synagogue. Ainsi, l’exemple de Yéshoua nous montre qu’il était non seulement un lecteur régulier dans sa synagogue mais aussi un soutien actif de sa synagogue locale. C’est l’exemple que nous sommes appelés à suivre.

Parfois, les personnes d’origine éphraïmite ont des liens émotionnels forts avec le fait que leur héritage tribal est différent de celui des Juifs. Mais quel que soit notre héritage, si notre rabbin et ses disciples étaient tous juifs, c’est précisément parce que la manière dont la synagogue était célébrée serait toujours juive. Notez que Shaul nous dit que le service a été organisé pour la tribu de Juda.

Romim (Romains) 9:4
Ce sont des Israélites, à qui appartiennent l’adoption et la gloire, les alliances et la loi, le service et les promesses,

Shaul a également aidé les assemblées dans la distraction à savoir quelles étaient les traditions juives appropriées pour ces rites et cérémonies de culte juif.

Corinthiens Aleph (1 Corinthiens) 11:2
Je vous loue maintenant, frères, de vous souvenir de moi en toutes choses et de garder les traditions telles que je vous les ai transmises.

C’est une bonne nouvelle que la grande commission de Yéshoua soit le commandement d’aller dans le monde entier et de construire des synagogues où Yéshoua et YAHWEH sont loués et adorés à la manière de Yéshoua.

Mattityahu (Matthieu) 28:19-20
Allez donc enseigner à toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours, même jusqu’à la fin du monde. Amen.

[*Pour savoir pourquoi nous nous immergeons dans le seul nom de Yéshoua, voir « Immersion dans le seul nom de Yéshoua », dans les études des écritures nazaréennes, volume 3].

Lorsque les anciennes familles spirituelles de chaque ville se réunissent pour offrir des louanges et des cultes selon les services de l’ancienne synagogue hébraïque, cela ne glorifie pas seulement le nom de Yéshoua, mais nous prépare aussi aux événements prophétiques à venir. Ceux qui aident à répandre la Bonne Nouvelle de Yéshoua seront bénis selon la Parole de Yéshoua.

If these works have been a help to you and your walk with our Messiah, Yeshua, please consider donating. Give