Chapter 2:

Le christianisme : Les dix tribus perdues

This post is also available in: English Español Deutsch Indonesia Nederlands Português Italiano

« Il s’agit d’une traduction automatique. Si vous souhaitez nous aider à la corriger, vous pouvez envoyer un email à contact@nazareneisrael.org. » 

Bienvenue au Nazaréen Israel. Je m’appelle Norman Willis. Et aujourd’hui, je veux vous montrer un mystère appelé les deux maisons d’Israël.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi l’apôtre Yaakov (ou Jacques) a écrit son épître non pas aux chrétiens, mais aux douze tribus d’Israël, qui sont dispersées à l’étranger?

Et vous êtes-vous déjà demandé pourquoi, dans Apocalypse chapitre 7, nous lisons que les douze tribus d’Israël sont scellées, mais qu’on ne nous dit jamais qu’aucun chrétien ne l’est?

De plus, lorsque la Nouvelle Jérusalem desciende des cieux dans Apocalypse chapitre 21, pourquoi n’y at-il pas de portes pour les chrétiens, mais seulement des portes pour les douze tribus d’Israël?

De plus, pourquoi le Messie Yéchoua (que certains appellent Jésus-Christ) at-il dit qu’il n’avait pas été envoyé mais pour les brebis perdues de la maison d’Israël? ¿Qui sont les brebis perdues de la maison d’Israël? Et pourquoi n’est-il venu que pour eux?

Il ya beaucoup de mystères dans les Ecritures, et une fois que nous comprenons le Mystère des deux maisons, nous pouvons comprendre la prophétie biblique comme jamais auparavant.

Pour expliquer ce mystère, nous devons creuser dans les détails, et cela peut demander un Certain esforzarse, mais cet esfuerzo en vaut la peine, car une fois que nous comprenons le cours des événements dans l’Écriture, alors les prophéties se déroulent devant nous clairement, et nous pouvons comprendre le flux des prophéties bibliques avec une clarté qu’il n’est pas possible d’atteindre d’une autre manière.
Alors rejoignez-nous maintenant pour le Mystère des deux maisons.

Intro

Pour commencer à éclaircir le mystère des deux maisons d’Israël, comprenons que dans la Bible, le Créateur Yahvé (ou Jéhovah) a fait des promesses spéciales au Patriarche Abraham (ou Avraham). La Bible dit que ces promesses spéciales ont été données à Avraham et à ses descendants (ou comme la Bible le dit, à sa descendance). C’est parce qu’Avraham a obéi à la voix de Yahvé.

Cela nous dit que l’obéissance aux commandements de Yahvé est importante.

Dans la Genèse 22:17, Yahvé le dit à Avraham,

Genèse 22:17-18
17 « Je te bénirai, et je multiplierai tes descendants [seed] comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer ;
et vos descendants [seed] posséderont la porte de leurs ennemis.
18 Dans votre semence, toutes les nations de la terre seront bénies, parce que vous avez obéi à Ma voix.

Yahvé répéta ensuite ces bénédictions au fils d’Avraham, Isaac, en lui disant que la raison pour laquelle lui et sa descendance seraient bénis était qu’Avraham avait obéi à Sa voix, et gardé Sa charge, Ses statuts et Ses lois. En d’autres termes, Yahvé a béni Avraham parce qu’il était obéissant.

Feuille B (Genèse) 26:4
4 « Et je ferai que ta descendance [seed] se multiplie comme les étoiles du ciel ; je donnerai à ta descendance toutes ces terres [the land of Israel] ; et toutes les nations de la terre seront bénies en ta semence ;
5 parce qu’Avraham a obéi à Ma voix et a gardé Ma charge, Mes commandements, Mes statuts et Mes lois ».

Yahvé a également fait ces mêmes promesses à Jacob (ou Israël), petit-fils d’Avraham. Bien que cela puisse paraître difficile à comprendre, dans Genèse 28, Yahvé a promis à Israël qu’un jour, chaque famille sur terre (y compris vous et moi) aurait une partie de ses gènes – et qu’un jour, Yahvé appellerait un reste de ses descendants à revenir à l’alliance, et à revenir sur la terre d’Israël.

Il y a là une promesse spéciale en deux parties, qui manque à beaucoup de juifs et de chrétiens. Nous en parlons plus en détail dans le
Nazarene Israel
étudier, mais si nous lisons ceci très attentivement, ce que nous verrons est que Yahvé donne sa promesse d’abord à Israël (c’est-à-dire à ses descendants génétiques), et ensuite aussi à sa Semence (que nous verrons se référer au Messie). Lisons-le attentivement.

Fiche B (Genèse) 28:13-15
13 Et voici, l’Éternel se tint au-dessus d’elle et dit « Je suis l’Éternel, Elohim [God] d’Avraham, ton père, et les Elohim d’Isaac ; le pays sur lequel tu es couché, je te le donnerai à toi et à ta descendance [seed].
14 Tes descendants [seed] seront comme la poussière de la terre ; toi [your descendants] tu t’étendras à l’occident et à l’orient, au nord et au midi ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi et en ta semence.
15 Voici, je suis avec vous et je vous garderai partout où vous irez, et je vous ramènerai [your descendants]» dans ce pays; car je ne vous quitterai pas avant d’avoir fait ce que je vous ai dit. « 

Dans Galates 3:16, l’apôtre Shaul (Paul) dit que la référence à la semence d’Israël est une référence au Messie, mais remarquez qu’il y a aussi une promesse génétique. Au verset 14, la promesse était que toutes les familles de la terre seraient bénies à la fois en Israël (génétiquement), et dans Sa semence (le Messie). Pourtant, ce sont les enfants physiques d’Israël qui sont prophétisés pour se répandre à l’étranger, à l’ouest et à l’est, au nord et au sud, et pour revenir un jour sur la terre d’Israël.

D’une part, les juifs orthodoxes comprennent les promesses faites aux descendants physiques d’Israël de retourner chez eux en terre d’Israël. D’autre part, les chrétiens comprennent la promesse faite à ceux qui acceptent la bonne graine (Messie Yéchoua) comme leur Sauveur personnel et leur Roi. Pourtant, pour saisir la plénitude de cette promesse, nous devons réaliser les deux parties.

En suivant l’histoire de la Bible, Avraham a engendré Isaac, et Isaac a ensuite engendré Jacob, qui s’est ensuite appelé Israël. À son tour, Israël a eu 12 fils. Et au moins à l’origine, ces douze fils étaient tous considérés comme faisant partie de la maison d’Israël, ou de ce que l’Ecriture appelle « la maison d’Israël ». Mais nous devons comprendre ce terme clairement, car la définition de ce terme « maison d’Israël » va changer (et c’est en partie pour cela que le mystère est scellé depuis 2 730 ans). Continuons donc à suivre l’histoire, pour apprendre la signification prophétique attachée à deux fils spéciaux d’Israël, Juda et Joseph.

Juda était le quatrième fils d’Israël, et les enfants de Juda étaient appelés les Juifs. Donc, au moins spirituellement, les Juifs d’aujourd’hui descendent du patriarche Juda. Mais deux autres tribus se sont ensuite attachées à Juda, (à savoir Benjamin et Lévi), et ensemble, elles seront plus tard appelées la « maison de Juda ».

(Maintenant, quelqu’un va poser des questions sur les Khazars, et c’est une question très complexe. La réponse courte est qu’il y a secrètement deux « maisons de Juda » dans les prophéties. Nous parlerons des Khazars dans d’autres endroits, mais pour l’instant nous voulons rester concentrés sur l’essentiel).

Le onzième fils d’Israël s’appelait Joseph. Et comme nous le verrons, Joseph était le père spirituel des chrétiens et des nazaréens. Et si vous ne connaissez pas la différence entre les chrétiens et les nazaréens, faites-vous une faveur et regardez la première vidéo de cette série dès maintenant, car cette différence de compréhension est essentielle, et nous y reviendrons sans cesse. Nous allons mettre un lien ci-dessous, afin que vous puissiez le trouver plus facilement.

L’une des choses que nous devons savoir sur Joseph est que Joseph était le fils préféré d’Israël, et qu’Israël lui a donné un long manteau. La plupart des traductions de la Bible l’appellent « un manteau de plusieurs couleurs », mais en hébreu, il est dit qu’Israël a donné à Joseph un « ketonet pasim » (כְּתֹנֶת פַּסִּים), qui est une longue tunique atteignant la plante du pied, semblable à une robe de mariée. Ces longs manteaux n’étaient portés que par les riches, ou par la royauté, car les travailleurs manuels ne pouvaient pas porter une longue tunique comme cela, sinon elle était détruite dans les champs. À cause de cela, les autres frères de Joseph étaient jaloux et détestaient Joseph. Et à cause de leur amère envie, ils vendirent Joseph en esclavage en Egypte, et simulèrent sa mort à leur Père.

L’une des choses que nous devons savoir sur Joseph est que Joseph était le fils préféré d’Israël, et qu’Israël lui a donné un long manteau. La plupart des traductions de la Bible l’appellent « un manteau de plusieurs couleurs », mais en hébreu, il est dit qu’Israël a donné à Joseph « ketonet pasim » (כְּתֹנֶת פַּסִּים), qui est une longue tunique atteignant la plante du pied, semblable à une robe de mariée. Ces longs manteaux n’étaient portés que par les riches, ou par la royauté, car les travailleurs manuels ne pouvaient pas porter une longue tunique comme cela, sinon elle était détruite dans les champs. À cause de cela, les autres frères de Joseph étaient jaloux et détestaient Joseph. Et à cause de leur amère envie, ils vendirent Joseph en esclavage en Egypte, et simulèrent sa mort à leur Père.

Pourtant, Yahvé avait un plan pour Joseph.

Pendant son séjour en Égypte, Joseph est devenu le second commandant de toute l’Égypte, après Paroh (ou Pharaon). Alors qu’il était commandant en second de l’Égypte, Joseph épousa la fille d’un grand prêtre égyptien et eut deux fils à ses côtés. Le premier fils s’appelait Manassé et le second s’appelait Ephraïm. Ensemble, ces deux fils, Manassé et Ephraïm, ont formé la maison de Joseph (ou ce que l’Ecriture appelle la maison de Joseph).

Il est très significatif que les deux fils de Joseph soient à moitié égyptiens, et que leur mère soit la fille d’un grand prêtre païen, car cela détermine leurs prédispositions spirituelles. Nous reviendrons sur ce fait plus tard, mais pour l’instant, rappelez-vous simplement qu’Ephraïm et Manassé sont des métis.

Dans le chapitre 48 de la Genèse, Israël a prophétisé de façon célèbre que les descendants d’Ephraïm, le fils de Joseph, deviendraient plus nombreux que ceux de Manassé. Et il y a une langue très spéciale cachée dans l’hébreu de la Genèse 48:16. Dans la plupart des traductions, Israël bénit les enfants d’Ephraïm et de Manassé, en disant « Qu’ils grandissent en une multitude au milieu de la terre », ce qui signifie qu’ils deviendront nombreux parmi les nations païennes.

Mais ce qui est dit en hébreu, c’est
וְיִדְגּ֥וּ לָרֹ֖ב בְּקֶ֥רֶב הָאָֽרֶץ
qui signifie « qu’ils grouillent comme une multitude de poissons au milieu de la terre ».

Si nous avons des yeux pour voir, cette référence à la multitude de poissons qui grouillent au milieu de la terre est une référence aux chrétiens. Les chrétiens sont en effet nombreux, et ils font partie des gentils, et ce sont les chrétiens qui utilisent le poisson comme symbole. Mais pourquoi utilisent-ils le poisson comme symbole ? Est-il commandé quelque part ?

Dans d’autres études, nous verrons que le poisson était le symbole du dieu poisson philistin Dagon (ce qui fait du poisson un symbole païen, ce qui signifie qu’il est impur et ne doit pas être utilisé). La raison pour laquelle les chrétiens l’utilisent est qu’ils ne réalisent pas leur identité en tant qu’Israélites, et donc ils ne réalisent pas que les commandements pour les enfants d’Israël de ne pas utiliser les images des dieux païens s’appliquent aussi à eux.

Dans d’autres vidéos, nous verrons également comment cette prophétie est liée au commandement de Yeshoua selon lequel nous devrions devenir des « pêcheurs d’hommes ». Pour ceux qui ont des oreilles pour entendre, c’est ce qu’on appelle en hébreu un remez (רֶמֶז), ou un indice, que les disciples de Yeshoua doivent pêcher pour les tribus perdues d’Ephraïm et de Manassé, qui habitent comme une multitude de poissons au milieu de la terre. Et si vous voulez en savoir plus, veuillez lire le
Nazarene Israel
étude.

Ce que nous voulons donc savoir, c’est qui sont les brebis perdues de la maison d’Israël que Yeshoua est venu chercher. Pour comprendre la réponse à cette question, nous devons nous pencher sur une longue progression des termes. Cela devient un peu compliqué, et c’est au moins en partie la façon dont le mystère a été scellé, donc nous devons l’étudier attentivement.

Le terme maison de Joseph est utilisé dès Josué 17:17, où il désigne les tribus d’Éphraïm et de Manassé ensemble.

Yehoshua (Josué) 17:17
17 Et Josué parla à la maison de Joseph-à Éphraïm et à Manassé, et dit : « Vous êtes un grand peuple et vous avez une grande puissance ; vous n’aurez pas un seul lot [or one portion in the land]… »

Nous n’avons pas le temps d’entrer dans tous les détails ici, mais dans le
Nazarene Israel
étude, nous montrons que le Royaume-Uni et les États-Unis ont historiquement joué un rôle clé dans la diffusion de la foi. Nous montrons comment le Royaume-Uni remplit le rôle prophétique de la tribu de Manassé, qui était l’aîné des deux fils de Joseph, et qui répandait la foi dans le Messie avant Ephraïm. Nous montrons également comment les Etats-Unis remplissent le rôle prophétique de la tribu d’Ephraïm, qui était le fils cadet qui est devenu le plus grand. Et le Royaume-Uni chrétien et les États-Unis chrétiens semblent clairement avoir plus que le lot moyen dans le monde. C’est parce que Yahvé les a bénis pour avoir étudié et répandu la Bonne Nouvelle de son Fils.

Puis, dans Juges 10:9, nous commençons à voir Ephraïm prendre la tête des dix tribus du nord. Les habitants d’Ammon (qui se trouve dans la Jordanie actuelle) ont attaqué les tribus de Juda et de Benjamin dans le sud (et ces deux tribus feront plus tard partie de ce qu’on appelle la maison sud de Juda). Mais ils ont également attaqué les dix autres tribus du nord, qui s’appelaient la maison d’Éphraïm, ce qui montre comment Éphraïm, le fils de Joseph, a commencé à prendre la tête des dix tribus du nord.

Shophetim (Juges) 10:9
9 De plus, le peuple d’Ammon a traversé le Jourdain pour lutter contre Juda, aussi contre Benjamin et contre la maison d’Éphraïm, de sorte que [all] Israël fut gravement affligé.

Dorénavant, le terme de maison d’Ephraïm désignera les dix tribus du nord.

Ensuite, dans 2 Samuel 2:4, nous voyons que la tribu de Juda du sud commence à être appelée la maison de Juda, même si les tribus de Benjamin et de Lévi n’y sont pas encore rattachées (ce qui signifie que la « maison » de Juda ne consiste encore qu’en une seule tribu à ce stade).

Pari de Shemuel (2 Samuel) 2:4a
4a Les hommes de Juda vinrent, et là ils oignirent David pour roi sur la maison de Juda.

Il peut être difficile de garder une trace de tous les changements de noms, mais il est important de le faire, parce que ces changements ont un sens – et maintenant nous allons voir un changement très intéressant qui va changer le cours de la prophétie. Dix chapitres plus tard, dans 2 Samuel 12:8, Yahvé appelle les dix tribus du nord de la maison d’Ephraïm « la maison d’Israël ». Dans ce verset, Yahvé parle au roi David (de la maison de Juda) après qu’il ait assassiné le mari de Bethsabée.

Pari de Shemuel (2 Samuel) 12:8
8 « Je t’ai donné [David] la maison de ton maître et les femmes de ton maître sous ta garde, et je t’ai donné la [northern] maison d’Israël et [the house of] Juda. Et si cela avait été trop peu, je vous aurais aussi donné beaucoup plus!

Il est maintenant essentiel de s’en rendre compte, car à l’origine, le terme « maison d’Israël » désignait l’ensemble des douze tribus, alors que maintenant Yahvé ne l’utilise que pour les dix tribus du nord.

Pourquoi?

La raison pour laquelle Yahvé a appelé les dix tribus du nord la maison d’Israël est qu’il a prévu de leur rattacher une partie du royaume de Juda du sud, de sorte que le terme « maison d’Israël » se réfère à nouveau aux douze tribus. Il y a plus à dire à ce sujet que nous n’avons le temps de l’expliquer ici, mais pour voir l’essentiel, considérons comment la maison nord d’Israël a été emmenée en captivité physique et spirituelle, et comment un reste de la maison sud de Juda a été emmené en captivité avec eux.

-Transition-

Dans les chapitres 11 et 12 de First Kings, nous lisons le récit de la scission officielle qui a eu lieu dans la nation d’Israël, entre les deux maisons. La raison de cette scission était que les dix tribus du nord ne respectaient pas correctement la Torah. La maison du nord d’Ephraïm (ou Israël) invoquait le nom des Elohim (Dieu) d’Avraham, mais ils n’obéissaient pas à Ses lois, ni ne gardaient Ses voies, tout comme leurs descendants (les chrétiens) le feraient plus tard.

L’un des principes de base de l’Ecriture est que les êtres vivants se reproduisent selon leur propre espèce, comme nous le lisons dans Genèse 1:11, où Elohim dit de laisser la terre produire de l’herbe, l’herbe qui donne de la semence, et l’arbre fruitier qui donne du fruit selon son espèce, dont la semence est en elle-même, sur la terre » ; et il en fut ainsi. Et dans cette optique, rappelons qu’Ephraïm était un enfant métis d’un père hébreu très fidèle et très apprécié, et la fille d’un grand prêtre égyptien. Avec un tel mélange, on pourrait s’attendre à ce que les Ephraïmites soient très spirituels, et favorisés, mais aussi qu’ils incorporent les divinités païennes du culte, tout comme les chrétiens qui viendraient plus tard.

Cependant, le royaume du nord n’était pas le seul à vénérer des divinités étrangères. L’événement déclencheur de la scission entre les deux maisons a été que le fils du roi David, Salomon, a pris trop d’épouses étrangères, et que ces épouses étrangères ne se sont pas converties au culte de Yahvé. Au contraire, les épouses étrangères du roi Salomon ont détourné son cœur de Yahvé, de sorte qu’il a adoré leurs divinités étrangères à la place. Les écritures disent qu’il s’est accroché à ces divinités étrangères par amour (et c’était le principal problème, car Yahvé interdit strictement le culte des idoles).

La punition pour l’idolâtrie du roi Salomon était que la nation d’Israël serait divisée en deux parties. Cela se passait à l’époque du fils du roi Salomon, le roi Roboam. Après la scission, il y aura désormais deux royaumes séparés, un royaume avec dix tribus au nord appelé le Royaume d’Israël (ou le Royaume d’Ephraïm, parfois appelé Joseph), et un autre royaume avec deux tribus au sud, appelé le Royaume de Juda (parfois appelé Jacob).

Avant la scission, dans 1 Rois 11:28, nous lisons que le roi Salomon avait un serviteur éphraïmite nommé Jéroboam. Jéroboam était un homme puissant et courageux, et le roi Salomon, voyant que le jeune homme était assidu, l’a nommé officier pour toute la main-d’œuvre esclave de la maison de Joseph (ou Ephraïm). Or, lorsque Jéroboam sortit de Jérusalem, il rencontra en chemin le prophète Achie, le Silonite ; Achie s’était revêtu d’un vêtement neuf, et les deux étaient seuls dans un champ. Alors Ahiyah s’empara du nouveau vêtement qui était sur lui, et le déchira en douze morceaux. Et il dit à Jéroboam : « Prends pour toi dix morceaux, car ainsi parle Yahvé, l’Elohim d’Israël : « Voici que je vais arracher le royaume de la main de Salomon et te donner dix tribus, (mais il aura une seule tribu [in addition to Judah] à cause de mon serviteur David et à cause de Jérusalem, la ville que j’ai choisie parmi toutes les tribus d’Israël), parce qu’ils m’ont abandonné et qu’ils ont adoré Ashtoreth (Pâques), la déesse des Sidoniens, Kemosh, le dieu des Moabites, et Milcom, le dieu du peuple d’Ammon, et qu’ils n’ont pas suivi mes voies pour faire ce qui est juste à mes yeux et pour observer mes lois et mes jugements, comme l’avait fait son père David. Mais Je ne lui retirerai pas tout le royaume, parce que Je l’ai fait régner tous les jours de sa vie à cause de Mon serviteur David, que J’ai choisi parce qu’il gardait Mes commandements et Mes lois. Mais je prendrai le royaume de la main de son fils et je vous le donnerai – dix tribus. Et à son fils, je donnerai une tribu [en plus de Juda, c’est-à-dire Benjamin], afin que mon serviteur David ait toujours une lampe devant moi à Jérusalem, la ville que je me suis choisie, pour y mettre mon nom.

Après la mort du roi Salomon, les dix tribus du nord ont appelé Jéroboam, et toute l’assemblée est venue voir le fils du roi Salomon, le roi Roboam, et lui a dit que son père le roi Salomon avait rendu leur joug lourd. Ils lui ont demandé d’alléger le dur service de son père, et ensuite ils le serviront. Mais le roi Rehoboam a refusé, promettant même d’augmenter les mauvais traitements. A cause de cela, les dix tribus du nord ont réalisé que le roi Roboam ne les aimait pas (comme le roi David), et elles se sont donc séparées du roi Roboam et du royaume de Juda dans le sud, et ont formé leur propre royaume dans le nord. Et à partir de ce moment, nous voyons le royaume d’Ephraïm (ou le royaume d’Israël) au nord, et le royaume de Juda au sud.

Mais le nouveau roi, Jéroboam, avait un problème. Yahvé avait prophétisé par Ahiyah que si Jéroboam obéissait à tout ce qu’il lui ordonnait, s’il marchait dans ses voies, s’il faisait ce qui est juste à ses yeux et s’il gardait ses lois et ses commandements, comme l’a fait le roi David, alors Yahvé serait avec lui et lui construirait une maison durable, comme il l’a fait pour David, et il lui donnerait Israël. Seulement, les Ecritures appellent le peuple à adorer dans le lieu où Yahvé avait choisi de placer Son nom, qui était Jérusalem.

Dans 1 Rois 12:27, nous voyons comment le nouveau roi, Jéroboam, a raisonné avec lui-même que si le peuple faisait ce que la Torah disait, et montait pour offrir des sacrifices dans la maison de Yahvé à Jérusalem, alors le cœur de son peuple retournerait à son maître d’origine, le roi Roboam de Juda. Puis quelqu’un le tuait, et le peuple retournait vers le roi Roboam, de Juda.

Le roi Jéroboam a donc demandé conseil sur ce qu’il devait faire pour éviter que cela ne se produise. La réponse était qu’il devait faire une fausse religion, changer le culte du peuple, pour qu’il ne veuille plus monter à Jérusalem. Le roi fit donc deux veaux d’or, et il dit au peuple : « C’est trop pour vous de monter à Jérusalem. Voici tes dieux, ô Israël, qui t’ont fait monter du pays d’Égypte ! ». Et il installa un veau d’or à Béthel, et l’autre veau d’or à Dan, dans le nord. Or cette chose est devenue un péché, car le peuple est allé se prosterner devant le seul veau d’or jusqu’à Dan, plutôt qu’au temple de Jérusalem.

Le roi Jéroboam a également créé de faux lieux de culte sur les hauts lieux, et il a nommé des prêtres de toutes les classes sociales, qui n’étaient pas des fils de Lévi.

Le roi Jéroboam a également ordonné une fête le quinzième jour du huitième mois, comme la fête originale des Tabernacles que la maison de Juda célébrait au septième mois, et il a offert des sacrifices sur l’autel. Il a fait cela à Béthel, et il a sacrifié aux veaux d’or qu’il avait faits.

Et sur le faux autel de Béthel, il a également ordonné le sacerdoce non lévitique, qui a servi dans les faux lieux de culte qu’il avait faits.

Le roi Jéroboam fit donc des offrandes sur l’autel qu’il avait dressé à Béthel le quinzième jour du huitième mois (et non le 15e jour du septième mois, comme le dit la Torah), le huitième mois étant un mois qu’il avait conçu dans son propre cœur. Il ordonna un faux calendrier pour les enfants d’Israël (ou Ephraïm), offrit des sacrifices sur l’autel et brûla de l’encens.

Si nous avons des yeux pour le voir, point par point, c’est une image exacte de ce que l’Église catholique ferait plus tard. Alors que le Messie Yéchoua et ses disciples avaient conservé la Pâque et la fête des Tabernacles d’origine, les catholiques ont repoussé la date de la Pâque à Pâques, et ils ont également repoussé la date de la fête des Tabernacles à Noël. L’Église catholique a également établi un nouveau sacerdoce, qui n’était pas celui des fils de Lévi. En outre, ils ont institué le culte des idoles dans de nombreux endroits (qui n’étaient pas à Jérusalem). Ils ont également modifié les Écritures pour soutenir leur nouvelle religion, tout comme Jéroboam l’a fait.

Dans le
Nazarene Israel
étude nous parle de la façon dont Yahvé a envoyé de nombreux prophètes au Royaume d’Israël du Nord, pour les faire revenir à la Torah. Il a envoyé Elie, et Elisha, et beaucoup d’autres prophètes pour faire revenir les dix tribus du nord.

L’un des prophètes que Yahvé envoya dans le royaume du nord fut nommé Hoshea (Osée). On a dit à Hoshea de prendre une prostituée pour épouse, et d’avoir des enfants de prostituée. C’était symbolique de la façon dont les enfants d’Israël commettaient l’idolâtrie (ou l’adultère spirituel) contre lui. Les noms des enfants étaient tous prophétiques.

Dans Osée 1:2, nous voyons que lorsque Yahvé a commencé à parler par Osée, Yahvé a dit à Osée : « Va, prends-toi une femme de prostituée et des enfants de prostituée, car le pays a commis une grande prostituée en s’éloignant de Yahvé ». Alors Osée alla prendre une prostituée du nom de Gomer, la fille de Diblaim, et elle conçut et lui donna un fils. Alors Yahvé lui dit : « Appelle-le du nom de Jezré’el (ce qui signifie que Yahvé dispersera, ou semera comme la semence est semée, puisqu’ils étaient la semence d’Avraham)… »

Et elle conçut de nouveau et enfanta une fille. Puis Elohim lui a dit : « Appelle-la Lo-Ruhamah (ce qui signifie Pas de pitié, ou Pas de compassion), car je n’aurai plus de pitié pour la maison d’Israël, mais je les emmènerai par interdit…. »

Puis, quand elle a sevré Lo-Ruhamah, elle a conçu et donné naissance à un fils. Et Elohim a dit : « Appelez son nom Lo-Ammi (qui signifie « Pas mon peuple »), car vous n’êtes pas mon peuple, et je ne serai pas votre Elohim. »

Yahvé a dit qu’Il retrancherait la maison d’Israël de la terre d’Israël à cause de leur désobéissance, et qu’Il semerait ensuite en terre avec une grande semence, comme la semence d’Avraham devait être mélangée à la semence de toutes les familles de la terre, afin que ceux qui accepteraient la bonne semence, Yéchoua, puissent un jour être ramenés à l’alliance, et à la terre d’Israël. Et c’est pourquoi Yahvé a dit que le nombre des enfants d’Israël serait encore comme le sable de la mer, qui ne peut être ni mesuré ni compté. d il arriverait dans le lieu du pays d’Israël où il leur avait été dit: ‘Vous n’êtes pas mon peuple’, qu’il leur serait dit: ‘vous êtes’ [again] ‘les fils des vivants Elohim. ‘

Et une fois l’Harmaguédon terminé, les enfants de Juda et les enfants d’Israël se rassembleront, et se donneront une seule tête ; et ils sortiront du pays, car le jour de Jizre’el (ou de la grande semence) sera grand ».

C’est le passage auquel l’apôtre Shaul (ou Paul) se réfère dans Romains 9:24-25, lorsqu’il dit aux Gentils qu’ils ne sont pas des Gentils sans passé, mais qu’ils sont les dix tribus perdues d’Israël. C’est pourquoi il dit que ce ne sont pas seulement les Juifs qui ont été appelés, mais aussi les Ephraïmites païens, Comme Yahvé le dit aussi dans Osée : « Je les appellerai Mon peuple (Ammi), qui n’étaient pas Mon peuple (Lo Ammi), Et son bien-aimé, qui n’était pas bien-aimé (en référence à Lo Ruhama). Et là où il leur a été dit : « Vous n’êtes pas Mon peuple », ils seront appelés les fils des Elohim vivants.

Mais malheureusement, au temps d’Osée, les Ephraïmites ne se sont pas retournés vers Yahvé, et donc finalement, Yahvé a envoyé les Assyriens pour les punir, les emmenant en captivité en Assyrie. 2 Rois 17:5 nous raconte comment le roi d’Assyrie parcourut tout le pays, monta à Samarie (qui était la capitale du royaume du nord) et l’assiégea pendant trois ans. Puis, la neuvième année d’Osée, le roi d’Assyrie prit Samarie et emmena les dix tribus d’Israël du nord en Assyrie, et les plaça à Halah, et près du Habor, le fleuve de Gozan, et dans les villes des Mèdes. Et cela parce que les enfants d’Israël avaient péché contre Yahvé, leur Élohim, qui les avait fait monter du pays d’Égypte, de dessous la main de Pharaon, roi d’Égypte, et parce qu’ils avaient craint d’autres dieux et avaient marché dans les voies des nations que Yahvé avait chassées de devant les enfants d’Israël, et aussi dans les fausses lois des rois d’Israël qu’ils s’étaient faites.

Les enfants des dix tribus du nord d’Israël ont aussi fait secrètement contre Yahvé leurs Elohim des choses qui n’étaient pas justes, et ils se sont construit de faux lieux de culte dans toutes leurs villes, de la tour de guet à la ville fortifiée. Ils ont érigé pour eux-mêmes des piliers sacrés et des images en bois sur chaque colline élevée et sous chaque arbre vert. Ils y brûlaient de l’encens sur tous les hauts lieux, comme les nations que Yahvé avait emportées devant eux ; et ils faisaient des choses mauvaises pour irriter Yahvé, car ils servaient des idoles, dont Yahvé leur avait dit : « Vous ne ferez pas cela ». Pourtant, Yahvé a témoigné contre la maison d’Israël et contre Juda, par tous Ses prophètes, tous les voyants, en disant : « Revenez de vos mauvaises voies, et gardez Mes commandements et Mes lois, selon toute la Torah de Moïse (Moïse) que J’ai commandée à vos pères, et que Je vous ai envoyée par Mes serviteurs les prophètes ». Néanmoins, les dix tribus du nord d’Israël (ou Ephraïm) n’ont pas voulu entendre, mais ont raidi leur cou, comme le cou de leurs pères, qui, selon l’Ecriture, ne croyaient pas en Yahvé leur Elohim, parce qu’ils ne lui obéissaient pas. Et ils rejetèrent ses lois et l’alliance qu’il avait conclue avec leurs pères, ainsi que les témoignages qu’il avait rendus contre eux. Ils ont suivi des idoles, sont devenus des idolâtres et ont intégré les pratiques païennes des nations qui les entouraient (comme le feront plus tard les chrétiens), à propos desquelles Yahvé leur avait demandé de ne pas faire comme eux.

Ils laissèrent donc tous les commandements de Yahvé leurs Elohim, se firent une image moulée et deux veaux, fabriquèrent une image en bois et adorèrent toute l’armée du ciel, et servirent Baal (qui est un ancien nom du Moyen-Orient signifiant « Le Seigneur »).

Mais les Assyriens n’ont pas seulement emmené en captivité les dix tribus du nord, car les Assyriens ne se sont pas arrêtés à la frontière. Ils ne se souciaient pas de la différence entre les royaumes du nord et du sud : ils voulaient seulement étendre leur empire autant que possible. Et c’est pourquoi 2 Rois 18:13 nous dit qu’en la quatorzième année du roi Ezéchias, Sennachérib, roi d’Assyrie, s’éleva contre toutes les villes fortifiées du sud du royaume de Juda, et les prit également. A cause de cela, des représentants des douze tribus d’Israël sont allés en captivité en Assyrie.

La politique assyrienne consistait à bien traiter ceux qui adoptaient la culture assyrienne et à punir ceux qui ne l’adoptaient pas. De ce fait, les Ephraïmites s’assimilèrent si bien qu’ils oublièrent tout de Yahvé et de sa Torah. Cela s’est produit afin d’accomplir Osée 8:8, qui nous dit cela : « Israël a été englouti, il est parmi les païens, comme un vase dans lequel il n’y a pas de plaisir. »

Qu’est-ce que cela signifie qu’Israël a été englouti ? Il faut savoir que lorsque nous mangeons de la nourriture, notre corps la décompose et la digère complètement. Après un jour ou deux, il n’est plus possible de faire la différence entre la nourriture que nous avons mangée hier et nous.

Nos frères juifs ont observé tout cela de loin et ont consigné leurs impressions dans un important document historique appelé le Talmud. Bien que le Talmud ne soit pas l’Écriture, et qu’il ne soit pas inspiré, il enregistre les pensées et les observations des autorités religieuses juives les plus respectées de l’époque. Et dans le traité du Talmud Yebamot 17A, les Sages juifs rapportent que les Ephraïmites qui avaient été emmenés en captivité en Assyrie ont commencé à engendrer ce qu’ils appelaient des « enfants étranges ». Ils les appelaient « étranges » parce qu’ils ne gardaient plus la Torah, ne parlaient plus l’hébreu et ne se souciaient plus de Yahvé, ni de leur héritage en terre d’Israël.
Comme le dit le Talmud, ils étaient devenus de « parfaits païens ». Lisons-le.

Lorsque j’ai évoqué la question en présence de Samuel, il m’a dit : « [the Ephraimites] n’a pas bougé de là avant que [the Jewish sages] ait déclaré que les [the Ephraimites] étaient des païens parfaits ; comme il est dit dans les Écritures, ils ont agi perfidement contre les [Yahweh], car ils ont engendré des enfants étrangers.
[Traité du Talmud de Babylone Yebamot 17A, Soncino]

Finalement, l’empire assyrien s’est disloqué. Mais comme les fils d’Ephraïm étaient devenus des « païens parfaits » et des « enfants étrangers », ils ne ressentaient aucun désir de revenir sur la terre d’Israël, ou sur l’alliance. Alors, où sont-ils allés ? Nous savons que certains individus ont dû aller dans les quatre directions, car la prophétie donnée à Israël était que chaque famille aurait au moins une partie de l’ADN d’Israël. Pourtant, il y a un autre mystère ici.

Les spécialistes de la Bible tels que Raymond Capt, Steven Collins, Yair Davidiy, et d’autres qui ont fait des recherches sur les preuves archéologiques et historiques entourant les migrations des tribus nous disent qu’il faut des yeux pour les voir, mais que lorsque l’Empire assyrien est tombé, d’autres empires se sont levés à leur place. Avec la montée et la chute des empires, les sociétés qui manifestaient le plus de traits israélites ont migré vers le nord et l’ouest par trois voies de migration distinctes. Un itinéraire remontait la péninsule ibérique, un autre passait par la Turquie et un troisième passait par les montagnes du Caucase. Ces trois routes migratoires distinctes ont finalement convergé dans ce qui est devenu plus tard le nord-ouest de l’Europe protestante, puis après la Réforme protestante, les protestants ont répandu leur variante sans torah de la foi dans le reste du monde.

Le fait que les tribus se soient déplacées comme des corps prophétiques et se soient finalement installées dans le nord-ouest de l’Europe explique la montée du protestantisme dans cette partie du monde, et les nombreuses bénédictions de prospérité et de bonheur qui découlent de l’étude et de la mise en pratique de la parole de Yahvé. Nous donnons plus de détails dans
Nazarene Israel
, mais pour l’instant, nous voulons nous pencher sur une prophétie très spéciale d’Ezéchiel chapitre 4, qui régit le moment du retour d’Ephraïm.

Dans Ezéchiel chapitre 4, Yahvé a prophétisé par l’intermédiaire d’Ezéchiel que si les Ephraïmites ne revenaient pas, ils seraient emmenés en captivité pendant 390 ans. Yahvé a dit à Ezéchiel de se coucher sur le côté gauche et d’y déposer l’iniquité de la maison d’Israël. Selon le nombre des jours où Ézéchiel y reposerait, il porterait leur iniquité, car Yahvé lui avait fait porter les années de leur iniquité, selon le nombre des jours. C’est pendant trois cent quatre-vingt-dix jours qu’il portera l’iniquité de la maison d’Israël, et dans cette prophétie, Yahvé utilisait le principe d’un jour pour chaque année.

Depuis le début de la dispersion assyrienne vers 732 avant J.-C., si nous ajoutons 390 ans à cela, nous obtenons 342 avant J.-C. Seulement, les Ephraïmites ne se sont pas repentis en 342 avant Jésus-Christ. Que s’est-il passé ensuite ?

Dans des versets comme Lévitique 26:18, Yahvé nous dit que si nous ne nous repentons pas et ne commençons pas à lui obéir, alors il nous punira sept fois plus pour nos péchés. Et si nous multiplions les 390 ans de punition prophétisés par sept, nous obtenons 2 730 ans de punition. Et comme la dispersion assyrienne a commencé vers 722 avant Jésus-Christ, si l’on ajoute 2730 ans à cela, on arrive à une date de fin vers 1998 après Jésus-Christ. Ce n’est pas un hasard si 1998 est l’année où ce qu’on appelle le mouvement des deux maisons a commencé à se développer (et
Nazarene Israel
est une émanation de ce mouvement).

Pour un autre témoignage, Osée était l’un des prophètes envoyés dans le Royaume d’Israël du Nord, pour les faire revenir à la Torah. Dans le chapitre 5 d’Osée, Yahvé prophétisa qu’il punirait lui-même le royaume du nord, pour les faire revenir en arrière. Puis, dans Osée 6:2, Yahvé prophétisa que le royaume du nord reviendrait enfin, et reviendrait à Yahvé. Les Ephraïmites allaient réaliser que c’était Yahvé qui l’avait déchiré, mais que Yahvé allait le guérir, et que c’était Yahvé qui l’avait frappé, mais que Yahvé allait le ligoter. Et qu’après deux jours prophétiques, Yahvé ressusciterait la maison d’Éphraïm, et le troisième jour, Yahvé ressusciterait les Éphraïmites, et les ferait vivre sous Ses yeux.

Les chercheurs contestent la date exacte de la naissance du Messie Yéchoua, mais la plupart s’accordent à dire qu’elle se situe aux alentours de l’an 4 avant Jésus-Christ. Deux jours prophétiques, ou deux mille ans après l’an 4 avant Jésus-Christ, nous amènent aux environs de 1996 de notre ère, ce qui correspond à peu près à la prédiction d’Ézéchiel pour 1998 de notre ère (ce qui, là encore, correspond à l’époque où le mouvement des Deux Maisons a commencé).

Pourtant, si deux mille ans après la naissance du Messie était une date spéciale pour la restauration de la maison d’Ephraïm, il est logique que deux mille ans après le ministère de Yéchoua, l’enterrement et la résurrection soient également des dates spéciales. Et si Yéchoua avait environ trente ans lorsqu’il a commencé son ministère, cela nous amène à environ 2026 de notre ère, alors que deux mille ans de sa mort, de son enterrement et de sa résurrection se situent vers 2030 de notre ère. Quel genre de restauration peut-on espérer pour la maison d’Ephraïm à ces dates prophétiques ? Ils ne sont pas loin.

Et en parlant de la maison du retour d’Ephraïm, essayons maintenant de lire la parabole du fils prodigue de Yéchoua en comprenant que le fils aîné est Juda, tandis que le fils cadet est Ephraïm. A partir de Luc 15:11, Yéchoua a dit : « Un homme (Yahvé) avait deux fils (Juda et Ephraïm). Et le plus jeune d’entre eux (Ephraïm) dit à son père (Yahvé) : « Père, donne-moi la part de biens (c’est-à-dire l’héritage) qui me revient. Il leur partagea donc son gagne-pain (comme au temps du roi Jéroboam, lorsque le royaume était divisé). Peu de jours après, le fils cadet se réunit tous ensemble, partit pour un pays lointain (dans la Dispersion assyrienne), et là, il gaspilla ses biens avec une vie prodigue (devenant un « païen parfait »). Mais quand il a tout dépensé (ce qui signifie qu’il a complètement quitté la Torah et est devenu un « enfant étranger »), une grave famine (de nourriture spirituelle) s’est installée dans ce pays, et il a commencé à être dans le besoin (parce qu’il adorait maintenant des idoles parmi les païens des nations).

Puis il s’est joint à un citoyen de ce pays (en référence à l’Église catholique romaine), et l’a envoyé dans ses champs pour nourrir les porcs (en référence aux idoles de l’Église). Et il aurait volontiers rempli son estomac avec les cosses que les porcs mangeaient (en référence aux sacrifices), mais personne ne lui a rien donné. Mais lorsqu’il est revenu à lui (dans la Réforme protestante), il a dit : « Combien de serviteurs de mon père ont du pain en suffisance et à revendre (ce qui signifie qu’ils ont une véritable nourriture spirituelle), mais je péris de faim (spirituelle) ! Je me lèverai et j’irai vers mon Père, et je lui dirai : « Père, j’ai péché contre le ciel et devant toi (pour m’être écarté de ta Torah), et je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Rends-moi semblable à l’un de tes serviteurs à gages. »‘.

« Et il se leva et vint vers son père (dans la Réforme protestante). Mais alors qu’il était encore très loin (c’est-à-dire qu’il n’était encore qu’un chrétien protestant), son père l’a vu et a eu de la compassion, il a couru, s’est jeté sur son cou et l’a embrassé. (Et c’est pourquoi les nations protestantes ont historiquement été plus bénies que les catholiques).

Et le fils lui dit : « Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, et je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Mais le père dit à ses serviteurs : « Apportez la plus belle robe et mettez-la-lui (en référence au manteau de Joseph), et mettez-lui un anneau à la main (en référence à la chevalière de Joseph), et des sandales aux pieds (car dans les temps anciens, la royauté et les riches portaient des chaussures).
Apportez ici le veau gras et tuez-le, et mangeons et soyons joyeux ; car mon fils (Ephraïm) était mort et il est revenu à la vie ; il était perdu et il est retrouvé ». Et ils commencèrent à se réjouir.
« Maintenant, son fils aîné (Juda) était dans les champs. Et comme il s’approchait de la maison, il entendit de la musique et des danses. Il a donc appelé un des serviteurs et lui a demandé ce que ces choses signifiaient. Et il lui dit : « Ton frère (Ephraïm) est venu, et parce qu’il l’a reçu sain et sauf, ton père a tué le veau gras.

« Mais (Juda) était en colère et ne voulait pas entrer. Son père est donc sorti et l’a supplié. Il répondit et dit à son père : « Voici de nombreuses années que je te sers ; je n’ai jamais transgressé ton commandement (dans la Torah), mais tu ne m’as jamais donné de chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. Mais dès que votre fils est arrivé (remarquez qu’il ne l’appelle même pas son frère), qui a dévoré votre gagne-pain avec des prostituées (en référence aux idoles et aux démons dans le système de l’Église), vous avez tué le veau gras pour lui ».

Il lui dit : « Mon fils, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai est à toi. Il était juste que nous nous réjouissions et que nous soyons heureux, car ton frère (Ephraïm) était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé ».

La plupart des chrétiens lisent cela et pensent : « Oh, quelle belle histoire sur un pécheur en fuite ». Et c’est bien cela, mais ils ne s’arrêtent jamais pour réfléchir au contexte historique plus large auquel Yeshua faisait référence. C’est peut-être parce que la plupart des chrétiens ne comprennent pas que l’Alliance Renouvelée n’a pas été écrite dans un vide historique, et qu’elle n’était pas destinée à être lue dans un vide historique. Ils ne se rendent pas compte qu’il a été écrit par des juifs pieux, qui l’ont écrit avant tout pour d’autres juifs pieux, et ensuite aussi pour des païens convertis à la foi éphraïmite. Nous avons besoin de ce contexte historique si nous voulons comprendre le vrai sens et le message du livre.

Nous avons également besoin de ce contexte historique pour comprendre ce que Yeshoua voulait dire dans Luc 4:18, lorsqu’il est venu à Nazareth, où il a été élevé, et qu’il est entré dans la synagogue le jour du sabbat, et qu’il s’est levé pour lire. Quand Yeshua a dit qu’il avait été envoyé pour proclamer « la liberté aux captifs », il ne disait pas que lui et ses disciples allaient aller ouvrir toutes les cellules de prison. Ce qu’Il disait, c’est qu’Il était venu pour commencer un processus de deux mille ans de récupération de ceux des douze tribus d’Israël qui avaient été emmenés en captivité en Assyrie, et qui n’étaient toujours pas revenus sur la terre d’Israël, ou de retour à l’alliance, parce qu’ils étaient toujours en captivité spirituelle. Le sujet de la captivité spirituelle est assez complexe, mais ce que nous verrons dans les enseignements futurs est que Yéchoua est venu pour commencer un long processus de libération des captifs des douze tribus d’Israël, à la fois de la maison d’Ephraïm et de la maison secrète cachée de Juda, afin qu’un jour ils puissent revenir sur la terre d’Israël, et revenir à leur héritage dans la Torah, et servir de parties fonctionnelles et contributives de la nation d’Israël.

C’est aussi pourquoi Yaakov (Jacques) a écrit son épître aux « douze tribus d’Israël » qui sont dispersées à l’étranger.
Remarquez qu’il ne l’écrit pas aux chrétiens.

C’est aussi pourquoi l’apôtre Kepha (Pierre) a écrit sa première épître « aux pèlerins de la Dispersion (assyrienne) ». Le terme « Dispersion » est un autre nom pour la diaspora, ou « la grande semence (en référence à la semence d’Avraham) ». Il écrit littéralement à ceux que les Assyriens ont fait prisonniers, les Ephraïmites.

Dans 2 Jean 1, l’aîné (Jean) écrit à la dame élue, qui est la mère de Joseph, Rachel, et à ses enfants, c’est-à-dire Joseph, Ephraïm et Manassé.

Puis, au verset 13, lorsqu’il dit : « Les enfants de ta soeur élue te saluent », il parle de Juda, qui était le fils le plus éminent de l’autre femme principale d’Israël, Léa.

Nous pouvons donc maintenant comprendre pourquoi dans Apocalypse chapitre 7, ce ne sont pas les chrétiens qui sont scellés du mal devant la Grande Tribulation, mais les douze tribus d’Israël.

Nous pouvons aussi comprendre pourquoi, dans Apocalypse chapitre 21, lorsque la ville Jérusalem renouvelée descend du ciel, il n’y a pas de portes pour les chrétiens. Au contraire, il n’y a que des portes pour les douze tribus d’Israël. Si nous voulons entrer dans la Jérusalem renouvelée, ne devons-nous pas appartenir à l’une des douze tribus ?

Et maintenant pouvons-nous comprendre ce que le Messie Yéchoua voulait dire dans Matthieu 15:24 lorsqu’Il a dit qu’Il n’a été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël ?

Et il y a tellement plus que cela. Une fois que nos yeux seront ouverts sur les deux maisons d’Israël, nous commencerons à comprendre les Écritures avec plus de clarté que nous ne l’aurions jamais cru possible.

Mais il y a des dangers ici aussi. Il est très facile de faire le mauvais choix avec de nouvelles informations, et la plupart des adeptes du principe des deux maisons font le mauvais choix avec elles. Mais notre objectif est de vous aider à faire ce qu’il faut, afin que vous puissiez obtenir votre meilleure récompense.

Si vous souhaitez comprendre ce sujet en detalle, nous vous motivons à lire le
Nazarene Israel
étude. Vous pouvez le lire gratuitement en el sitio web, ou vous pouvez télécharger une copie PDF gratuitement. Vous pouvez également acheter un exemplaire de poche sur Amazon.com, pour le même prix qu’il nous coûte. Si vous lisez cette étude, vous en saurez plus sur votre Bible que 99% des chrétiens et des juifs du monde entier.

Mais pour vous aider à comprendre plus clairement la mission du Messie, nous vous donnerons dans notre prochaine vidéo un aperçu du premier siècle, car cela nous permettra de voir beaucoup plus clairement ce que le Messie est venu faire, ainsi que la manière dont nous pouvons lui plaire aujourd’hui.

Veuillez nous rejoindre pour notre prochaine vidéo.

Shalom.

If these works have been a help to you and your walk with our Messiah, Yeshua, please consider donating. Give