Chapter 5:

La Maturité de L’orge et le Début de L’année.

This post is also available in: English Español Deutsch Indonesia Nederlands Português

Dans le dernier chapitre, nous avons vu que le jour de la nouvelle lune (Rosh Khodesh) a lieu lorsque le premier croissant de la nouvelle lune est visible depuis la terre d’Israël. Dans ce chapitre, nous verrons que la nouvelle année commence avec un des jours de la nouvelle lune. Ce jour particulier de la nouvelle lune est appelé Rosh HaShana ou la tête de l’année.

Dans ce chapitre, nous verrons que le sacerdoce doit déclarer le Rosh HaShana le jour de la nouvelle lune, après que l’orge en terre d’Israël ait montré des épis verts non mûrs à partir des tiges. Nous verrons également que nous avons toujours besoin d’observateurs formés lorsque le temps est froid, mais en général, la prêtrise devrait déclarer le prochain jour de nouvelle lune comme Rosh HaShana (la tête de l’année) lorsque les premiers coups d’orge en terre d’Israël ont révélé des oreilles vertes (pas mûres). Il est important que le sacerdoce proclame le Rosh HaShana au bon moment, car s’ils le font mal, les producteurs d’orge risquent de perdre leur récolte avec l’orge qui mûrit au plus tôt. Dans l’Antiquité, cela pouvait signifier la ruine financière, la famine ou même l’esclavage pour les producteurs d’orge, il faut donc bien faire les choses.

Pour commencer, il faut noter que les rabbins fixent le Rosh HaShana à l’automne, alors que Yahvé le fixe au printemps. Pour s’en rendre compte, regardons d’abord l’Exode 9:31-32, où YAHWEH a visité l’Égypte avec une tempête de grêle lors du premier Exode. La grêle a frappé le lin parce qu’il bourgeonnait, tandis que l’orge a développé des épis verts exposés. Lorsque l’orge développe des oreilles vertes exposées, on dit que l’orge se développe « dans la tête ». En hébreu, le terme pour « dans la tête » est aviv (אָבִיב).

Deuxième Moïse 9:31-32
Le lin et l’orge étaient donc écrasés, car l’orge était en épis et le lin était en fleurs. Mais le blé et l’épeautre n’ont pas été écrasés, car c’est du grain tardif
(31) וְהַפִּשְׁתָּה וְהַשְּׂעֹרָה נֻכָּתָה | כִּי הַשְּׂעֹרָה אָבִיב וְהַפִּשְׁתָּה גִּבְעֹל:
(32) וְהַחִטָּה וְהַכֻּסֶּמֶת לֹא נֻכּוּ | כִּי אֲפִילֹת הֵנָּה

Ce terme aviv (אָבִיב) est la concordance hébraïque OT:24 de Strong, qui se réfère à de tendres épis verts. Cela signifie que le grain aviv est un grain vert non mûr, et non un grain presque mûr. Nous y reviendrons plus tard.

OT:24 ‘abiyb (aw-beeb’) ; issu d’une racine inutilisée (ce qui signifie tendre) ; vert, c’est-à-dire un jeune épi de grain ; d’où le nom du mois Abib ou Nisan :
Ensuite, nous devons savoir que peu de temps après la sortie des épis verts de l’orge, Yahweh Moshe et Aaron ont dit qu’ils devaient considérer ce mois comme le premier mois de leur année (alias Rosh HaShana ou le chef de l’année).

Shemot – 2. Moshe 12:2
Ce mois est la tête des mois pour vous, c’est le premier mois de l’année pour vous.
(2) הַחֹדֶשׁ הַזֶּה לָכֶם רֹאשׁ חֳדָשִׁים | רִאשׁוֹן הוּא לָכֶם לְחָדְשֵׁי הַשָּׁנָה

Mais comment pouvons-nous être sûrs que l’orge d’Aviv est une orge dont les grains verts et non mûrs sont sortis de la tige ? Pour répondre à cette question, examinons de plus près l’évolution de l’orge.

Comment L’orge se Développe

Bien que l’agriculture moderne utilise d’autres termes, nous pouvons supposer pour nos besoins que l’orge et les autres céréales passent par sept (ou huit) stades de croissance. Ces étapes se déroulent à un rythme croissant, et les étapes finales sont relativement rapides. Il peut être utile d’imaginer qu’un plant d’orge passe par ces étapes.

  1. stade de croissance végétative (herbe)
  2. la phase de bourgeonnement et de floraison
  3. stade de la formation des capsules de graines (coton)
  4. phase aqueuse et phase laitière (au moins aviv)
  5. stade de la pâte molle (clivable)
  6. niveau de la pâte dure (Carmel)
  7. vieille maturité (faucille mûre, pas si cassante)
  8. mûres modernes (mûres à l’homme, fragiles)

Le stade le plus long pour l’orge, le lin ou d’autres herbes céréalières est le stade de croissance végétative. Pendant la phase de croissance végétative, l’herbe est encore verte et douce. Lorsqu’il est frappé par la grêle, il n’est pas endommagé. Cependant, lorsque l’orge (ou toute autre herbe céréalière) commence à mûrir, les tiges deviennent plus dures afin de pouvoir supporter le poids accru des fleurs et du grain. Au fur et à mesure qu’elles fleurissent et sèment, les plantes commencent à devenir lourdes au sommet. Une fois que les plantes sont lourdes et cassantes au sommet, les tiges peuvent se courber et parfois même se déformer en cas de grêle (ou même de forte pluie). Mais même si elles ne se plient pas, les tiges humides et lourdes en haut qui ont été renversées au sol ne veulent pas se redresser encore et encore – et si la récolte échoue, elle est perdue. Genèse 9:31 (ci-dessus) nous montre que cela peut se produire dès la phase de bourgeonnement et de floraison, car le lin a été frappé (ou détruit) par la grêle, alors qu’il était encore en phase de bourgeonnement.

Le graphique du bas est tiré du « Spring Barley Growth and Development Guide » de l’université du Wisconsin, aux États-Unis. Il montre l’évolution de l’orge de printemps moyenne. Par temps froid, le processus peut être plus long, mais il faut savoir que pour l’orge de printemps moyenne, le délai entre l’apparition des épis verts non mûrs et la maturation de l’orge combinée moderne n’est en moyenne que de 31 jours environ.

Mais nous devons également connaître la différence entre le mûrissement des moissonneuses-batteuses modernes et le mûrissement des vieilles faucilles. Lors de la récolte avec une moissonneuse-batteuse, vous voulez que les têtes d’orge soient aussi mûres que possible, de sorte que le grain soit presque prêt à tomber de sa tête par lui-même. Car lorsque la moissonneuse-batteuse apparaît dans le champ, les pales touchent le grain. Le but n’est pas seulement de récolter la tige, mais aussi d’arracher les graines de la tête et de séparer la balle du grain. Cela ne peut se produire que lorsque la plante est si mature qu’elle est presque prête à commencer à faire tomber les graines. Nous devons garder à l’esprit qu’une fois que les oreilles vertes sortent des tiges, il ne faut en moyenne que 31 jours pour atteindre ce point. Nous reviendrons également sur ce point plus tard.

De nos jours, nous avons souvent des idées romantiques sur ce à quoi ressemblait l’ancienne récolte de faucilles. Beaucoup d’entre nous imaginent une faucille en acier des années 1800, lorsque la métallurgie était relativement bien développée et que l’acier avait un bord tranchant. À l’époque biblique, cependant, les croissants n’étaient pas aussi sophistiqués ou aussi pointus. Voici, par exemple, une photo d’une ancienne faucille d’Israël (fichier de Wikipédia). Même lorsqu’elles étaient neuves, ces faucilles n’étaient pas aussi tranchantes que les faucilles d’acier, et il fallait frapper les tiges de céréales avec beaucoup plus de force pour les couper.

Si vous frappez de l’orge moderne mûrie à la machine avec ce type de faucille, la force du coup provoquera la rupture des têtes de grains et fera tomber une grande partie des graines. C’est pourquoi, lorsque l’on récolte avec une telle faucille, il se peut que le grain doive être récolté après seulement 27-28 jours, car si l’on attend que la récolte soit à maturité humaine moderne, une grande partie de la récolte serait perdue.

Considérons maintenant que la différence entre le vieux mûrissement en faucille avec 27-28 jours n’est que de quelques jours avant le mûrissement moderne en moissonneuse-batteuse (avec 31 jours). Imaginez maintenant à quel point les épis d’orge seront plus fragiles si nous commençons à dépasser les 31 jours. Dans une semaine ou deux, les épis d’orge seront encore en train de se casser même lorsque le vent de printemps soufflera l’orge. C’est pourquoi Yeshoua nous dit que lorsque le grain est mûr, le fermier avisé utilise immédiatement la faucille car le moment de la récolte est venu.

Marqau (Marc) 4:28-29
La terre porte des fruits par elle-même, d’abord la tige, puis l’épi, puis le blé complet dans l’épi. Mais quand le fruit est mûr, il envoie immédiatement la faucille, car la récolte est là.

Ni Trop Tard, Ni Trop Tôt

Ce que nous avons vu, c’est qu’il est important de ne pas attendre trop longtemps avec la récolte de l’orge. Mais le revers de la médaille est qu’il est également important de ne pas récolter trop tôt. Mais à quel point est-il trop tôt ? Nous verrons que tout ce qui sort de la tige une quinzaine de jours après l’apparition des épis verts est trop tôt pour être récolté, mais il n’est pas non plus trop tôt pour proclamer la nouvelle lune d’Aviv. Pour s’en rendre compte, regardons comment la graine d’orge se développe.

L’image ci-dessous montre comment la graine d’orge se développe. Lorsque la tête du grain vert se sépare de la tige, le bol de graines vertes vide apparaît également. D’abord, l’enveloppe vide se remplit d’un liquide aqueux. C’est ce qu’on appelle la phase aqueuse. Le liquide aqueux devient alors laiteux, ce qu’on appelle le stade du lait. Ces deux premières étapes durent environ 10 à 12 jours au total. Pendant ces deux premières étapes, nous ne pouvons pas proposer d’orge comme première récolte car il n’y a vraiment rien qui puisse être consommé avant le 14e jour environ.

Par temps normal, l’orge atteint le stade dit de pâte molle environ 14 jours après que les épis verts du grain ont émergé de la tige. Cela signifie que le liquide à l’intérieur de l’enveloppe a tellement épaissi qu’il a maintenant la consistance d’une pâte à pain molle. À ce stade, il a une forte teneur en amidon, ce qui signifie qu’il est comestible. Il peut également être coupé avec un ongle. Même si l’orge à pâte molle n’est pas encore tout à fait mûre, lorsqu’elle est rôtie ou desséchée/tranchée au feu, l’excès d’humidité est déplacé par la chaleur et une délicatesse comme le blé soufflé reste (sauf qu’il s’agit d’orge). Le New King James Version (NKJV) appelle cela « des épis verts séchés au feu ». En hébreu, il est appelé aviv kalui (אָבִיב קָלוּי). Le Lévitique 2:14 indique clairement qu’il s’agit de l’une des deux seules étapes du grain que Yahvé accepte comme premier don de fruit.
Lévitique – 2. Moïse 2:14

Même si vous apportez un sacrifice de prémices à Yahvé, vous devez offrir des épis verts [c’est-à-dire des Aviv] séchés dans le feu [ou] du Carmel écrasé pour votre sacrifice de prémices. (14) וְאִם תַּקְרִיב מִנְחַת בִּכּוּרִים לַיהוָה | אָבִיב קָלוּי בָּאֵשׁ גֶּרֶשׂ כַּרְמֶל תַּקְרִיב אֵת מִנְחַת בִּכּוּרֶיךָ

L’autre niveau d’orge que YAHWEH accepte pour les premiers cadeaux est appelé pâte dure. L’orge à pâte dure est de l’orge dont la tête est devenue brune, et le grain est si dur que vous ne pouvez pas le couper en deux avec votre ongle, mais vous risquez quand même de le bosseler avec votre ongle. Le Lévitique 2:14 appelle l’orge à ce stade par le nom de Carmel écrasé (גּכֶּּש ֶלְמְמֶל). Le carmel concassé est de l’orge à pâte dure qui n’est pas encore assez dure pour faire de la farine, mais il peut encore être concassé ou broyé dans un mortier et un pilon, puis rôti au feu pour en faire un délice comme du maïs ou du blé concassé. L’orge entre dans cette phase environ 21 jours après que les épis verts (aviv) du grain ont émergé de la tige.
Dans la version du roi Jacques (KJV), cette phrase est traduite par « le maïs battu de tous ses épis ».

Lévitique – 3. Moïse 2:14
Mais si vous voulez offrir à YAHWEH une offrande de grains des premiers fruits, vous ferez rôtir des épis au feu, écraserez le grain et l’offrirez comme l’offrande de vos premiers fruits.

La concordance hébraïque de fort nous dit que le mot « battu » est OT:1643, geres (ֶרֶשֶש), qui se réfère au grain qui doit être pelé (c’est-à-dire, pelé à la main).

OT:1643 geres (gheh’-res) ; de la racine inutilisée à l’enveloppe ; un grain (total), c’est-à-dire le grain : KJV – maïs battu.

La préparation KJV fonctionne aussi parce que l’orge, lorsqu’elle atteint le stade de pâte dure, peut être battue avec un mortier et un pilon, qui enlève la balle, et elle se brise souvent en morceaux. Ce qu’il faut voir ici, cependant, c’est que le Lévitique 2:14 nous dit que les deux seuls types d’orge que YAHWEH accepte comme premiers cadeaux sont l’aviv kalui (pâte molle) et le carmel broyé (pâte dure). En d’autres termes, les deux seuls types d’orge que YAHWEH accepte comme premiers cadeaux sont l’aviv kalui (pâte molle) et le carmel broyé (pâte dure) : YAHWEH n’accepte que de l’orge verte et non mûre comme premier cadeau – et si nous lui apportons un premier cadeau d’orge mûre et mature, cela viole le Lévitique 2:14.

Rosh HaShana à Yom Hanafat Haomer

Dans les deux prochains chapitres, nous verrons que deux semaines après Rosh HaShana vient la Pâque. La Pâque peut tomber n’importe quel jour de la semaine, mais le premier jour de la semaine (dimanche) après la Pâque, le sacerdoce doit présenter une seule gerbe d’orge pour la nation. Nous avons déjà vu comment cette gerbe d’orge est fabriquée soit à partir de grains verts séchés (aviv kalui), soit à partir d’une pâte dure qui doit être battue, pelée ou écrasée (geres carmel). Mais ce qui est fascinant, c’est que cela correspond parfaitement à la maturation de l’orge.

Dans le passé, nous avons vu que lorsque les épis verts et mous sortent de la tige, il faut environ 31 jours pour que l’orge soit suffisamment mûre et que l’épi soit suffisamment fragile pour être récolté avec une moissonneuse-batteuse. Mais avec une vieille faucille, on ne veut attendre qu’environ 28 jours, sinon les têtes perdent leur grain lorsque les tiges sont frappées par la faucille. Il ne faut donc que 28 jours environ après la sortie des têtes vertes des tiges pour que l’orge soit mûre pour être récoltée à la faucille. Cela correspond à ce que l’on pourrait appeler une pâte super dure, ou une pâte qui est si dure qu’elle ne peut pas être enfoncée avec un ongle.

Considérons maintenant la séquence suivante : lorsque les têtes vertes sortent de la tige, la prochaine fois que nous verrons le premier fragment en forme de croissant de la nouvelle lune, c’est-à-dire Rosh HaShana. À partir de ce moment, il faut environ 14 jours pour que la graine atteigne le stade de pâte molle (et soit acceptée comme première graine). Notez que c’est le même nombre de jours avant la Pâque.

Dans les deux prochains chapitres, nous verrons que la Pâque se situe exactement 14 jours après Rosh HaShana. Si la Pâque peut tomber n’importe quel jour de la semaine, nous verrons que si l’achillée est offerte le premier jour de la semaine suivant ce jour, elle peut également tomber le premier jour de la semaine. Par exemple, si Rosh HaShana est le premier jour de la semaine et que la Pâque a lieu 14 jours plus tard, l’achillée millefeuille sera offerte 15 jours plus tard. C’est le temps minimum entre le Rosh HaShana et le Yom Hanafat Haomer (l’offrande d’achillée millefeuille).

Si l’on tient compte de cela, cela signifie que dans une année normale, s’il y a même un stock complet d’orge dont les épis sont complètement sortis de leurs tiges le jour de la nouvelle lune, les prêtres doivent expliquer Rosh HaShana, parce que l’orge a encore au moins 15 jours pour devenir divisible. Et comme il ne faut en moyenne que 14 jours par an pour que l’orge devienne divisible, on peut déclarer Rosh HaShana sans risque. (Il convient de noter que 15 jours dans une année froide peuvent ne pas suffire car le taux de croissance de l’orge ralentit par temps froid. C’est pourquoi nous envoyons des équipes d’observateurs expérimentés pour évaluer l’état de l’orge).
Nous devons garder à l’esprit qu’avant Rosh HaShana, l’orge ne doit pas être comestible ! Il doit plutôt être mûr juste au moment du Yom Hanafat Haomer (le jour de l’escroquerie aux gerbes).
Considérons maintenant le temps maximum entre Rosh HaShana et Yom Hanafat Haomer. Si le Rosh HaShana tombe le jour du sabbat et que la Pâque a lieu 14 jours plus tard et que l’omer est offert le premier jour de la semaine suivant le sabbat, l’omer est offert à la limite maximale de 21 jours après le Rosh HaShana.

21 jours, c’est le temps qu’il faut en moyenne à l’orge d’Aviv pour devenir une pâte dure (Geres Carmel). Que l’orge soit une pâte molle ou dure, les deux sont considérés comme des sacrifices d’achillée millefeuille consacrée, car il s’agit de grains encore immatures.

L’une des raisons pour lesquelles cela est si important est que le Deutéronome 16:9 exige que nous présentions l’omer des prémices à Yahvé avant de commencer à placer la faucille sur le grain sur pied (c’est-à-dire pour récolter notre moisson).

Devarim (Deutéronome) 5ème Moïse 16:9
Vous devez compter sept semaines pour vous-même ; commencez à compter les sept semaines à partir du moment où vous commencez à mettre la faucille dans le grain.

Une fois que nous avons honoré Yahvé en lui apportant l’omer d’orge non mûre mais comestible, qu’il dit vouloir, les agriculteurs peuvent récolter le reste de leur récolte dès qu’elle est mûre. Cela signifie que leurs récoltes ne sont pas perdues si elles deviennent trop mûres et qu’elles laissent tomber leurs graines avant la récolte.

Si Vous Attendez Trop Longtemps, Vous Perdrez la Récolte

Comme nous l’avons vu dans les tableaux ci-dessus, si les tendres épis verts sortent de leur tige le 58e jour et déclarent correctement la prêtrise à la prochaine nouvelle lune Rosh HaShana, alors la Pâque a lieu le 14 du premier mois, et l’omer est offert entre le 15 et le 21 du premier mois. Le 15, l’orge aura au moins atteint le stade de la pâte molle, où elle contient suffisamment d’amidon pour être séchée et consommée. Sinon, au 21 du premier mois, l’orge aura atteint au moins le stade de pâte dure où elle peut être consommée. Les deux sont acceptables comme offrandes de premiers fruits selon le Lévitique 2:14 (ci-dessus).

À l’inverse, si les grains vert tendre sortent de leurs tiges, mais que le sacerdoce ne déclare pas le début de l’année à la prochaine nouvelle lune, un autre mois de 29 à 30 jours est ajouté au calendrier. Cela signifie que les premiers cadeaux ne sont pas offerts 15 à 21 jours après la sortie des grains de céréales vert tendre de leurs tiges (c’est-à-dire lorsque l’orge est au moins au stade de pâte molle ou au stade de pâte dure), mais déjà 44 à 50 jours après la sortie des épis d’orge verts de leurs tiges ([15-20] + [29-30] =). Mais c’est une catastrophe, car l’orge ne dispose que de 31 jours pour atteindre le stade de maturation de la moissonneuse-batteuse moderne, et la tête est fragile. Les épis commenceront à se briser au vent après environ 37-40 jours, et la récolte d’orge atterrira sur le sol avant que la gerbe puisse être offerte entre 44-50 jours, et donc tous les agriculteurs ayant la maturité la plus précoce perdront leur récolte.

Perdre une récolte d’orge aujourd’hui peut signifier la ruine financière. Mais autrefois, cela pouvait aussi signifier la faim, surtout en période de famine. Ni la famine ni l’esclavage n’étaient inhabituels dans les temps anciens, et si vous êtes un pauvre fermier qui a perdu sa récolte, vous devrez peut-être vous vendre, vous et votre famille, en esclavage pour de l’argent ou même juste une paire de sandales, comme le dit aussi Amos.

Amos 2 : 6
Ainsi parle le YAHWEH : « Pour trois transgressions d’Israël et pour quatre, je n’éviterai pas son châtiment, car on vend le juste pour de l’argent et le pauvre pour une paire de sandales.

L’année 2020 CE était un bon exemple de ce qui peut mal tourner si le sacerdoce n’est pas déclaré le début de l’année à la prochaine nouvelle lune après que les épis verts aient été découverts. La nouvelle lune a été vue le 25/02/2020. Bien qu’il y ait eu bien plus qu’un simple bâton d’orge dont on pouvait voir les épis, la plupart des équipes de surveillance de l’orge ont déclaré que l’orge n’était pas avivée parce qu’elle n’était pas mûre pour la récolte ! Ci-dessous, un champ avec des têtes de céréales clairement exposées qui ont été jetées.

L’observateur a correctement observé qu’à ce stade, l’orge pouvait être rôtie en obéissance à Genèse 2:14 et présentée comme un sacrifice d’achillée millefeuille consacré. Ailleurs, elle a correctement noté que toute l’orge de ce grand champ allait tomber en terre 44-50 jours plus tard avant la prochaine occasion d’offrir l’achillée millefeuille consacrée, et a donc correctement évalué la nécessité de déclarer Rosh HaShana ce mois-ci

Étonnamment, la plupart des équipes de recherche ont rejeté cette orge parce qu’elle n’était pas prête à être récoltée. Au lieu de cela, ils ont décidé de reporter la consécration de l’achillée millefeuille de 44 à 50 jours supplémentaires, alors que cette orge particulière n’était qu’à 7 jours de la maturation de la faucille et qu’elle perdrait ses graines dans environ 14 à 15 jours de plus !

« Champs D’orge Mystiques » Contre Réalité Ancienne

D’autres groupes de recherche ont rejeté cette orge pour des raisons qui n’ont pas été trouvées dans les Écritures. Ils ont rejeté le champ où l’orge était cultivée parce qu’il n’était pas clôturé à cause des animaux. Le problème est que ce commandement n’existe pas dans les Écritures. Ce faisant, ils violent l’Écriture en ajoutant à l’Écriture.

Devarim (Deuteronomie) 4 : 2
Tu n’ajouteras rien à la parole que je t’ordonne, et tu ne l’enlèveras rien, afin d’observer les commandements de YAHWEH, ton Elohim, que je t’ordonne.

[Le Deutéronome 4:2 implique que si nous ajoutons à ses commandements, cela signifie qu’ils ne sont plus ses commandements, mais les nôtres].

Curieusement, au moins deux équipes de recherche ont appelé un champ particulier « champ du père ». Ils disent que l’orge doit provenir de ce champ (et d’aucun autre).

L’ancienne réalité était que si vous étiez un Israélien qui cultivait de l’orge dans l’une des régions où l’orge mûrit le plus vite (dans le sud et près de Gaza et dans la vallée de Jéricho), une fois que vous aviez au moins une canne pleine. Si de l’orge avec des grains verts sortait de la tige, vous diriez aux prêtres près de chez vous que l’orge se développe maintenant « dans la tête ». Ils envoyaient quelqu’un pour vérifier. S’ils pouvaient vérifier, ils déclareraient le mois suivant comme étant le Rosh HaShana, sachant que dans les 14 jours, l’orge serait au moins dans la phase de pâte molle fendue si l’année n’était pas très froide. Et ils ne voudraient pas hésiter parce qu’ils ne veulent pas que vous perdiez votre récolte, parce qu’un agriculteur qui perd sa récolte ne peut pas toucher la dîme. Cela correspondrait également à Genèse 23 : 10-11 et 14.

Lévitique (3.Moshé) 23:10-11:14
Dites-le aux Israélites et parlez-leur Quand tu entreras dans le pays que je vais te donner et que tu feras la récolte, tu apporteras la première gerbe de ta récolte au prêtre. Il agitera la gerbe en signe d’offrande devant YAHWEH, afin qu’elle vous plaise. Mais c’est ce que le prêtre doit faire le lendemain du sabbat. Tu ne mangeras ni pain, ni grain grillé, ni grain frais de la nouvelle récolte, jusqu’au jour où tu apporteras le cadeau de ton YAHWEH à YAHWEH. Ce sera un ordre éternel parmi vos descendants, où que vous viviez.

Si le sacerdoce n’expliquait pas Rosh HaShana parce que votre champ n’était pas clôturé ou qu’il n’était pas « le champ du Père » ou pour une raison quelconque, vous perdriez votre récolte et le sacerdoce perdrait votre dîme et YAHWEH serait en colère.

Objections en Raison des Conditions Météorologiques

Certaines équipes d’observateurs ont refusé de célébrer la Pâque, qui a clairement exposé des têtes de céréales, car cela pourrait rendre la Pâque inconfortable. Israël connaît un été relativement long et chaud et un hiver long et humide. Entre les deux, il y a deux saisons de printemps et d’automne relativement courtes, pendant lesquelles le temps est généralement très agréable. Certaines des équipes d’observateurs semblent croire que les célébrations doivent avoir lieu pendant ces courtes saisons de transition, car cela rend les vacances plus agréables. Ils disent que s’ils déclarent Rosh HaShana peu après l’apparition des épis, cela signifie que la Pâque sera célébrée alors qu’il fait encore froid, ce qui ne sera pas si agréable pour des vacances. Cependant, le temps était également froid lorsque Yeshua a été sacrifié.

Yochanan (Jean) 18:18
Puis les serviteurs et les officiers qui avaient fait des feux de charbon se tenaient là, car il faisait froid, et ils se réchauffaient. Et Kepha se tenait avec eux et se réchauffait.

Intercalation et Objections Contre les Animaux

Certaines équipes de l’orge d’Aviv ont déclaré que nous ne pourrions pas déclarer le Rosh HaShana si certains animaux n’étaient pas vus en terre d’Israël au moment de la nouvelle lune d’Aviv. En d’autres termes, au lieu de déclarer la nouvelle lune d’Aviv simplement à cause de la présence ou de l’absence de têtes de céréales vertes, ils veulent « intercaler » (c’est-à-dire intercaler ou interpoler) Rosh HaShana en se basant sur d’autres facteurs. Cependant, intercalaire est un terme rabbinique, et le désir d’intercaler le début de l’année est le fruit d’un esprit rabbinique (car c’est ce que font les rabbins).

Gamliel (Gamaliel) était un rabbin respecté du vivant de Yeshua. (Il apparaît également dans les Actes 5:34.) Le registre historique du Sanhédrin 11b du traité talmudique indique qu’environ 50 après J.-C. (ou peut-être 20 ans après la mort de Yeshoua), Gamliel a commencé à intercaler le Rosh HaShana non seulement sur la base de l’orge, mais aussi sur la condition des jeunes colombes et des agneaux nouveau-nés. Il a également déclaré que ses collègues et lui-même estimaient que l’orge devait être (entièrement) mûre avant que Rosh HaShana puisse être déclaré (au lieu de simplement exposer les épis). C’est pourquoi le Talmud rapporte qu’il s’agissait d’une pratique nouvelle en 50 après JC. (ce qui signifie que cela n’était pas pratiqué auparavant à l’époque de Yeshua).

Talmud de Babylone, Sanhedrin 11b
Il arriva un jour que Rabban Gamliel s’assit sur une marche du Mont du Temple et que le célèbre scribe Yochanan se tint devant lui avec trois feuilles de parchemin. Il [Gamliel] lui dit [Yochanan]… « Prends la troisième [feuille] et écris à nos frères, les exilés de Babylone et des médias, et à tous les exilés [fils] d’Israël, en disant : « Que votre paix soit grande à jamais ! Nous demandons à être informés que les colombes sont encore tendres, que les agneaux sont encore jeunes et que l’aviv [orge] n’est pas encore mûre. Il me semble souhaitable, ainsi qu’à mes collègues, de prolonger cette année de 30 jours. “

Ce passage montre parfaitement comment les rabbins voient leur autorité par rapport à la Torah. Les rabbins ne croient pas qu’il leur incombe de suivre exactement la Torah de Moïse. Ils pensent plutôt que YAHWEH a donné à Moshé l’autorité de promulguer ce qu’ils appellent dans sa génération « la loi de la Torah » et que lorsque Moshé est mort, l’autorité de promulguer la soi-disant « loi de la Torah » a ensuite été transférée à ses successeurs (c’est-à-dire Josué, etc.). Comme les rabbins se considèrent comme les héritiers de cette autorité, ils n’ont aucun scrupule à adapter la Torah à leurs besoins, comme l’a fait Gamliel lorsqu’il a examiné et exigé l’état des jeunes colombes et des agneaux nouveau-nés, bien que l’orge ait été mûre avant que la nouvelle année puisse être déclarée.

Gamliel avait également un fils, le rabbin Shimon Ben Gamliel I. Lorsqu’il a été confronté à une situation similaire une génération plus tard, il a pris une décision identique qui a reporté le début de l’année civile en raison de facteurs autres que la présence de têtes de céréales exposées. Rabban Yannai cite ci-dessous le rabbin Shimon Ben Gamliel qui dit que parce que les colombes et les agneaux n’étaient pas encore là et parce que l’orge n’était pas encore mûre, il a jugé bon de retarder la Pâque. C’est un autre exemple d’intercalaire rabbinique.

Talmud de Babylone, tract Sanhedrin 11a
R. a déclaré Yannai au nom de R. Shimon b. Gamliel : « Nous vous demandons de vous informer que les colombes sont encore tendres, que les agneaux sont encore jeunes et que l’aviv n’est pas encore mûr. J’ai réfléchi à la question et j’ai pensé qu’il serait bon de prolonger cette année de trente jours. “

Ces deux incidents marquent le début d’un changement dans la façon dont Frère Judah Rosh a expliqué le HaShana. Avant 50-80 après J.-C., le nom du chef de l’année était expliqué uniquement sur la base des épis d’orge exposés. Cependant, après environ 50 à 80 ans après J.-C., le leader annuel était désormais basé sur trois facteurs.

  1. la présence d’orge à pleine maturité
  2. l’état des jeunes pigeons
  3. l’état des agneaux nouveau-nés

D’un certain point de vue, cette décision semble raisonnable. C’est bien si les colombes et les agneaux pour la Pâque ont aussi un certain degré de maturité, sauf que ce n’est pas vraiment nécessaire, et ce n’est pas non plus ce que dit l’Écriture. Il contribue plutôt à la parole de YAHWEH.

Devarim (Deutéronome) 12:32
Tout ce que je vous ordonne, prenez garde ; vous n’y ajouterez ni n’enlèverez rien. “

Les équipes d’orge qui sont engagées dans l’intercession intercalaire peuvent vous donner de bonnes raisons pour que Rosh HaShana l’explique par des facteurs autres que l’origine des épis d’orge, mais ce genre d’autorité rabbinique présumée consiste à faire ce qui nous semble juste à nos propres yeux plutôt que ce que dit YAHWEH (ce qui est une hérésie).

Devarim (Deutéronome) 12:8
Vous ne devez pas du tout faire ce que nous faisons ici aujourd’hui – chaque homme fait ce qui lui semble juste à ses propres yeux -« 

Dans « The Equinox Error« , dans Nazarene Scripture Studies, Volume 2, nous montrons comment ce processus d’intercalation a finalement conduit à l’adoption du calendrier rabbinique, qui n’est pas du tout basé sur l’observation de l’orge en terre d’Israël. Au contraire, à travers une série de petits pas des commandements de YAHWEH, frère Juda est tombé dans l’iniquité et l’auto-idolâtrie. Il est très triste de constater que certains à Ephraïm semblent tomber dans le même piège de l’ego.

Confusion Sur L’échelle Moderne des Zadok

De nombreuses troupes de recherche semblent également confuses en raison d’une échelle moderne appelée échelle Zadok. L’échelle de zadok indique que l’orge est aviv si vous ne pouvez pas la partager avec votre vignette. Cependant, cela correspond au stade de la pâte dure, qui commence environ 21 jours après l’apparition des (aviv) oreilles vertes.

Confusion Sur les « Champs de Récolte ».

Certaines équipes de recherche pensent également que la plus grande partie de l’orge en terre d’Israël doit être récoltée avant que la nouvelle lune d’Aviv puisse être déclarée. Cela semble être une légère erreur, car cela semble bon d’un certain point de vue. Cependant, nous verrons que nous devrons violer certains autres principes que nous avons vus jusqu’à présent, ainsi que certains dont nous parlerons ici. Cette erreur est basée sur une mauvaise compréhension de la Genèse 23:10-14 et de Josué 5:10-12.
Premièrement, ces parties ont mal compris le Lévitique lorsqu’elles ont dit que la majeure partie de l’orge en Israël doit être récoltée avant que la nouvelle lune d’Aviv puisse être déclarée, parce qu’elles croient avoir lu une exigence dans le Lévitique 23:10 et 14 selon laquelle tout l’orge en Israël doit être récolté. Soyez mûrs pour manger jusqu’au moment de Yom Hanafat Haomer (le jour de l’offrande votive).

Lévitique (3ème Moïse) 23:10-14
Dites-le aux Israélites et parlez leur : Quand tu entreras dans le pays que je te donnerai et que tu feras la moisson, tu apporteras la première gerbe de ta récolte au prêtre. Et il agitera la gerbe comme une offrande de salut devant YAHWEH, afin qu’elle vous plaise. Mais c’est ce que le prêtre doit faire le lendemain du sabbat. Le jour où l’on fera tourner ta gerbe, tu offriras à YAHWEH l’holocauste d’un agneau d’un an sans défaut, avec l’oblation, deux dixièmes de fleur de farine pétrie à l’huile, comme holocauste consumé par le feu pour YAHWEH, d’une agréable odeur, et la libation, une pinte de vin. Vous ne mangerez ni pain, ni grain rôti, ni grain frais de la nouvelle récolte, jusqu’au jour où vous apporterez l’offrande de votre YAHWEH. Ce sera un ordre éternel parmi vos descendants, où que vous habitiez.

Ils croient voir un soutien à cette position dans Josué 5:10-12 parce qu’ils croient que l’orge à Gilgal (près de Jéricho dans la vallée du Jourdain) doit être essentiellement prête à être récoltée par les enfants d’Israël lorsqu’ils sont entrés dans le pays sous Josué Ben Nun.

Yehoshua (Josué) 5:10-12
Et quand les Israélites eurent campé à Guilgal, ils célébrèrent la Pâque le quatorzième jour du mois, au soir, dans la vallée du Jourdain de Jéricho, et mangèrent du blé du pays le lendemain de la Pâque, des pains sans levain et des grains grillés, ce jour-là même. Et la manne s’arrêta le lendemain quand ils mangèrent du maïs de la terre. Depuis cette époque, les Israélites n’avaient plus de manne, mais mangeaient de la récolte du pays de Canaan cette année-là.

Ce qu’ils croient lire est que lorsque les enfants d’Israël sous Joshua Ben Nun sont entrés en terre d’Israël, il y avait suffisamment de champs d’orge récoltés pour nourrir la nation pour l’année. C’est une légère erreur, mais découvrons quelques erreurs dans cet argument.

Il semble évident que le grain desséché que les enfants d’Israël mangeaient provenait de grains exceptionnels, puisque personne ne stocke de grain vert pour le sécher plus tard (mais ils le laissent mûrir et le récoltent ensuite). Cependant, pour être complet, nous devons souligner qu’il est supposé que lorsque les enfants d’Israël faisaient des pains sans levain au verset 11, ils provenaient de grains mûrs qui avaient été récoltés cette année-là. Il se peut très bien que ce pain azyme ait été fabriqué à partir de grains restants de l’année précédente, car la vallée du Jourdain était probablement très fertile à cette époque.

Cependant, il n’est pas non plus nécessaire que les pains sans levain qu’ils ont faits dans Josué 5:11 aient été faits à partir de grains restants de l’année précédente, pour que la conclusion « champs cultivables » puisse s’avérer fausse. Supposons plutôt que si les grains verts apparaissent le jour suivant le premier croissant de la nouvelle lune du mois précédant l’Aviv, l’orge aurait jusqu’à 28 jours de plus pour mûrir avant l’Aviv, jusqu’à la prochaine nouvelle lune (l’Aviv). Si tel était le cas, l’orge serait déjà prête à être récoltée à la faucille le jour de la nouvelle lune d’Aviv. Ajoutez ensuite le compte de 15 jours à Yom Hanafat Haomer, et il y aurait beaucoup de grains mûrs. Toutefois, cela ne justifie pas l’hypothèse selon laquelle l’orge doit être presque prête à être récoltée sur toute la terre d’Israël avant que la nouvelle lune d’Aviv puisse être déclarée ! Et il est important que nous ne présupposions pas une telle règle, car comme nous l’avons vu dans les exemples précédents, si nous supposons que l’orge doit être prête à récolter ou presque prête à récolter avant que la nouvelle lune d’Aviv puisse être déclarée, alors nous ne présupposons pas que l’orge sera prête à récolter. Tôt ou tard, les agriculteurs dont l’orge mûrit le plus rapidement perdront leur récolte et très probablement leur gagne-pain (et pourront être vendus comme esclaves salariés, comme mentionné dans Amos).

Il ne s’ensuit pas que, simplement parce que l’orge a pu être récoltée cette année dans la vallée du Jourdain (qui est chaude), tout l’orge de la terre d’Israël doit être récolté avant que la nouvelle lune d’Aviv puisse être déclarée. Il existe de nombreux microclimats différents en Israël, et l’orge mûrit sur une période d’environ 2 à 3 mois. L’orge de la vallée du Jourdain, du Néguev (Sud) et de Gaza, en particulier, arrive à maturité beaucoup plus tôt que celle de la Samarie, pays vallonné. Si nous attendons que la majeure partie de l’orge du pays soit mûre avant l’annonce de la nouvelle lune d’Aviv, les producteurs d’orge des régions les plus chaudes perdront leur récolte.

La théorie des « champs cultivables » affirme en outre que nous ne pouvons pas prendre le Deutéronome 16:9 au pied de la lettre lorsqu’il nous dit de ne pas récolter avant d’avoir apporté l’omer (achillée millefeuille consacrée).

Devarim (5e Moïse) 16:9
Vous devez compter sept semaines, à partir du moment où vous mettez la faucille sur les tiges.

Ils nous disent que nous pouvons récolter notre récolte, mais que nous ne devons pas en manger. Mais c’est une violation directe de la valeur nominale du texte. Cependant, la théorie des « champs cultivables » dit qu’il est correct de violer la valeur nominale du texte, car les Genèses 23, 10 et 14 semblent dire que nous devrions d’abord récolter la moisson et ensuite apporter un omer (gerbe) aux prêtres. Ils disent que le langage utilisé ici indique que nous devons d’abord apporter la récolte et ensuite l’omer.

Lévitique (3. Moïse) 23:10;14
Dites-le aux Israélites et parlez leur : Quand tu entreras dans le pays que je te donnerai et que tu feras la moisson, tu apporteras la première gerbe de ta récolte au prêtre. Tu ne mangeras ni pain, ni grain grillé, ni grain frais de la nouvelle récolte, jusqu’au jour où tu apporteras le don de ton YAHWEH au prêtre. Ce sera un ordre éternel parmi vos descendants, où que vous viviez.

Il est facile de voir d’où vient ce malentendu, mais si nous l’interprétons de cette façon, nous devons violer le Deutéronome 16:9, et de temps en temps les producteurs d’orge des régions les plus chaudes (dans la vallée du Jourdain, le Néguev et Gaza) perdront leur récolte et seront ruinés ou peut-être même mourront de faim. Cela ne peut pas être la volonté de YAHWEH. Ainsi, lorsqu’il s’agit de savoir si nous ne devons pas suivre le Deutéronome 16:9 et que les producteurs d’orge ne perdent pas leur récolte, ou si nous ne devons pas suivre le Lévitique 23:10 et 14 et que les producteurs d’orge perdent leur récolte, nous devons suivre le Deutéronome 16:9, car ce ne peut être la volonté de YAHWEH que les producteurs d’orge soient ruinés ou meurent de faim tous les deux ou trois ans. Cette interprétation n’a aucun sens, et c’est le résultat logique si nous l’interprétons de cette façon.

Pourquoi les producteurs d’orge des régions les plus chaudes devraient-ils rentrer leur récolte dans une année de famine, mais ne pourraient pas en profiter avant le mois suivant ? Devraient-ils mourir de faim en obéissant à la théorie des « champs récoltables » alors qu’ils auraient pu ouvrir la voie à la récolte en offrant au sacerdoce l’offrande de consécration la plus précoce possible, ouvrant ainsi la voie à tous les autres agriculteurs pour qu’ils puissent rentrer leur récolte lorsqu’elle est mûre ?

Il est facile de voir d’où vient la théorie des « champs cultivables », mais dans l’ensemble, nous devons la rejeter car elle n’a pas fait ses preuves et n’est pas applicable, car elle pénalise inutilement les producteurs d’orge des régions les plus chaudes.

Nous devons également répéter que la théorie des « champs cultivables » définit l’orge d’Aviv comme de l’orge à pâte super dure, qui est si brune et si dure qu’elle ne peut être enfoncée avec un ongle. C’est un état beaucoup plus proche de l’ancienne orge faucilleuse. Il est loin d’être de l’orge jeune, tendre et verte (ce qui est la définition même de l’orge aviv). Si l’on définit l’orge d’Aviv comme une orge faucille (ou presque faucille), quel est le stade le plus avancé de l’orge de Carmel ?

Conclusion

Ce que nous avons vu dans ce chapitre, c’est que l’orge en terre d’Israël est avivée lorsque les têtes de grains verts et tendres sont découvertes sur la tige. Dans ce cas, il faut en moyenne environ 14 jours pour que l’orge puisse être proposée comme premier fruit, et environ 28 jours pour qu’elle soit prête pour une vieille faucille. Sur le plan pratique, cela signifie que le sacerdoce devrait déclarer Rosh HaShana lorsque le premier ballot d’orge plein en terre d’Israël révèle ses épis verts, puisque la gerbe consacrée sera prête pour la récolte environ 15 à 21 jours plus tard.

If these works have been a help to you and your walk with our Messiah, Yeshua, please consider donating. Give