Chapter 4:

Les Jours de la Nouvelle Lune

This post is also available in: English Español Deutsch Indonesia српски Nederlands Português

« Il s’agit d’une traduction automatique. Si vous souhaitez nous aider à la corriger, vous pouvez envoyer un email à contact@nazareneisrael.org. »

Alors que le calendrier grégorien romain est basé sur les mouvements du soleil, le calendrier de la Torah est basé sur les mouvements de la lune, et les cycles agricoles dans la Terre d’Israël.

Nous discuterons de la façon dont les cycles agricoles en Terre d’Israël se rapportent au calendrier de la Torah dans les prochains chapitres, mais nous devons d’abord discuter de l’importance des Nouveaux Jours de la Nouvelle Lune de Yahvé, et des commandements qu’il veut que nous leur produisions.

Chaque fois qu’un Temple ou un Tabernacle se dresse, Israël doit apporter une offrande de sacrifice quotidien de deux agneaux, ainsi que leurs offrandes de repas et de boissons associées.

Bemidbar (Nombres) 28:2-3
2 « Commandez les enfants d’Israël, et dites-leur : « Mon offrande, Ma nourriture pour mes offrandes faites par le feu comme un arôme doux pour moi, vous ferez attention à m’offrir à leur heure prévue. »
3 « t vous leur direz: « ‘est l’offrande faite par le feu que vous offrirez à Yahvé: deux agneaux mâles dans leur première année sans défaut, jour après jour, comme une offrande brûlée régulière.»

En plus des deux agneaux Yahvé nous ordonne d’apporter comme offrande quotidiennement brûlée, Yahvé ordonne à Israël d’apporter encore deux agneaux de plus le sabbat hebdomadaire (pour un total de quatre, un jour de sabbat régulier).

Bemidbar (Nombres) 28:9-10
9 ‘ Le jour du sabbat, deux agneaux dans leur première année, sans tache, et deux dixièmes d’une éphae de farine fine comme offrande de céréales, mélangé avec de l’huile, avec son offre de boissons
10 c’est l’offrande brûlée pour chaque sabbat, en plus de l’offrande brûlée régulière avec son offrande de boisson.

Les offrandes qui doivent être apportées sont additifs. En plus des offrandes quotidiennes et/ou du sabbat, Yahvé nous dit d’apporter encore plus d’offrandes le premier jour du mois, que nous verrons est le jour où le premier morceau de croissant de la nouvelle lune est aperçu.

Bemidbar (Nombres) 28:11-15
11 « u début de vos mois, vous présenterez une offrande brûlée à Yahvé : deux jeunes taureaux, un bélier et sept agneaux au cours de leur première année, sans défaut ;
12 trois dixièmes d’une éphae de farine fine comme offrande de céréales, mélangée à de l’huile, pour chaque taureau; deux dixièmes d’une éphae de farine fine comme offrande de céréales, mélangée à de l’huile, pour le seul bélier;
13 et un dixième d’une éphae de farine fine, mélangée à de l’huile, comme une offrande de céréales pour chaque agneau, comme une offrande brûlée d’arôme doux, une offrande faite par le feu à Yahvé.
14 Leur offrande de boissons sera un demi-hin de vin pour un taureau, un tiers d’un hin pour un bélier, et un quart d’un hin pour un agneau; c’est l’offre brûlée pour chaque mois tout au long des mois de l’année.
15 Un enfant des chèvres comme un péché offrant à Yahvé sera offert, outre l’offrande brûlée régulière et son offrande de boisson.

La raison pour laquelle Yahvé exige plus d’offrandes les jours de fête est qu’il y a plus de visiteurs au Temple pendant les fêtes de pèlerinage : par conséquent, il doit y avoir plus de prêtres. Comme il y a plus de prêtres présents dans le Temple ces jours-là, ils ont besoin de plus de nourriture pour les soutenir.

On pense parfois que le Jour de la Nouvelle Lune est un sabbat de repos commandé. Cependant, bien qu’il y ait de nombreuses raisons de le croire, nous devons noter que la Torah ne nous ordonne pas de cesser de travailler un jour régulier de la nouvelle lune.

Le jour de la Nouvelle Lune du septième mois, cependant, est différent. La Nouvelle Lune du Septième Mois s’appelle Yom Teruah (יוֹם תְּרוּעָה). Bien que techniquement cette phrase se traduit par le « our de souffl » ou le « our de cris », il est normalement appelé le « our des trompettes. En ce jour, tout Israël doit cesser de son travail régulier, et se réunir dans un rassemblement à part.

Bemidbar (Nombres) 29:1-6
1 «’Et dans le septième mois, le premier jour du mois, vous aurez un rassemblement à part. Vous ne ferez pas de travail coutumier. Pour vous, c’est un jour de souffle (les trompettes).
2 Vous offrirez une offrande brûlée comme arôme doux à Yahvé : un jeune taureau, un bélier et sept agneaux dans leur première année, sans tache.
3 Leur offrande de céréales sera la farine fine mélangée à de l’huile : trois dixièmes d’éphae pour le taureau, deux dixièmes pour le bélier,
4 et un dixième pour chacun des sept agneaux;
5 aussi un enfant des chèvres comme une offrande de péché, de faire l’expiation pour vous;
6 outre l’offrande brûlée avec son offrande de grain pour la Nouvelle Lune, l’offrande brûlée régulière avec son offrande de grain, et leurs offrandes de boisson, selon leur ordonnance, comme un arôme doux, une offrande faite par le feu à Yahvé.

Notons une fois de plus que si le verset 1 nous dit clairement de ne pas travailler sur la nouvelle lune du septième mois (Yom Teruah), il n’y a pas de commande parallèle de ce genre pour cesser le travail sur les jours réguliers de la nouvelle lune.

Amos 8 est parfois utilisé pour faire valoir que les jours réguliers de la Nouvelle Lune sont également commandés jours de repos. Cependant, comme nous le verrons, Amos 8 ne parle pas des jours réguliers de la nouvelle lune, mais de Yom Teruah.

Yahvé utilise souvent des jeux sur les mots comme une sorte de jeu de mots. Dans Amos 8, Yahvé joue sur les mots entre le mot « été » (keitz, קָיִץ) et « la fin » (ha-ketz הַקֵּץ).

Amos 8:1-6
1 Ainsi Yahvé Elohim m’a montré: Voici, un panier d’été (קָיִץ) fruit.
2a Et il a dit, «Amos, qu’est-ce que vous voyez?» Alors j’ai dit, «Un panier de fruits d’été.»
2b Alors Yahvé m’a dit: « a fin (הַקֵּץ) est venu sur mon peuple Israël. Je ne passerai plus par eux.
3 Et les chants du Temple se lamenteront ce jour-là, dit Yahvé Elohim — « Beaucoup de cadavres partout, ils seront jetés en silence. »
4 Écoutez ceci, vous qui avalez les nécessiteux, et faites échouer les pauvres de la terre,
5 Dire: « uand la Nouvelle Lune (Jour) sera passé, que nous pouvons vendre du grain? Et le Sabbat, pour que nous puissions échanger du blé ?
Faire l’éphah petit et le shekel grand, falsifiant les échelles par tromperie,
6 Que nous puissions acheter les pauvres pour l’argent,
Et les nécessiteux pour une paire de sandales …
Même vendre le [chaff of] blé?

En première lecture, on pourrait facilement conclure que Yahvé était bouleversé parce que son peuple achetait et vendait sur les jours réguliers de la Nouvelle Lune. Cependant, nous devons comprendre le jeu de Yahvé sur les mots ici, parce que l’été (קָיִץ) fruits viennent à la fin (הַקֵּץ) de l’été, qui est quand Yom Teruah est tenu, dans le septième mois. Ainsi, il semble que ce n’était pas n’importe quel jour de la Nouvelle Lune que Yahvé était bouleversé par la rupture de son peuple, mais Yom Teruah. Par conséquent, en l’absence de toute preuve plus solide que son peuple n’était pas censé acheter ou vendre sur les jours réguliers de la nouvelle lune, nous ne pouvons pas dire de façon concluante que les jours réguliers de la nouvelle lune sont commandés jours de repos de tous les travaux.

Cependant, même si nous ne sommes pas tenus de cesser de travailler sur les Jours de la Nouvelle Lune, il ya encore une certaine question quant à savoir si oui ou non on nous ordonne de se réunir. Il y a quatre passages spécifiques dans l’Écriture que certains voient comme la preuve que nous devons rassembler sur les Jours réguliers de la Nouvelle Lune. Examinons de près chacun d’eux, parce que les preuves peuvent sembler déroutantes.

La première référence à la collecte sur le Jour de la Nouvelle Lune se trouve dans le 1er Samuel 20:5, où David dit à Jonathan qu’il devrait manger à la table du roi «demain», parce que ce sera le Jour de la Nouvelle Lune.

Shemuel Aleph (1er Samuel) 20:5
5 Et David dit à Jonathan: « n effet demain, c’est la Nouvelle Lune, et je ne devrais pas manquer de m’asseoir avec le roi pour manger.»

Il se pourrait que la référence à la Nouvelle Lune ici soit une référence à Yom Teruah, comme c’était le jour dans Amos 8. Cependant, il est également possible qu’il ait été de coutume du roi Shaul d’assembler sa cour sur les Jours de la Nouvelle Lune. Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons pas prouver une exigence de la Torah à assembler sur les Jours de la Nouvelle Lune, comme la Torah ne nous ordonne pas de se reposer sur un jour régulier nouvelle lune.

Le deuxième passage qui suggère un besoin de possibilité d’assembler sur les jours réguliers de la nouvelle lune se trouve dans Second Kings 4:22-23.

2e Kings 4:22-23
22 Puis elle appela son mari et dit : S’il vous plaît envoyez-moi l’un des jeunes hommes et l’un des ânes, pour que je coure vers l’homme d’Elohim (Elisha) et que je revienne.
23 Alors il dit: « ourquoi allez-vous à lui aujourd’hui? Le jour n’est ni une nouvelle lune, ni un sabbat.
Et elle a dit, «Shalom (Il sera bien).»
(22) וַתִּקְרָא אֶל אִישָׁהּ וַתֹּאמֶר שִׁלְחָה נָא לִי אֶחָד מִן הַנְּעָרִים וְאַחַת הָאֲתֹנוֹת | וְאָרוּצָה עַד אִישׁ הָאֱלֹהִים וְאָשׁוּבָה:
(23) וַיֹּאמֶר מַדּוּעַ אתי [אַתְּ קרי] הלכתי [הֹלֶכֶת קרי] אֵלָיו הַיּוֹם לֹא חֹדֶשׁ וְלֹא שַׁבָּת | וַתֹּאמֶר שָׁלוֹם

Le mari de la femme de Shunem lui demanda pourquoi elle voulait aller voir Élisée, car ce n’était ni « une » nouvelle lune, ni un sabbat. S’il avait parlé de la nouvelle lune, nous pourrions supposer qu’il parlait de Yom Teruah. Cependant, puisqu’il a seulement fait remarquer que ce n’était pas « » nouvelle lune, il se pourrait que c’était une coutume pour les gens de se rassembler sur les nouvelles lunes. Cependant, nous ne pouvons pas conclure un besoin de se réunir sur les jours réguliers de la nouvelle lune, puisque la Torah ne nous ordonne pas de nous réunir le jour de la Nouvelle Lune.

La troisième référence à la collecte le Jour de la Nouvelle Lune se trouve dans les prophéties d’Ézéchiel. Cela présente un cas intéressant, car il semble indiquer la nécessité de se réunir à la porte orientale du Temple le jour du sabbat et des Jours de la Nouvelle Lune, bien que la Torah ne nous donne aucune exigence de ce genre à l’heure actuelle.

Ezéchiel 46:1-3
1 ‘ Ainsi dit le Maître Yahvé: « a porte de la cour intérieure qui fait face vers l’est sera fermée les six jours ouvrables; mais le jour du sabbat, il sera ouvert, et le jour de la Nouvelle Lune, il sera ouvert.
2 Le prince entrera par le vestibule de la porte de l’extérieur et se tient près du poteau. Les prêtres prépareront son offrande brûlée et ses offrandes de paix. Il adorera au seuil de la porte. Alors il sortira, mais la porte ne sera pas fermée avant le soir.
3 De même, les gens de la terre adoreront à l’entrée de cette porte le jour du sabbat et des Nouvelles Lunes avant Yahvé.
(1) כֹּה אָמַר אֲדֹנָי יְהוִה שַׁעַר הֶחָצֵר הַפְּנִימִית הַפֹּנֶה קָדִים יִהְיֶה סָגוּר שֵׁשֶׁת יְמֵי הַמַּעֲשֶׂה | וּבְיוֹם הַשַּׁבָּת יִפָּתֵחַ וּבְיוֹם הַחֹדֶשׁ יִפָּתֵחַ:
(2) וּבָא הַנָּשִׂיא דֶּרֶךְ אוּלָם הַשַּׁעַר מִחוּץ וְעָמַד עַל מְזוּזַת הַשַּׁעַר וְעָשׂוּ הַכֹּהֲנִים אֶת עוֹלָתוֹ וְאֶת שְׁלָמָיו וְהִשְׁתַּחֲוָה עַל מִפְתַּן הַשַּׁעַר וְיָצָא | וְהַשַּׁעַר לֹא יִסָּגֵר עַד הָעָרֶב:
(3) וְהִשְׁתַּחֲווּ עַם הָאָרֶץ פֶּתַח הַשַּׁעַר הַהוּא בַּשַּׁבָּתוֹת וּבֶחֳדָשִׁים | לִפְנֵי יְהוָה

Le verset 1 nous dit que la Porte orientale sera fermée les six jours ouvrables, mais qu’elle sera ouverte le jour du sabbat, et le jour de la Nouvelle Lune. Parce qu’Ézéchiel oppose le Sabbat et la Nouvelle Lune aux six « jours ouvrables », il semblerait que les jours de nouvelle lune seront commandés jours de repos pendant l’avenir. Cela est encore renforcé par le fait qu’on nous dit que les gens de la terre devront se réunir devant la Porte orientale le jour du sabbat, et sur les Nouvelles Lunes. Il semblerait que la seule façon que cela sera possible est si les gens n’ont pas à travailler le sabbat et sur les jours de la nouvelle lune.

Il n’est pas clair pourquoi Ézéchiel nous donnerait une exigence de se réunir sur les Nouvelles Lunes à l’avenir quand la Torah ne nous oblige pas à nous rassembler sur eux maintenant. Cependant, Ésaïe 66:23 nous donne un deuxième témoignage qu’à l’avenir, tout Israël sera tenu de se rassembler devant Lui lors des Jours de la Nouvelle Lune.

Ésaïe 66:23
23 Et ce sera que du Jour de la Nouvelle Lune au Jour de la Nouvelle Lune, et du Sabbat au Sabbat, toute chair viendra adorer devant Moi », déclare Yahvé.
(23) וְהָיָה מִדֵּי חֹדֶשׁ בְּחָדְשׁוֹ וּמִדֵּי שַׁבָּת בְּשַׁבַּתּוֹ | יָבוֹא כָל בָּשָׂר לְהִשְׁתַּחֲוֹת לְפָנַי אָמַר יְהוָה

Dans le dernier chapitre, nous avons vu que le moment du sabbat est déterminé par un « erte de sept. Cependant, tous les autres temps désignés de Yahvé sont basés sur les jours de la nouvelle lune. Par exemple, la Pâque aura lieu quatorze jours après la déclaration de la nouvelle lune du premier mois (Exode 12:6). Yom Kippour, ou le Jour de l’Expiation doit avoir lieu le dixième jour après Yom Teruah (la Nouvelle Lune du Septième Mois) (Lévitique 23:27). Puisque le calendrier de ces festivals est basé sur le calendrier des nouvelles lunes, si les nouvelles lunes sont déclarées le mauvais jour, il jette le calendrier de tous les autres festivals ainsi.

Yahvé nomme des moments où il veut rencontrer son épouse potentielle Israël. Maintenant, si notre fiancé a une date avec nous, mais nous ne montrons pas parce que pour une raison ou une autre, nous ne prêtons pas attention à son calendrier, qu’est-ce qu’il va penser? Voulons-nous tenir le roi de l’Univers pour un rendez-vous?

Puisque la déclaration de la Nouvelle Lune est si essentielle pour savoir quand célébrer les festivals de Yahvé, nous avons besoin de savoir comment Yahvé veut que nous déterminions la Nouvelle Lune, afin que nous puissions le rencontrer sur les moments qu’il nomme. Prenons donc le temps d’en apprendre davantage sur les Jours de la Nouvelle Lune, afin que nous puissions être certains que nous faisons les choses selon la volonté de Yahvé.

 

Selon l’astronomie moderne, une lune est considérée comme « ouvea » quand elle se trouve en ligne entre le soleil et la terre (dans la position de 3 heures, ci-dessus). Lorsque la lune est dans ce genre d’alignement linéaire, la lune est dit être « n cons conjonction » par rapport à la terre.

Pour la regarder d’une autre façon, quand la lune est en conjonction, la lune se trouve dans la même direction générale de la terre que le soleil ne. La raison pour laquelle la lune n’est pas visible est parce qu’elle est « onjoin » avec le soleil (et donc le nom, « onsérence lunaire »).

Une éclipse solaire totale est un type de conjonction lunaire. Une éclipse solaire totale a lieu lorsque la lune se trouve directement entre le soleil et la terre, bloquant la lumière du soleil. Cependant, la lune n’a pas à éclipser le soleil afin de se qualifier comme une conjonction.

Encore une fois, la raison pour laquelle nous n’avons pas d’éclipses totales de soleil chaque mois est que les orbites de la terre, du soleil et de la lune ne sont pas parfaitement plates et parallèles. Au contraire, ils sont assis à des angles les uns par rapport à l’autre.

 

Comme le montre le diagramme de la page précédente, la raison pour laquelle la conjonction lunaire ne peut pas être vue de la terre est que la lumière du soleil se reflète vers le soleil. Cependant, comme la lune continue d’orbiter autour de la terre (dans le sens inverse des aiguilles d’une montre dans le sens inverse des aiguilles d’une montre dans l’illustration précédente), il atteint bientôt une position (à mi-chemin entre 2 et 3 heures dans l’illustration précédente) où une partie du côté lumineux de la lune peut maintenant être vu de la terre, à eventide. Cette réflexion mince est appelée le Premier Croissant De la Nouvelle Lune, et c’est la Nouvelle Lune de l’Écriture.

Dans le tableau ci-dessous, la Nouvelle Lune correspond à la quatrième rangée vers le bas du haut, et le troisième ou le quatrième cadre de la gauche. Exactement comment la lune doit devenir brillante avant qu’elle puisse être vue de la terre a à voir avec une variété de facteurs, y compris les nuages, le temps, la poussière dans l’air, et d’autres facteurs affectant la visibilité.

Une fois que le premier éclat de croissant de la nouvelle lune peut être vu de la terre, le Jour de la Nouvelle Lune est déclaré.

Le graphique ci-dessus nous donne une progression typique des phases de la lune au fil des semaines. Le premier cadre (dans le coin supérieur gauche) montre la lune dans son premier trimestre, à 50% d’éclairage. Huit jours plus tard, la lune est pleine, à 100% illumination. Puis, environ sept jours plus tard, la lune se déplace dans son dernier trimestre, à un peu plus de 50% d’illumination. Enfin, environ sept jours de plus et la lune se déplace à nouveau en conjonction, et ne peut pas être vu, parce que toute la lumière du soleil se reflète en arrière de l’autre côté. (C’est ce qu’on appelle parfois une « as de lun »). Puis, huit jours plus tard, il est de retour dans son premier trimestre à nouveau, bien que dans ce graphique, il est à un peu plus de 50%.

Notez qu’il ya au moins deux jours dans le tableau ci-dessus dans lequel la lune est visiblement « ouss ». Il ya aussi deux jours dans lesquels la lune est en conjonction (c.-à-d. n’est pas visible). C’est assez normal, et il souligne la raison pour laquelle il est si important d’établir le Jour de la Nouvelle Lune en fonction de l’observation du premier éclat de croissant visible.

Parce que le soleil, la lune et la terre n’ont pas d’orbites parfaitement circulaires, et parce que leurs orbites sont toutes à des angles par rapport à l’autre, le nombre de jours pendant lesquels la lune est soit en conjonction ou est visiblement « er » peut fluctuer n’importe où entre 1,5 à 3,5 jours. Pour cette raison, si nous devions hypothétiquement baser le Jour de la Nouvelle Lune de la conjonction lunaire, soit nous aurions à célébrer le Jour de la Nouvelle Lune pour 1,5 à 3,5 jours, ou bien nous aurions à choisir l’un de ces 1,5 à 3,5 jours conjonctifs comme « e’ New Moon Day. Ce serait impossible à faire, parce que l’Écriture ne nous donne aucun critère pour ce faire.

La raison pour laquelle la longueur de la conjonction fluctue entre 1,5 à 3,5 jours est que la terre non seulement se déplace dans une orbite elliptique, mais il se trouve également à un angle comme il orbite autour du soleil (ci-dessus). Tous les corps célestes se déplacent dans des ellipses imparfaites, ce qui rend la longueur des conjonctions lunaires croître de plus en plus court au fil du temps.

Notez, cependant, que Yahvé ne nous ordonne pas de célébrer la Nouvelle Lune pendant 1,5 à 3,5 jours, mais de célébrer le Jour de la Nouvelle Lune un jour. Par conséquent, nous devons savoir comment établir lequel un jour est le Jour de la Nouvelle Lune.

Dans First Samuel 20:5, David a dit à Jonathan que le New Moon Day était « emai ». Cela nous dit que David ne croyait pas que le Jour de la Nouvelle Lune a duré de 1,5 à 3,5 jours, mais qu’il savait qu’il s’agissait d’un événement singulier, qui se déroulait un seul jour.

Shemuel Aleph (1er Samuel) 20:5
5 Alors David dit à Jonathan: Voici, demain est la Nouvelle Lune, et je devrais m’asseoir pour manger avec le roi. Mais laissez-moi partir, que je puisse me cacher sur le terrain jusqu’au troisième soir.

Parce que Yahvé nous ordonne de célébrer le Jour de la Nouvelle Lune sur un seul jour, il doit y avoir un événement singulier qui marque le début du Jour de la Nouvelle Lune. Comme nous le verrons bientôt, cet événement singulier est l’observation du Premier Croissant de la Nouvelle Lune en Terre d’Israël, soit le 29 ou le 30e jour du mois.

Le mois hébreu dure généralement 29 ou 30 jours. Mais pourquoi est-ce que c’est ça ? Si la Terre était stationnaire, la lune ferait une orbite complète de 360 degrés autour de la Terre environ une fois tous les 27,5 jours (en moyenne). Cela signifie que si la terre était immobile, il faudrait à la lune 27,5 jours, en moyenne, pour revenir dans l’alignement où le Premier Croissant Sliver pourrait être vu de la terre. Cependant, puisque la terre n’est pas stationnaire (mais se déplace sur le soleil), il doit voyager plus de 360 degrés. Par conséquent, il faut à la lune deux jours supplémentaires (en moyenne) avant qu’il ne revienne dans un alignement à partir duquel le Premier Croissant Sliver peut à nouveau être vu de la terre.

Parce que la lune doit voyager pendant environ deux jours de plus avant que le Premier Croissant Sliver puisse être vu de la terre à nouveau, il faut environ 29,5 jours (en moyenne) pour passer d’un Premier Croissant Éclat à l’autre. Concrètement, cela signifie que le mois hébreu dure normalement 29 ou 30 jours; c’est pourquoi, le soir se terminant le 29e jour du mois, les observateurs du Pays d’Israël sortent juste avant l’événement, et cherchent le premier croissant de la nouvelle lune dans le ciel. S’ils voient le Premier Croissant, ils vont dire à la Prêtrise au Mont du Temple.

Si la prêtrise reçoit au moins deux observations vérifiables à la fin du 29ème jour, ils déclarent (ou « asfectifie ») la Nouvelle Lune. Toutefois, si la prêtrise ne reçoit pas au moins deux observations vérifiables à la fin du 29e jour (pour quelque raison que ce soit), le nouveau mois est déclaré par défaut à la fin du 30e jour. C’est parce que, par définition, un mois hébreu ne peut pas être plus de 30 jours; et à moins que le Premier Croissant Sliver ne soit physiquement aperçu à la fin du 29e jour, le mois est supposé être long de 30 jours.

Le Talmud en témoigne également. Bien que le Talmud ne soit pas l’Écriture, le Talmud nous donne un historique des pratiques et des croyances que les rabbins ont gardées pendant la deuxième période du Temple (qui était la période où Yeshua vivait et m’a ministère). Par exemple, Talmud Tractate Rosh Hashanah (« ête de l’anné ») enregistre même les méthodes d’interrogatoire utilisées par le sacerdoce, et nous dit les questions posées par les prêtres aux témoins, afin de vérifier s’ils avaient réellement vu le Premier Croissant Éclat.

Comment testent-ils les témoins? Le couple qui arrive le premier est testé en premier. Le aîné d’entre eux est amené et ils lui disent: « ites-nous comment vous avez vu la lune, devant le soleil, ou derrière le soleil? Au nord de celui-ci, ou au sud? Quelle était sa taille, et dans quelle direction était-elle inclinée? Et à quel point était-il large?
S’il dit « devant le soleil », son témoignage est rejeté. Après cela, ils apportaient dans la seconde et le tester. Si leurs comptes ont compté leur témoignage a été accepté, et d’autres paires n’ont été interrogés que brièvement, non pas parce qu’ils étaient tenus du tout, mais pour qu’ils ne devraient pas être [and] déçus, de sorte qu’ils ne devraient pas être dissuadés de venir.
[Mishnah, Rosh Hashanah 23b]

La raison pour laquelle la prêtrise a pu poser aux témoins des questions aussi précises sur l’apparence de la lune est que parce que la terre se trouve sur son axe à un angle, les trajectoires de vol d’été et d’hiver de la lune sont différentes. Pour cette raison, les cornes du premier ruban de croissant pointent dans différentes directions à différents moments de l’année. En été, les cornes pointent plus vers la gauche, tandis qu’en hiver, les cornes pointent plus vers le haut, comme la lune se trouve plus «sur son dos».

La lune apparaît également plus grande ou plus petite dans le ciel selon l’endroit où la lune est dans son orbite. Si la lune est plus proche de la terre, la lune apparaît plus grande; et si la lune est plus éloignée, elle semble plus petite. Bien qu’il soit possible qu’un témoin malveillant puisse garder une trace de ces choses assez bien pour simuler son témoignage, il est peu probable qu’une telle chose passe régulièrement l’interrogatoire lévitique.

Il est important de noter que dans la période du Deuxième Temple (c.-à-d. le jour de Yeshua), les Nouvelles Lunes n’ont pas été déterminées par pré-calcul, mais par observation visible. Cela signifie que le calendrier juif rabbinique (le soi-disant Calendrier Hillel II) n’était pas utilisé à l’époque de Yeshua, car il fonde le début de son mois sur des prédictions mathématiques complexes, plutôt que sur des témoins du Premier Croissant Éclat. Il nous montre également que les calendriers tels que le sabbat lunaire et les calendriers de conjonction lunaire (qui commencent le mois sur la Conjonction lunaire) n’étaient pas utilisés dans le jour de Yeshua, parce que l’on ne peut pas utiliser des témoins pour voir la Conjonction lunaire (parce qu’il est invisible).

La règle générale est qu’un mois est toujours par défaut à une durée de 30 jours, sauf si le Premier Croissant-Éclat de la Nouvelle Lune a été physiquement aperçu à la fin du 29e jour, ce qui prouve que le mois était plus court que la norme de défaut de 30 jours. Cependant, juste pour être clair, notons qu’il est hypothétiquement possible d’avoir un mois de 28 jours, ou même hypothétiquement un mois qui a été de 27 jours.

Il faut en moyenne 27,5 jours à la Lune pour orbiter autour de la Terre, puis une moyenne de deux jours de plus pour revenir dans une position d’où elle peut être vue de la terre à nouveau. Supposons que ce soit l’hiver, il est nuageux au moment où le premier éclat de croissant doit être aperçu. Lorsque cela se produit, la différence entre le moment où le premier éclat de croissant aurait été vu, et le moment où le Jour de la Nouvelle Lune a été déclaré par le défaut de trente jours augmente d’un demi-jour chaque mois. Si cela se produit trois mois d’affilée, le temps prévu jusqu’au prochain ruban de croissant diminue à 28 jours. Si cela se produit cinq mois d’affilée, le délai prévu jusqu’au prochain ruban de croissant diminue à seulement 27 jours.

 

Heureusement, ce genre de chose est très rare, comme la Terre d’Israël est ensoleillée tout l’été, et est également ensoleillé la moitié de l’hiver. Parce qu’Israël est si ensoleillé, le calendrier s’auto-corrige avant que l’écart ne devienne très grand, et le Jour de la Nouvelle Lune est presque toujours déclaré en son temps.
Certains chercheurs croient que lorsqu’il y a des nuages, nous devrions déclarer la Nouvelle Lune à la fin du 29e jour, si les calculs nous disent que le Premier Croissant de la Nouvelle Lune aurait été visible à la fin du 29ème jour, s’il n’y avait pas eu de nuages. Cependant, les partisans de cette théorie reconnaissent également qu’à l’époque du roi David, le Jour de la Nouvelle Lune a été déterminé par l’observation visible du Premier Croissant..

Shemuel Aleph (1er Samuel) 20:5
5 Alors David dit à Jonathan: Voici, demain est la Nouvelle Lune, et je devrais m’asseoir pour manger avec le roi. Mais laissez-moi partir, que je puisse me cacher sur le terrain jusqu’au troisième soir.

Comme les Hébreux n’utilisaient pas les calculs astronomiques modernes à l’époque de David, la seule façon pour David d’avoir pu dire avec certitude que le Jour de la Nouvelle Lune était « emai » était si le premier morceau de croissant n’avait pas été vu à la fin du 29e jour, assurant ainsi que le Jour de la Nouvelle Lune serait déclaré à sa normale, par défaut de 30 jours marque.

Enfin, pour être complet, nous devrions discuter du Psaume 81:3. Puisque les érudits ne sont pas d’accord sur la façon d’interpréter ce passage, nous allons utiliser l’hébreu ici.

3 Soufflez dans le Jour de la Nouvelle Lune un shofar, dans le keseh le jour de notre fête de pèlerinage. (3) span תִּקְעוּ בַחֹדֶשׁ שׁוֹפָר | בַּכֵּסֶה לְיוֹם חַגֵּנוּ

Les chercheurs contestent ce qu’est le keseh (כֵּסֶה). La Concordance de Strong le définit de cette façon :

OT: 3677 kece’ (keh’-she); ou keceh (keh’-she); apparemment de OT:3680; correctement, la plénitude ou la pleine lune, c’est-à-dire son festival: KJV – (temps) nommé.

Lorsque nous cherchons la référence à OT:3680, nous obtenons une référence à quelque chose de « od ». Cela pourrait faire référence à une pleine lune, ou une lune dans sa plénitude (qui est la bonne interprétation). Cependant, nous obtenons également une référence à quelque chose qui est vêtu, couvert ou caché.

OT: 3680 kacah (kaw-saw’); une racine primitive; correctement, à dodu, c’est-à-dire remplir les creux; par implication, pour couvrir (pour les vêtements ou le secret):
KJV – s’habiller, fermer, vêtir, dissimuler, couvrir (soi), (fuir à) se cacher, submerger. Comparez OT:3780.

On pourrait en déduire que la chose qui est vêtue, couverte ou cachée est aussi la nouvelle lune, sauf qu’une nouvelle lune n’est pas « dodue », « graisse cirée » ou « couverte de chair », comme la référence l’exige.

OT: 3780 kasah (kaw-saw’); une racine primitive; pour faire grossir (c’est-à-dire être recouvert de chair) :
KJV – être couvert. Comparer OT: 3680.

Il est important que nous interprétions cela correctement, car si le mot keseh signifie « ouvelle lun », puis Psaumes 81:3 est l’ordre de « ouer le shofar sur la nouvelle lune de notre fête de pèlerinage (חַג). » Cependant, cela est impossible, car il n’y a pas de jours de nouvelle lune qui soient aussi des fêtes de pèlerinage. C’est parce que tandis que Yom Teruah est un temps fixé (מוֹעֲד), ce n’est pas un festival de pèlerinage (חַג).
Nous devons également reconnaître le fait que cela n’a aucun sens de penser que Yahvé utiliserait le mot «keseh» (כֵּסֶה) pour décrire la Nouvelle Lune, alors qu’Il ​​a simplement utilisé le mot Hodesh (חֹדֶשׁ) pour la décrire. Par conséquent, le mot keseh (כֵּסֶה) doit signifier autre chose.
Ce que le mot keseh (כֵּסֶה) se réfère à n’est pas exactement une pleine lune, mais la lune quand il est « od », et vêtu de lumière. Comme nous le verrons dans les chapitres ultérieurs, cela décrit parfaitement la Pâque et la Fête des Tabernacles, car ce sont des festivals de pèlerinage, et ils commencent sur ou sur la pleine lune, lorsque la lune est généralement « a graisse ciré », et « od », et est « ête de la lumière. Par conséquent, les Psaumes 81:3 sont le commandement de souffler le shofar sur la Pâque, et le premier jour de la fête des Tabernacles.

3 Soufflez dans le Jour de la Nouvelle Lune un shofar, dans la lune dodue, le jour de notre fête de pèlerinage. (3)תִּקְעוּ בַחֹדֶשׁ שׁוֹפָר | בַּכֵּסֶה לְיוֹם חַגֵּנוּ

 

If these works have been a help to you and your walk with our Messiah, Yeshua, please consider donating. Give